du 04 juillet 2018
Date

Choisir une autre édition

Spotify a un peu forcé sur la promotion du nouvel album de Drake

Spotify y est allé un peu fort avec la promotion du nouvel album de Drake il y a quelques jours. L’interface principale a en effet été inondée de portraits du chanteur, mettant en avant le nouvel album, les anciens, des titres et allant jusqu’à l’afficher dans des playlists sans aucun lien.

Le 29 juin particulièrement, le phénomène était très marqué. À tel point qu’une partie des utilisateurs Premium a exprimé son net mécontentement, souvent sous forme humoristique. Point central, le fait qu’ils avaient payé et que la promotion ressemblait trop à une publicité massive.

Dans un fil Reddit, un utilisateur a cependant publié une capture montrant une conversation avec le service client de Spotify. Faisant valoir qu’il avait payé pour être débarrassé des publicités, il faisait part de sa déception. Le service lui aurait alors remboursé un mois d’abonnement. D’autres indiquent dans le même fil avoir reçu eux aussi un remboursement.

Il n’existait pas de cas recensé d’un remboursement chez Spotify, et l’information reste à prendre au conditionnel. Il ne serait pas étonnant cependant que l’entreprise y ait eu recours : les dégâts sur l’image sont bien réels.

L’abonnement Premium est vendu comme une liberté de personnalisation, le service devant obéir aux habitudes de l’utilisateur. Les recommandations sont discrètes et se veulent variées. On peut donc comprendre que l’utilisateur éprouve un certain malaise à voir un artiste unique les envahir.

Bien que Spotify n’ait pas communiqué sur cet incident (uniquement sur le succès du nouvel album), on imagine que la colère de ces utilisateurs servira de leçon. Ce genre de faux-pas peut rapidement balayer la confiance de l’utilisateur.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Prévu pour cette année, le service de cloud gaming du géant du Net ne devrait pas être disponible sur Android TV avant 2020. C'est en tout cas ce qu'affirme XDA Developpers en se basant sur l'information d'une source présente à l'International Broadcasting Convention.

Toujours selon cette même personne, il faudrait attendre Android 11 « R ».

Copié dans le presse-papier !

Trois types de problèmes ont été soulevés depuis la publication de la version 18362.356 : menu Démarrer et recherche, baisse du volume sonore rendant certains effets inaudibles dans des jeux, et des adaptateurs réseau ne fonctionnant plus.

Le premier était déjà reconnu, Microsoft passe donc au suivant. Les soucis audio proviennent d’un changement demandé par certains éditeurs de jeux dans l’optique de mieux gérer le son multicanal. L’éditeur a entendu les retours et se prépare donc à retirer cette modification.

En attendant qu’un nouveau patch soit publié, les joueurs concernés sont invités à désactiver partout où ce sera possible les options liées au son multicanal et tout ce qui touche au surround virtuel. Ces réglages peuvent se trouver dans les jeux ou dans le panneau de contrôle de l’équipement associé, selon la puce son présente dans le PC.

Côté adaptateurs réseau, Microsoft reconnait là aussi le problème. Seraient particulièrement concernés les équipements Intel Centrino 6205/6235 et Broadcom 802.11ac.

Microsoft recommande de désactiver puis réactiver l’adaptateur dans le gestionnaire de périphériques, permettant en théorie de rester stable jusqu’au prochain redémarrage de la machine.

Cette solution ne fonctionne cependant pas pour tout le monde. La seule manipulation garantissant pour l’instant une résolution du problème est de supprimer la mise à jour concernée, estampillée KB4515384. Elle aura causé décidément bien des difficultés. 

Copié dans le presse-papier !

La plateforme de streaming l'a annoncé officiellement sur son compte Twitter. La série des années 90 a remporté des Emmy Awards et est considérée comme « la meilleure sitcom de tous les temps » suite à une enquête de Vanity et 60 minutes. Elle sera distribuée mondialement.

Une bonne opération pour Netflix, qui vient en plus de signer un accord avec Canal+ en France. Reste maintenant à voir si Seinfeld permettra de contrebalancer la perte de Friends et The Office à la fin de l'année. 

Copié dans le presse-papier !

La vulnérabilité a été découverte par Tavis Ormandy, chercheur en sécurité membre du programme Project Zero de Google.

Elle résidait dans l’extension pour les navigateurs. Celle-ci, plutôt que d’utiliser la méthode do_popupregister(), se servait de la dernière valeur en cache, via ftd_get_frameparenturl().

Il devenait en théorie possible pour un site frauduleux de créer un iframe lié au fichier popupfilltab.html de LastPass et d’y afficher le dernier mot de passe utilisé. La faille a été signalée confidentiellement à LastPass, qui l’a rapidement corrigée.

Dans un billet publié vendredi, l’éditeur explique qu’il fallait un lot de circonstances bien particulier pour exploiter la brèche, limitant son impact potentiel. Il dit ne pas être au courant d’une quelconque exploitation. Les détails, eux, ont été publiés dimanche par Ormandy.

Une nouvelle version 4.33 de LastPass a été distribuée à l’ensemble des boutiques d’extensions pour les navigateurs. Mieux vaut donc contrôler que vous êtes à jour, même si les extensions sont en théorie automatiquement remplacées quand une nouvelle version est publiée. Les applications mobiles ne sont pas concernées.

Rappelons que les gestionnaires de mots de passe sont des outils pratiques, mais ne représentent pas l’alpha et l’oméga de la sécurité. Ils permettent de stocker des centaines ou milliers de mots de passe, de créer de longues séquences aléatoires de caractères, tout en les rendant disponibles sur presque toutes les plateformes.

Mais en cas de problème de sécurité, cette base de données est en danger. Les mots de passe ne suffisent plus depuis longtemps. Sans remettre en cause ces outils bien pratiques, nous vous conseillons d’activer une protection supplémentaire comme l’authentification à deux facteurs, partout où c’est possible.