du 22 avril 2020
Date

Choisir une autre édition

Dans un article du New York Times, on peut lire les témoignages de plusieurs anciens employés de Dropbox. Selon eux, l'éditeur s’était penché sur la sécurité de Zoom il y a plus de deux ans déjà, car l’outil était utilisé au sein de l’entreprise.

Les découvertes auraient été stupéfiantes, au point de décider Dropbox à embaucher secrètement des hackers pour travailler sur la question. Les failles trouvées auraient toutes été signalées à Zoom, dont le temps de réaction était alors sévèrement critiqué.

Ces anciens ingénieurs de Dropbox rejettent d’un revers de la main l’excuse de Zoom : ses problèmes ne datent pas de la crise sanitaire, le service ne peut donc pas se retrancher vers l’impossibilité de prévoir une telle situation.

D’ailleurs, on a pu voir récemment qu’une première mise à jour a basculé de nombreux réglages par défaut sur des choix infiniment plus logiques pour mieux protéger la vie privée des utilisateurs. Le chiffrement va également être renforcé. Mais la route sera longue pour redorer un blason particulièrement terni.

Selon d’anciens employés, Dropbox savait pour la sécurité cataclysmique de Zoom
chargement Chargement des commentaires...