du 08 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Samsung présente son prototype de smartphone pliable, Android se prépare

Comme prévu, le fabricant l'a annoncé durant sa conférence SDC à San Francisco. Un prototype fonctionnel de sa dalle Infinity Flex Display était présenté sur scène (avec des lumières tamisées pour éviter que les personnes dans la salle ne voient autre chose que l'écran). Pour rappel, le fabricant s'est fait couper l'herbe sous le pied par Royole avec son FlexPai à 1 388 euros.

Ce dernier affiche une diagonale de 7,8" (1 920 x 1 440 pixels) lorsqu'il est déplié, contre 7,3" (2 151 x 1 536 pixels) pour le smartphone Samsung. Une fois plié, l'utilisateur profite d'un second écran de 4,6 pouces (840 x 1 960 pixels).

Le fabricant annonce que trois applications peuvent fonctionner en même temps (deux sur l'écran pliable, une sur l'autre écran). Et c'est tout : aucune autre information n'a été données sur ce smartphone.

En même temps, Google publiait un tweet pour annoncer la prise en charge des terminaux pliables, « un nouveau format qui arrivera l'année prochaine chez les partenaires d'Android » affirme l'éditeur.

Pour ne froisser personne, la vidéo présente deux types de smartphones pliables. Le premier est dans le style de Samsung avec l'écran qui se replie sur lui-même, un second écran prend alors la relève. Le second reprend le fonctionnement du FlexPai de Royole : l'écran principal est « divisé » en deux et une partie reste visible par l'utilisateur.

Selon Justin Denison, un des responsables du groupe, le fabricant serait prêt pour la production de masse de sa dalle dans les mois qui viennent, là encore sans aucune précision supplémentaire. Aucun délai n'est donné concernant la disponibilité du premier smartphone pliable Samsung.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Si le service de SVOD est considéré par beaucoup comme bon marché, il a une sérieuse tendance à l'inflation régulière.

Proposé au départ entre 7,99 et 11,99 euros chez nous, le forfait intermédiaire est passé de 8,99 à 9,99 euros en 2015. Fin 2017, les deux plus gros forfaits grimpaient de deux euros, à 11,99 et 13,99 euros.

Cela ne devrait pas empêcher Netflix de pratiquer une nouvelle hausse selon le Wall Street Journal qui annonce que le tarif pourrait passer aux États-Unis de 11 à 13 dollars pour l'offre intermédiaire et de 14 à 16 dollars pour la plus chère.

Transposée en France, cela pourrait donner une nouvelle hausse de deux euros, de quoi commencer à se poser sérieusement la question : faut-il continuer à s'abonner ou non ?

Surtout que cette décision est prise dans un contexte de concurrence renforcée, notamment en France : Canal+ progresse dans la refonte de ses offres et de Canal Play, le bouquet OCS est toujours présent, Amazon est là… et d'autres arrivent.

Avec une offre toujours plus importante, toujours plus fragmentée et toujours plus chère, le risque est aussi de voir les utilisateurs se tourner à nouveau vers le piratage, alors que des offres comme Netflix les en avaient en partie détourné ces dernières années.

Le secteur va donc devoir se poser rapidement les bonnes questions afin d'éviter de revivre des années noires où il ne fera qu'accuser les autres de ses turpitudes, tentant de relancer des mécaniques comme celles d'Hadopi en espérant résoudre tous les problèmes.

La société devrait publier ses résultats trimestriels dans la journée. Le sujet sera donc sans doute évoqué, il faudra alors voir la réaction des investisseurs.

Copié dans le presse-papier !

Plus de six mois après le départ surprise de Brian Krzanich, Intel n'a toujours pas de patron. Empêtrée dans ses soucis de productions en 14/10 nm, la société doit désormais avancer vers un futur plus serein.

Pour cela, un nouveau leader doit être mis en place pour donner une ligne directrice au géant du semi-conducteur et prendre les décisions qui s'imposent.

Selon Bloomberg, le conseil d'administration tente de faire son choix avant le 24 janvier prochain, date à laquelle Intel annoncera ses résultats pour le quatrième trimestre 2018.

Les rumeurs continuent de se multiplier autour de cette nomination : une nouvelle tête pour certains (externe à la société, ce qui n'est pas dans ses habitudes), une femme pour d'autres et pourquoi pas le responsable de la conception des puces d'Apple ?

Une chose est sûre, nous n'avons jamais été aussi proches de la décision finale et elle ne devrait plus tarder à être annoncée.

Copié dans le presse-papier !

On ne peut pas dire que les innovations se multiplient pour le service de gestion multi-comptes de Twitter. Il vient néanmoins d'évoluer pour les utilisateurs de macOS, pour la première fois depuis... juillet 2015.

La mouture 3.10 apporte le support de Mojave, notamment du thème sombre. Il a aussi été retravaillé de manière à mieux détecter les bugs et les corriger plus rapidement à l'avenir.

Enfin, la page d'aide a été mise à jour  pour afficher la bonne version.

Copié dans le presse-papier !

La société de scooters électriques Bird a présenté ses excuses, après avoir réclamé au site Boing Boing de retirer un article expliquant une méthode simple pour pirater ses produits, rapporte la BBC.

L’article se focalisait sur les scooters abandonnés ou mal garés, récupérés par les autorités locales. Ils sont ensuite vendus aux enchères. L’article de Boing Boing renvoyait vers un message de forum présentant une carte mère permettant de les utiliser, « sans altérer le matériel ou le logiciel installé par Bird ».

L’Electronic Frontier Foundation s’est emparée du dossier, estimant l’attaque contre le blog de Cory Doctorow sans fondement, ne violant pas le copyright de Bird. La société est depuis revenue sur sa décision, reconnaissant que son équipe juridique est « allée trop loin » pour protéger ses produits.