du 08 janvier 2020
Date

Choisir une autre édition

Sonos avait signé en 2013 un important accord : Google s’engageait à assurer le bon fonctionnement de son service de musique avec les enceintes connectées de Sonos. Ce qui supposait l’envoi par ce dernier de nombreuses informations techniques, dont les plans des enceintes concernées.

L’objet de la plainte est sans surprise : Google aurait violé cinq brevets, dont tout ce qui touche à la capacité des enceintes à se connecter et à se synchroniser l’une avec l’autre.

L’entreprise se dit étouffée aujourd’hui par Amazon et Google. Quand leurs assistants respectifs sont apparus, les deux géants ne vendaient pas d’enceintes. Sonos affirme se retrouver dans une situation de dépendance, finissant par devenir explosive avec la copie de ses technologies.

C’est l’avis de Patrick Spence, directeur général de Sonos, qui s’est entretenu avec le New York Times : « En dépit de nos efforts importants et renouvelés […], Google n’a montré aucune volonté de travailler avec nous sur une solution mutuellement bénéfique. Nous n’avons plus d’autre choix que d’intenter une action en justice ».

Sonos estime qu’Amazon et Google ont violé chacun une centaine de brevets, mais ne s’en prend pour l’instant qu’à Google. L’entreprise avoue sans fard qu’elle ne peut pas s’attaquer à deux géants en même temps.

La plainte a été déposée devant une cour fédérale de Los Angeles et l’International Trade Commission.

Sonos attaque Google pour violation de brevets
chargement Chargement des commentaires...