du 28 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

SD Association : SD Express (PCIe et NVMe) jusqu'à 985 Mo/s, cartes SDUC jusqu'à 128 To

L'organisme en charge des cartes SD vient de faire un doublé. Jusqu'à présent, nous avions les cartes SD, SDHC et SDXC jusqu'à 2 To. Désormais, il y a également les SDUC (pour Ultra Capacity) de 128 To maximum.

Pour en profiter, il faut évidemment que la carte et le lecteur/terminal soient certifiés SDUC. La rétrocompatibilité descendance est assurée : un lecteur SDUC peut lire et écriture sur des cartes SDXC, SDHC et SD. Néanmoins, la réciproque n'est pas vraie : un lecteur SDXC ne peut pas lire une carte SDUC par exemple. Tous les détails se trouvent par ici.

De son côté, SD Express est une évolution de l'interface. Elle exploite PCIe 3.0 et NVMe 1.3 afin de proposer un débit théorique maximum de 985 Mo/s. Pour rappel, la SD de base est limitée à 25 Mo/s, la SD UHS-I grimpe à 104 Mo/s, la UHS-II à 312 Mo/s et la UHS-III à 624 Mo/s.

Là encore la rétrocompatibilité est de mise : une carte SD Express peut être utilisée dans un lecteur SD des précédentes générations, mais les débits seront alors limités par le moins rapide des deux. Un tableau détaillé est disponible sur la page 9 de ce document.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le 8 décembre, NX on Netflix a révélé une future série Ghost In The Shell: SAC_2045, menée par Shinji Aramaki (réalisateur d'Appleseed) et Kenji Kamiyama (derrière la série Ghost In The Shell: Stand Alone Complex).

Cette nouvelle entrée dans la saga culte est prévue pour 2020, juste à temps pour que nos cerveaux meurtris effacent le souvenir de l'adaptation américaine de 2017.

Notons que les deux compères sont aussi embarqués dans une série Blade Runner - Black Lotus pour Adult Swim et la plateforme de streaming Crunchyroll… avec Shin'ichirô Watanabe, à qui nous devons déjà Cowboy Bebop et Samurai Champloo. Elle comptera 13 épisodes de 30 minutes.

Copié dans le presse-papier !

Le système donne des nouvelles concrètes, avec une première préversion caractérisée par une mise à jour générale des paquets, qui adoptent dans la plupart des cas la dernière mouture disponible.

On retrouve donc un noyau Linux 4.19.6, rpm 4.14.2 pour la gestion des paquets, Plasma 5.14.2, GNOME 3.30, Xfce 4.13.4, Firefox 63, Chromium 70 ou encore LibreOffice 6.1.3. Côté développeurs, on remarque surtout un bond conséquent du paquet PHP, qui passe de la version 5.6 à 7.2.

L’équipe note également des améliorations pour le support des métadonnées AppStream, d’Optimus (NVIDIA), de l’architecture ARM (meilleure pour 6, ajoutée pour 7 et aarch64), une meilleure prise en charge générale des GPU, X.org 1.20.3 ou encore DNF comme gestionnaire alternatif de paquets (on ne sait pas encore s’il sera utilisé par défaut dans la version finale).

Les développeurs ne disent pas dans leur annonce quand ils prévoient de publier la mouture stable de Mageia 7. Le wiki de la distribution indique cependant que les développeurs visent la prochaine conférence FOSDEM, qui se tiendra début février.

Côté téléchargements, on note le grand retour de l’installeur classique, en variantes 32 et 64 bits.  Pour le reste, Mageia est toujours disponibles en version DVD Live 64 pour GNOME et Plasma, seule l’édition Xfce proposant aussi le 32 bits, puisqu’elle se destine plus volontiers aux configurations anciennes.

Copié dans le presse-papier !

Ce nom désigne un ensemble de technologies pouvant être mises en œuvre par les hébergeurs afin de proposer des solutions clé en main autour des produits du constructeur américain.

OVH est la première société européenne à être ainsi certifiée. Elle peut désormais proposer une image spécifique à NGC au sein de ses instances équipées d'une carte graphique, ce qui ouvre à ses clients l'accès à l'ensemble des conteneurs de NVIDIA GPU Cloud.

Copié dans le presse-papier !

Les rumeurs fusent autour des prochains CPU grand public du constructeur, attendus pour 2019. Ainsi, publier une simple capture d'un tableau Excel sans aucun recoupement suffit à faire s'agiter la presse spécialisée du monde entier.

Alors quand un concours propose de deviner le score CineBench de futurs Ryzen 5 3600X et Ryzen 7 3700X avant le 14 décembre, tout le monde y voit des informations concrètes (et officielles).

Mais comme le note Videocardz, cette initiative n'est menée que par un prestataire d'AMD en Corée du sud, qui ne gère pas la communication de la société dans le pays et n'est même pas directement affilié.

Il ne faut donc pas y voir la confirmation des noms, caractéristiques ou date de sortie de ces puces. Une chose est sûre : si nous devons en avoir bientôt des nouvelles, ce sera très certainement au CES de Las Vegas. Mais aucune mise sur le marché n'est sans doute à attendre pour le début de l'année.

Copié dans le presse-papier !

Dans un billet de blog, le géant du Net explique que les Google Play Services supporteront les API de niveau 16 minimum, laissant de côté les niveaux 14 et 15. Pour les terminaux sous Android 4.0, les Play Services 14.7.99 sont donc les derniers disponibles.

Google explique qu'ICS a déjà sept ans et représente moins de 1 % des terminaux en service depuis plusieurs mois maintenant. Au dernier décompte, il était question de 0,3 %, contre 3 % pour Jelly Bean (4.1, 4.2 et 4.3). On peut également noter qu'Android 9.0 Pie n'a toujours pas atteint 0,1 % de part de marché…