du 19 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Samsung lance ses Galaxy A8 et A8+ (2018) : Infinity Display et deux caméras en façade

Cette nouvelle génération de smartphones remplace les Galaxy A5 et A7 (2017) respectivement. Le Galaxy A8 (2018) propose une dalle SuperAMOLED de 5,6 pouces, contre 6 pouces pour la version « + ». Dans les deux cas, le format est 18,5:9 avec une définition de 2 220 x 1 080 pixels et des bordures réduites.

Les points communs sont nombreux, à commencer par le coeur du système : SoC huit coeurs (2 à 2,2 GHz et 6 à 1,6 GHz, probablement un Exynos 7885), 4 Go de mémoire vive (jusqu'à 6 Go pour le A8+) et 32 ou 64 Go de stockage, extensibles via un lecteur de cartes microSD.

Pour le reste, il  est question d'une caméra arrière de 16 Mpixels avec ouverture f/1.7, de deux capteurs à l'arrière (16 Mpixels et 8 MPixels, f/1.9 dans les deux cas), de la 4G jusqu'à 600 Mb/s, d'un port USB Type-C, du Wi-Fi 802.11ac, du Bluetooth 5, du NFC, d'un lecteur d'empreintes digitales, etc. Tous les détails se trouvent par ici.

Comme leurs prédécesseurs, les Galaxy A8 et A8+ (2018) sont étanches et certifiés IP68. Android 7.1.1 est aux commandes, mais une mise à jour vers Android 8 est prévue. Le fabricant ajoute que ce sont les premiers smartphones de la série « A » à être compatibles avec le Samsung Gear VR. Ils seront disponibles début janvier, pour un prix qui n'est pas précisé.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

OpenBSD est désormais disponible en version 6.4. Contrairement à d’autres systèmes gardant les « versions à point » comme des moutures d’entretien pour rassembler les mises à jour déjà disponibles, la nouvelle OpenBSD fait le plein de nouveautés.

Comme souvent, une bonne partie d’entre elles concerne le support matériel. Le système embarque ainsi de nouveaux pilotes pour de nombreux composants, notamment les GPU AMD, des puces réseau, le VIA VX900 ou encore l’ACPI pour la plateforme amd64.

OpenBSD 6.4 introduit également plusieurs nouvelles mesures de sécurité, dont la plus visible est la coupure de toutes les fonctions liées à l’enregistrement audio. Partant du principe que le système n’est pas destiné au grand public mais surtout à des serveurs, autant désactiver tout micro potentiellement présent. Le paramètre peut être réactivé via le kernel flag KERN_AUDIO_RECORD.

Plusieurs contre-mesures ont aussi été intégrées contre des failles de sécurité, notamment Retpoline de Google contre les attaques utilisant Spectre V2 (processeurs Intel). SpectreRSB, L1TF, Lazy FPU et Meltdown reçoivent également des techniques de protection, selon les plateformes matérielles.

Copié dans le presse-papier !

Le constructeur vient d'ajouter une discrète mention de cette mémoire au sein de la fiche consacrée à la carte sur son site américain. La version française n'est pas encore à jour.

Les caractéristiques techniques sont inchangées, ce qui pourrait signifier qu'il ne s'agit que de permettre différentes sources d'approvisionnement aux constructeurs.

Il faudra rester vigilant sur l'arrivée de tels modèles sur le marché français, tant que NVIDIA et ses partenaires n'en auront pas dit plus sur leurs intentions.

Copié dans le presse-papier !

La première bêta de FreeBSD 12 est disponible au téléchargement. Problème : on ne sait pas ce qu’elle apporte.

Les développeurs n’ont en effet publié pour l’instant aucune liste des modifications et nouveautés. On se doute donc bien qu’il s’agit d’une version majeure, mais pas dans quelle proportion.

L’annonce a été faite dans la mailing list pour toutes les architectures prises en charge : amd64, i386, powerpc, powerpc64, powerpcspe, sparc64, armv6, armv7 et aarch64. Les sommes de contrôle sont fournies pour chaque image.

Selon les plans des développeurs, d’autres préversions sont prévues : une seconde bêta la semaine prochaine et les Release Candidates à partir de mi-novembre. Une troisième bêta pourrait s’insérer au passage. Beaucoup attendront sans doute quand même de savoir ce qu’apporte la nouvelle révision de cet Unix.

La version finale est prévue quand à elle pour la première semaine de décembre.

Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué, Giovanni Buttarelli tente de mettre les points sur les « i » concernant le projet de règlement ePrivacy, censé combler les lacunes du Règlement général sur la protection des données (RGPD).

Le prémisse : le RGPD, appliqué depuis mai, protège les données des Européens mais ne garantit pas la confidentialité de leurs communications, notamment des métadonnées. Ce sera le rôle d'ePrivacy, d'abord censé arriver en mai dernier avec le RGPD, puis repoussé. Certains l'espèrent encore en novembre.

Surtout, selon Buttarelli, le RGPD ne suffit pas pour modifier le modèle économique dominant, celui de la surveillance.

« Un vaste écosystème s'est développé ces dernières années, financé par la publicité, pour exploiter [les métadonnées de conversations] sans réel consentement » estime le spécialiste. Ces entreprises seraient dans une zone grise qu'il s'agit d'éclaircir.

D'autant que « les fonctions utilisées illégalement par les attaquants [derrière les énormes fuites de données de ces dernières années] étaient souvent fournies pour des usages présumés légaux à des brokers et agrégateurs de données ».

ePrivacy doit aussi éviter que les services de communication (comme les réseaux sociaux) ne puissent esquiver le consentement explicite à l'exploitation des données.

« Si les règles d'ePrivacy ne s'appliquent pas à tous les fournisseurs de communications électroniques, ces fournisseurs peuvent arguer qu'ils n'ont pas besoin de demander la permission des individus pour utiliser leurs informations les plus intimes » écrit Buttarelli.

Il craint d'ailleurs qu'ePrivacy ne soit utilisé pour abaisser le niveau de protection fourni par le RGPD.

Il combat aussi l'argument selon lequel le règlement renforcerait la position dominante des géants de la publicité (comprendre Facebook et Google), fondée sur les données personnelles. Pour le contrôleur, un consentement ciblé pour chaque utilisation de données est nécessaire, ce qui ne fournirait pas d'avantage aux plus gros acteurs. Tout consentement global au traitement n'a pas de valeur, martèle-t-il.

Copié dans le presse-papier !

Ce week-end, un policier de la ville qui ne dort jamais a remarqué une fumée sortant de sa caméra-pétion Vievu LE-5 ; il l'a alors immédiatement enlevée. « Après l'avoir retiré en toute sécurité, l'appareil a explosé » explique le NYPD, qui ajoute qu'aucun blessé n'est à déplorer.

Les soupçons se portent vers la batterie, mais une enquête est en cours pour les déterminer avec précision. Par précaution, tous les officiers équipés d'une caméra-piéton Vievu LE-5 ont eu pour instruction de l'enlever et de la ramener à leur poste afin qu'elles puissent être analysées.

Le NYP précise que les Vievu LE-4 ne sont pas concernées et sont toujours utilisées par les forces de l'ordre.