du 12 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Samsung annonce son Galaxy A9 de 6,3" avec cinq capteurs photo, pour 599 euros

Comme prévu, le fabricant a dévoilé un nouveau membre dans la famille des smartphones Galaxy « A » en version 2018. L'A9 rejoint donc les A7 et A8.

Il dispose donc bien de quatre capteurs optiques à l'arrière (dont un téléobjectif avec l'équivalent d'un zoom optique x2) et d'un cinquième de 24 Mpixels à l'avant. Le Galaxy A7 en avait déjà trois derrière (toujours un seul devant), tandis que le Galaxy A8 n'en a qu'un seul derrière et deux devant.

L'écran SuperAMOLED de 6,3 pouces (2 220 x 1 080 pixels) prend place dans un châssis relativement compact de 162,5 x 77 x 7,8 mm (183 grammes). Un SoC Snapdragon 660 et 6 ou 8 Go de mémoire vive sont de la partie, épaulés par 128 Go (ou plus) de stockage extensibles via un lecteur de cartes microSD (512 Go maximum).

La batterie affiche 3 800 mAh, avec Android 8.0 aux commandes. On retrouve la panoplie habituelle : Wi-Fi 802.11ac, Bluetooth 5, USB Type-C, NFC, lecteur d'empreintes digitales, etc.

Le fabricant annonce une disponibilité pour le mois de novembre. Il faudra tout de même débourser 599 euros pour le Galaxy A9 (hors ODR dont le fabricant est très friand, dès le lancement). Selon plusieurs de nos confrères, l'A9 devrait être une exclusivité temporaire chez Orange.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Jerry Shen vient de démissionner de son poste de PDG pour se concentrer sur un projet en lien avec l'internet des objets qui sera en partie (30 %) financé par la société.

Il sera remplacé par Sy Hsu et Samson Hu, en charge jusqu'ici des PC et du service client.

Dans le même temps, Jonney Shih qui dirige Asustek s'est excusé des performances commerciales de la société sur la période récente et annonce du changement dans la stratégie, alors que la marque approche de ses 30 ans.

Ce sera surtout le cas pour les smartphones, où de lourdes pertes sont à couvrir (un peu plus de 200 millions de dollars) qui ne vont plus s'adresser au grand public mais se focaliser sur le marché du haut de gamme et des joueurs.

On se souvient que la société avait annoncé son RoG Phone au Computex cette année, disponible depuis peu. De telles initiatives devraient sans doute se multiplier dans les mois à venir.

Le marché de l'internet des objets va aussi faire l'objet d'un investissement important (plus de 300 millions de dollars), notamment en visant le marché de l'entreprise, avec des objectifs sur trois ans.

Des pertes sont ainsi attendues pour le dernier trimestre, mais la société devrait rester dans le vert au global sur l'ensemble de l'année 2018.

Copié dans le presse-papier !

Le chercheur Tavis Ormandy, connu pour être un actif participant du Project Zero de Google, avait découvert en septembre des problèmes de sécurité dans l’application Options de Logitech, qui permet de personnaliser le comportement des claviers et souris maison.

Cette personnalisation se faisait via l’ouverture d’un serveur WebSocket local très mal protégé, acceptant des commandes potentiellement dangereuses, démarrant automatiquement avec le PC et ne fournissant qu’un système d’authentification décrit comme « apathique », presque inexistant.

Le chercheur dit avoir rencontré les équipes de Logitech le 18 septembre pour leur exposer les différents problèmes. Le constructeur aurait bien pris note et compris ses erreurs. Mais en octobre, la nouvelle version d’Options ne contenait aucun correctif.

S’agissant du Project Zero, Logitech avait 90 jours pour corriger le tir après découverte des failles. Ce délai écoulé, Tavis Ormandy a publié les détails de ses découvertes… provoquant une réaction de Logitech en moins de 48 heures.

Le constructeur a en effet publié la version 7.00.564 d’Options. Il confirme sur Twitter qu’elle corrige bien les soucis soulevés par le chercheur. Sur Twitter, certains notent qu’ils n’étaient donc pas si longs à réparer, soulignant le délai total de réaction.

Dommage une nouvelle fois qu’une entreprise, avertie depuis deux mois, ne réagisse à un problème de sécurité qu’après en avoir été exposée aux détails de manière publique.

Copié dans le presse-papier !

La société de Richard Branson a donc réussi son pari d'aller dans l'espace avant Noël. Le vaisseau suborbital est monté à 51,4 miles, soit 82,7 km environ… mais en dessous de la ligne de Kármán (100 km).

Cette dernière étant imaginaire (et fixé avec un chiffre rond dans l'unité du SI), les États-Unis, la NASA et l'US Air Force prennent parfois en compte une autre définition, également avec une valeur facile à retenir : 50 miles (environ 80,5 km). S'il fallait une confirmation supplémentaire, la Federal Aviation Administration (FAA) félicite Virgin Galactic pour son voyage (et son retour) dans l'espace.

Pour arriver à réaliser cette opération, les pilotes ont allumé le moteur de la fusée pendant 60 secondes pour atteindre Mach 2,9, soit quasiment trois fois la vitesse du son. Ils se sont ensuite posés sans encombre sur la terre ferme.

Pour rappel, cet engin spatial est largué en l'air par un gros porteur WhiteKnightTwo avant d'allumer son moteur pour rejoindre l'espace.

Copié dans le presse-papier !

Dans une nouvelle vidéo de la série Puits de Science, le centre national de la recherche scientifique tente de répondre à plusieurs questions.

« Pourquoi devons-nous tout mesurer ? Pourquoi redéfinir les unités ? À quoi sert la course à la précision ? ». Une philosophe historienne des sciences et une physicienne spécialisée de la métrologie apporteront des précisions.

Pour rappel, la 26e Conférence générale des poids et mesures (CGPM) de fin novembre a voté – à l'unanimité – quatre nouvelles définitions du Système international d’unités (SI), basées sur des constantes et la physique quantique.

Copié dans le presse-papier !

La plateforme de streaming à confirmé à nos confrères du Los Angeles Times qu'elle était en train de procéder à des essais sur cette fonctionnalité.

Elle prend la forme d'une pop-up affublé d'un « watch that scene again » sur des films comme Dumplin' et Mowgli. Il apparaît en bas à gauche de l'écran. Netflix n'a pas indiqué combien de temps devait durer cette expérimentation, précisant simplement qu'elle « pourrait ou non la déployer plus largement ».

Sur Reddit, des internautes concernés par ce test ne sont pas ravis, c'est le moins que l'on puisse dire. Voici quelques retours, qui s'accordent à dire que cette pop-up « casse » complètement l'immersion dans le film : « c'est irritant et dévalue le contenu », « c'est gênant et énervant », « horrible », etc.