du 13 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

SNCF : deux prototypes de trains autonomes (fret et TER) d'ici 2023

La Société nationale des chemins de fer ne se lance pas seule dans l'aventure. Voici la longue liste de ses partenaires : l'Institut de Recherche Technologique (IRT) Railenium, Alstom, Altran, Ansaldo, Apsys, Bombardier, Bosch, Spirops et Thales.

Deux consortiums sont créés pour l'occasion : l'un dédié à la réalisation d'un prototype de train autonome pour le fret, l'autre pour un prototype de TER. Une étape intermédiaire est prévue pour 2020 avec la mise en circulation de trains de fret semi-autonomes.

La SNCF détaille les quatre niveaux d'autonomie dans le ferroviaire :

  • GOA1 : conduite manuelle contrôlée (niveau actuel pour 99 % des trains)
  • GOA2 : accélération et freinage automatisés (conduite sans les mains)
  • GOA3 : conduite automatisée avec personnel à bord (prêt à reprendre la main si besoin)
  • GOA4 : train totalement autonome (capable de rouler sans conducteur à bord)

Le budget est de 57 millions d'euros, financés à 30 % par la SNCF, 30 % par l'État via IRT Railenium et 40 % par les différents partenaires.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

D'une durée de cinq ans, il concerne la fourniture de services (au sens large) au ministère américain de la Défense, aux garde-côtes et aux services de renseignements américains.

Il s'agit d'un contrat type open bar avec « prestations et quantités indéterminées » (indefinite delivery/indefinite quantity, IDIQ).

Copié dans le presse-papier !

Une demande a été faite en ce sens selon nos confrères de l'Équipe, afin de partager la diffusion du foot anglais la saison prochaine.

Pour rappel, RMC Sport (Altice) est l'actuel diffuseur exclusif du championnat, qui en a perdu les droits au profit de Canal+. Les deux sociétés avaient quelques mois plus tôt signé un accord de diffusion.

L'objectif serait sans doute d'avoir des relations plus apaisées alors que BeIN Sports est toujours bien présent et que l'espagnol Mediapro rafle de plus en plus de droits de son côté.

La Premier League doit néanmoins donner son aval pour que ce projet se réalise. Si tel est le cas, cela pourrait donner des idées aux deux groupes (et à leurs concurrents ?) pour la gestion des droits d'autres championnats.

Copié dans le presse-papier !

Dans Red Dead Redemption 2, les protagonistes, des bandits de grand chemin, sont pris en chasse par l'agence de détectives Pinkerton, fondée dans les années 1870, alors que l'épopée du Far West touchait à sa fin.

Problème pour Rockstar : cette agence de détectives existe toujours. Elle a eu vent de sa présence dans le dernier jeu à succès du studio et affirme que son nom a été utilisé sans autorisation préalable. Elle réclame ainsi le versement d'une large somme pour mettre fin aux poursuites, ainsi que des royalties sur chaque copie vendue du jeu, apprend-t-on dans les colonnes de The Blast.

Pour sa défense, Rockstar affirme que les références à Pinkerton restent somme toute limitées, les agents étant présents dans seulement 10 des 106 missions du jeu. L'éditeur s'appuie également sur le fait que le terme « Pinkerton » est largement utilisé à des fins d'authenticité historique dans d'autres œuvres telles que des films, des séries et même des chansons. Il fait enfin appel au premier amendement, celui régissant la liberté d'expression. Des poursuites virtuelles aux poursuites réelles, les agents de Pinkerton semblent donc toujours être dans le coup.

Copié dans le presse-papier !

Fin décembre, Bob Diachenko (alias @MayhemDayOne) indiquait avoir trouvé une base de données librement accessible provenant d'une agence d'intérim et contenant des informations personnelles sur ses candidats. Deux semaines plus tard, la brèche était toujours ouverte et, pire, la base de données était mise à jour en temps réel.

Dans un billet de blog, Hacken Proof (dont Bob Diachenko est directeur de recherche et des cyberrisques) explique qu'il s'agit de MisterTemp et que la base de données comportait plus de 2,8 millions d'entrées, dont des emails, des adresses physiques, des numéros de téléphones et de sécurité sociale.

Alexandre Pham, le dirigeant d’Alphyr (maison mère de Mistertemp) explique à nos confrères du Monde que 40 000 profils sur les 400 000 de la société étaient concernés par cette importante faille.

Selon Bob Diachenko, d'autres personnes ont accédé à cette base de données. Il explique avoir trouvé une « note habituellement laissée par des pirates » : « C’est la preuve que quelqu’un d’autre que moi a accédé aux données, et les ont peut-être copiées ».

MisterTemp confirme avoir trouvé une telle note, sans donner plus de détails, et avoir identifié au moins un téléchargement partiel. Il pourrait s'agir de Bob Diachenko ou des autorités françaises qui ont été alertées, mais ce n'est qu'une supposition pour le moment.

Pour Alexandre Pham, cette faille serait due à « une erreur humaine suite à un test ». Il affirme aussi avoir « immédiatement » averti la CNIL et que la société contactera les personnes impactées.

Copié dans le presse-papier !

« Conflits d’intérêts, marchands de doute, influence des fondations privées… de nombreux phénomènes sont susceptibles de brouiller le discours scientifique », explique le Centre national de la recherche scientifique en guise d'introduction.

Afin de faire le point sur cette question, le CNRS a posé plusieurs questions à Mathias Girel, philosophe et spécialiste de l’épistémologie à l’École normale supérieure, dont l'interview est publiée dans son Journal.

Pour Mathias Girel, « il y a un phénomène de surenchère qui consiste à survendre des avancées scientifiques dans certains médias, même sérieux ». Il revient également sur le cas des études scientifiques qui peuvent dirent une chose et son contraire : « Pour expliquer le cancer du poumon, [les cigarettiers] ont tout simplement financé des recherches sur d’autres causes que la fumée de cigarette ».

La longue interview est disponible par ici. Pour rappel, nous sommes également revenus sur cette délicate question dans l'un de nos éditos.