du 08 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Shopping : Google demanderait à des agences pub de monter des comparateurs

Le géant de la publicité ferait passer des sites publicitaires pour des comparateurs, dans le but d'apaiser la Commission européenne, assure Sky News dans une enquête.

En juin 2017, l'exécutif européen a prononcé une amende de 2,42 milliards d'euros contre Google, pour abus de position dominante. En affichant ses publicités dans les résultats de recherche, le mastodonte a presque tué la concurrence.

Pour remédier au problème, le groupe a ouvert aux enchères ses emplacements en bordure des résultats. En juin dernier, il a lancé son Comparison Shopping Service (CSS). 90 sites l'auraient rejoint, dont 60 au Royaume-Uni.

« Il a aussi offert des incitations substantielles aux revendeurs pour les intéresser au système », déclare Sky News. Les nouveaux sites auraient ensuite été mis en avant dans l'encart Google Shopping, pour donner l'impression d'une vraie compétition.

Selon des opérateurs certifiés par Google, ces sites n'étaient pas destinés à la comparaison, mais bien à la pure publicité des revendeurs. Ce serait le cas de High Street One de Shoptimised.

Selon Foundem, un des comparateurs à l'origine de la plainte à la Commission, « les consommateurs ne trouvent pas le meilleur produit, ou le meilleur marché, mais ceux des marchands prêts à payer le plus cher ».

Dans nos colonnes, en décembre 2017, Kelkoo (propriétaire de LeGuide.com) affichait sa déception sur ce dispositif. La société estimait que 99 % de la visibilité revenait toujours à Google.

À nos confrères, Google déclare respecter la volonté européenne, en ouvrant son système aux comparateurs tiers. La Commission européenne n'a pas encore d'avis arrêté sur la mise en conformité du géant.

chargement Chargement des commentaires...