du 14 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Ryff : le placement de produits 2.0, avec des ajouts ou modifications après le tournage

Dans une courte vidéo, la société présente son service dédié aux placements de produits dans les vidéos en direct ou  enregistrées. Il met pour rappel en avant des objets (boisson, voiture, meuble, informatique, etc.) contre rémunération. La technique est largement utilisée dans les productions audiovisuelles et par les youtubeurs (entre autres).

Problème, notamment lors du tournage d'un film ou d'une série, le produit ainsi placardé correspond généralement à un marché local et il n'est pas possible de le changer a posteriori.

La solution de Ryff consiste à incruster des images directement dans les vidéos. Le partenariat peut ainsi être différent pour chaque pays et réalisé après le tournage. Il est même possible de modifier à la volée les images pour adapter le texte ou bien carrément changer la marque d'une boisson par exemple.

L'équipe derrière Ryff regroupe des personnalités de renom. Nous retrouvons en effet Roy Taylor (ancien de NVIDIA et AMD Studios) au poste de PDG. Il est entouré d'Evan Smyth (ancien Dreamworks Animation et Sony Pictures), de Mark Turner (Technicolor, Dolby et Microsoft) et de Spencer Stevens (Sony Pictures Entertainment, Warner Bros et Disney TV Animation).

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Des escrocs sont parvenus à convaincre l'ancien directeur financier de Pathé Pays-Bas que la direction de Pathé lui ordonnait de verser d'importantes sommes sur un compte tiers pour financer une acquisition à Dubaï.

Au total, plus de 19,2 millions d'euros auraient ainsi été dérobés à l'entreprise en mars 2018. Les faits n'ont été révélés publiquement que lors du procès opposant l'ex-employé incriminé à son entreprise dans le cadre de son licenciement. Selon Pathé, il aurait « négligé des signaux » qui auraient dû l'alerter du caractère frauduleux des opérations.

Copié dans le presse-papier !

C'est en tout cas l'information transmise par une source à Reuters, qui ajoute que ce véhicule viendrait se positionner en face des Tesla. Pour rappel, la moins chère (Model 3) est actuellement à 35 000 dollars.

VW prévoirait de produire 200 000 unités de MEB Entry par an, mais aussi 100 000 berlines de taille moyenne : l'I.D.Aero (dont le prix n'est pas précisé). Pour exécuter son plan, le fabricant devrait réaménager trois usines (Emden, Zwickau et Hanovre) en site d'assemblage.

« Ces projets devraient être discutés lors d’une réunion du conseil de surveillance de Volkswagen le 16 novembre » ajoutent nos confrères. Des alliances avec SK Innovation et l'américain Ford pourraient aussi être évoquées.

Copié dans le presse-papier !

Désireux d'étoffer son catalogue d'exclusivités sur Xbox One (et son Game Pass), Microsoft a fait main basse sur deux studios jusqu'ici indépendants parmi les plus en vue : inXile Entertainment et Obsidian.

Le premier est à l'origine de l'excellent Wasteland 2, ou encore de Torment : Tides of Numenera, tandis que le second a offert au monde Star Wars Knights of the Old Republic II : The Sith Lords, Fallout : New Vegas, ou encore la série Pillars of Eternity. Excusez du peu.

Microsoft s'arme ainsi pour la future génération de consoles, dont nous pourrions entendre parler dès 2020. Lors du dernier round, le manque d'exclusivités sur Xbox One lors de son lancement a pu être un des facteurs qui a ouvert un boulevard à Sony, en plus de la communication désastreuse de l'entreprise lors de la présentation de sa machine. Le géant américain semble aujourd'hui vouloir ne pas reproduire les erreurs du passé, mais rien n'assure que le pari sera payant.

Copié dans le presse-papier !

Ces builds peuvent être utilisées d'ici à la mise en ligne de la bêta publique. Seule l'édition 64 bits pour ordinateur de bureau est pour le moment proposée. Le fichier pèse 1,9 Go.

Pour rappel, Disco Dingo est attendue pour le 18 avril prochain. Son calendrier indique que la liste des fonctionnalités ne sera pas arrêtée avant fin février. Bref, vous avez encore le temps de voir venir avant de tester les nouveautés de cette mouture.

Copié dans le presse-papier !

Alors qu'il était PDG de Bouygues Telecom, Olivier Roussat laisse le poste de directeur général à Richard Viel, auparavant directeur général délégué.

Olivier Roussat reste néanmoins président du conseil d'administration et directeur général délégué de Bouygues SA. Ces décisions ont été validées par le conseil d'administration du 9 novembre.