du 04 juillet 2018
Date

Choisir une autre édition

Spotify a un peu forcé sur la promotion du nouvel album de Drake

Spotify y est allé un peu fort avec la promotion du nouvel album de Drake il y a quelques jours. L’interface principale a en effet été inondée de portraits du chanteur, mettant en avant le nouvel album, les anciens, des titres et allant jusqu’à l’afficher dans des playlists sans aucun lien.

Le 29 juin particulièrement, le phénomène était très marqué. À tel point qu’une partie des utilisateurs Premium a exprimé son net mécontentement, souvent sous forme humoristique. Point central, le fait qu’ils avaient payé et que la promotion ressemblait trop à une publicité massive.

Dans un fil Reddit, un utilisateur a cependant publié une capture montrant une conversation avec le service client de Spotify. Faisant valoir qu’il avait payé pour être débarrassé des publicités, il faisait part de sa déception. Le service lui aurait alors remboursé un mois d’abonnement. D’autres indiquent dans le même fil avoir reçu eux aussi un remboursement.

Il n’existait pas de cas recensé d’un remboursement chez Spotify, et l’information reste à prendre au conditionnel. Il ne serait pas étonnant cependant que l’entreprise y ait eu recours : les dégâts sur l’image sont bien réels.

L’abonnement Premium est vendu comme une liberté de personnalisation, le service devant obéir aux habitudes de l’utilisateur. Les recommandations sont discrètes et se veulent variées. On peut donc comprendre que l’utilisateur éprouve un certain malaise à voir un artiste unique les envahir.

Bien que Spotify n’ait pas communiqué sur cet incident (uniquement sur le succès du nouvel album), on imagine que la colère de ces utilisateurs servira de leçon. Ce genre de faux-pas peut rapidement balayer la confiance de l’utilisateur.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

On ne peut pas dire que les innovations se multiplient pour le service de gestion multi-comptes de Twitter. Il vient néanmoins d'évoluer pour les utilisateurs de macOS, pour la première fois depuis... juillet 2015.

La mouture 3.10 apporte le support de Mojave, notamment du thème sombre. Il a aussi été retravaillé de manière à mieux détecter les bugs et les corriger plus rapidement à l'avenir.

Enfin, la page d'aide a été mise à jour  pour afficher la bonne version.

Copié dans le presse-papier !

Dans Red Dead Redemption 2, les protagonistes, des bandits de grand chemin, sont pris en chasse par l'agence de détectives Pinkerton, fondée dans les années 1870, alors que l'épopée du Far West touchait à sa fin.

Problème pour Rockstar : cette agence de détectives existe toujours. Elle a eu vent de sa présence dans le dernier jeu à succès du studio et affirme que son nom a été utilisé sans autorisation préalable. Elle réclame ainsi le versement d'une large somme pour mettre fin aux poursuites, ainsi que des royalties sur chaque copie vendue du jeu, apprend-t-on dans les colonnes de The Blast.

Pour sa défense, Rockstar affirme que les références à Pinkerton restent somme toute limitées, les agents étant présents dans seulement 10 des 106 missions du jeu. L'éditeur s'appuie également sur le fait que le terme « Pinkerton » est largement utilisé à des fins d'authenticité historique dans d'autres œuvres telles que des films, des séries et même des chansons. Il fait enfin appel au premier amendement, celui régissant la liberté d'expression. Des poursuites virtuelles aux poursuites réelles, les agents de Pinkerton semblent donc toujours être dans le coup.

Copié dans le presse-papier !

Depuis quelques années il servait à expérimenter autour de services et d'extensions, ce ne sera plus le cas à compter du 22 janvier prochain.

Les extensions continueront d'exister dans la liste de celles proposées aux utilisateurs de Firefox. Les services comme LockBox et Send continuent d'avoir leur existence propre.

Des annonces pourraient d'ailleurs être rapidement faites concernant leurs prochaines évolutions selon le billet de blog diffusé par Mozilla.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant a ajouté quatre boutons sur sa petite télécommande : un pour allumer/éteindre la télévision (la liste des modèles pris en charge se trouve par ici), deux pour régler le volume (+/-) et un dernier pour couper le son.

Un micro est toujours présent pour Alexa. Cette télécommande est proposée dans plusieurs pays dont les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Allemagne, mais pas la France. Elle est actuellement proposée en promotion à 14,99 dollars au lieu de 29,99 dollars.

Pour rappel, nous n'avons pour le moment droit qu'à la clé Fire TV Basic Edition avec une télécommande sans Alexa, à 40 euros pour les membres Prime.

Copié dans le presse-papier !

D'une durée de cinq ans, il concerne la fourniture de services (au sens large) au ministère américain de la Défense, aux garde-côtes et aux services de renseignements américains.

Il s'agit d'un contrat type open bar avec « prestations et quantités indéterminées » (indefinite delivery/indefinite quantity, IDIQ).