du 11 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

RGPD : les critères pour la certification des délégués à la protection des données

Au Journal officiel a été publiée la délibération de la CNIL sur les « critères du référentiel de certification des compétences du délégué à la protection des données ». Ce référentiel permettra aux responsables de traitement d’évaluer rapidement le niveau des prestations offertes, comme le demande le règlement général sur la protection des données personnelles.

Selon l’article 37 du RGPD, le délégué à la protection des données est désigné « sur la base de ses qualités professionnelles et, en particulier, de ses connaissances spécialisées du droit et des pratiques en matière de protection des données, et de sa capacité à accomplir les missions » qui sont les siennes.

Pour espérer être certifié, le DPO devra déjà justifier d’une expérience de deux ans dans l’univers de la protection des données. Parmi les critères retenus, il aura ensuite à démontrer qu’il sait identifier la base juridique d’un traitement, « l'existence de transferts de données hors Union européenne » ou encore « élaborer et mettre en œuvre une politique ou des règles internes en matière de protection des données ».  En tout, 17 exigences ont été définies par la CNIL.

Ces précieux sésames seront remis par des organismes de certification, qui eux même font l’objet d’un agrément. Au Journal officiel, un référentiel les concernant spécialement a été lui aussi publié au J.O. ce matin  

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans la dernière préversion de Windows 10, Microsoft a introduit un changement bienvenu : la plupart des applications maison intégrées peuvent être désinstallées.

Cette build 18262 est disponible dans le canal rapide et pointe directement vers la prochaine évolution majeure du système, qui devrait être estampillée 1903 (mars 2019) si Microsoft reste sur sa nomenclature actuelle.

L’actuelle October 2018 Update autorise déjà la suppression de Solitaire Collection, My Office, OneNote, Print 3D, Skype, Astuces et Météo. La prochaine étendra cette capacité à 3D Viewer, Calculatrice, Calendrier, Groove, Courrier, Films & TV, Paint 3D, Snip & Sketch, Sticky Notes et Enregistreur vocal.

On sait gré à Microsoft d’apporter de la flexibilité dans ce domaine, mais elle ne serait pas nécessaire si l’installation de Windows 10 permettait de choisir ce que l’on souhaite installer ou pas.

C’est un souci ergonomique flagrant. L’utilisateur qui sait déjà qu’il n’utilisera pas ces applications va devoir quand même les installer et subir leur mise à jour après le premier démarrage du système. La bande passante sera saturée pendant un moment, avec l’inconfort que l’on devine.

On peut comprendre que l’éditeur souhaite garder une installation simple de son système. Elle l’est. Mais il en va du choix et du respect de l’utilisateur, en évitant autant que possible ces frictions si désagréables. Microsoft renforçant avec le temps le contrôle de l’utilisateur sur son produit, on peut quand même espérer un sursaut salvateur.

Copié dans le presse-papier !

C'est aujourd'hui que la presse publiera ses tests des nouvelles puces d'Intel. Leurs caractéristiques sont déjà connues, l'objectif étant d'enfoncer le clou face aux Ryzen d'AMD, et de repasser devant… pas seulement dans les jeux.

Intel a pour cela revu le nombre de ses cœurs et la segmentation de sa gamme, notamment vis-à-vis de l'Hyper-Threading. Le tout avec un zeste de montée en cache et en fréquence. Le message est clair : nous proposons mieux.

Mais le fondeur rencontre le même problème que l'année dernière avec ses Core de 8ème génération, en pire : aucun produit n'est disponible, ou presque. Différentes sources nous ont confirmé que l'approvisionnement de ces puces était compliqué.

Quelques dizaines de pièces arrivent sur certaines références, dans le meilleur des cas. Le Core i9-9900K semble le principal concerné. C'est ce qui explique les tarifs délirants constatés dans les boutiques en ligne ces derniers jours.

Il faut dire qu'Intel rencontre des soucis de production ces derniers mois et ne semble pas avoir anticipé suffisamment pour que ce lancement se passe de manière correcte, tout du moins en France.

On aurait pu aussi imaginer que la société décide tout simplement de repousser ses annonces à une période où elle serait capable de livrer ses produits. Mais cela aurait laissé trop de place à la concurrence.

C'est donc une nouvelle fois la communication qui a gagné, au détriment du consommateur.

Copié dans le presse-papier !

Nouvel accessoire de la fondation, le TV Hat doit permettre d'accéder aux différentes chaînes accessibles librement à travers les différentes moutures du Micro PC.

Seuls les modèles 2, 3 et 3B+ sont néanmoins recommandés pour un visionnage direct, pour des raisons de performances. La connexion passe par le connecteur GPIO, dont les 40 broches seront occupées.

Un guide a été mis en ligne, permettant de savoir comment exploiter ce nouvel accessoire, et diffuser du contenu TV sur le réseau via Tvheadend par exemple. Il est annoncé comme supporté par Kodi, LibreELEC et OMXplayer.

Ce module exploite un tuner Sony CXD2880, il est donc déjà compatible avec le futur DVB-T2, qui doit apporter un débit presque doublé, conjointement avec l'utilisation de codec hautes performances comme le HEVC (H.265) à la TNT. Il fonctionne bien entendu avec l'offre TV actuelle.

Il est annoncé à 21,5 dollars, uniquement en Europe dans un premier temps (pourquoi pas un tarif en euros alors ?). On le trouve déjà à un peu moins de 23 euros dans des boutiques spécialisées. Il sera supporté au moins jusqu'en janvier 2023.

Espérons tout de même qu'il posera moins de soucis que le précédent module, consacré au PoE, et assez lourdement critiqué depuis sa sortie.

Copié dans le presse-papier !

C'est avec un petit délai par rapport aux États-unis, mais avec une parité tarifaire que ce modèle débarquera chez nous. Il devrait être référencé par de nombreuses boutiques classiques (Boulanger, Fnac-Darty, etc.), comme des revendeurs plus spécialisés tels que LDLC.

Seul le modèle de 128 Go semble prévu. Pour rappel, ce RoG Phone vise principalement les joueurs avec son Snapdragon 845 à 2,96 GHz, 8 Go de mémoire, du Wi-Fi 802.11ac et 802.11ad, du Bluetooth 5.0, etc.

Le tout avec un écran de 6 pouces 18:9 (2 160 x 1 080 pixels, 90 Hz) AMOLED et une couche logicielle dédiée. Il a été dévoilé au Computex de Taipei en juin dernier. Il sera livré sous Android Oreo (8.1).

Le cas des accessoires n'a pour le moment pas été précisé. Ils ont précédemment été annoncés à 229,99 dollars pour le Mobile Desktop Dock, 399,99 dollars pour le TwinView Dock, 329,99 dollars pour le Dock WiGig, 89,99 dollars pour le Gamevice Controller, 59,99 dollars pour la coque, etc.

Copié dans le presse-papier !

Après avoir présenté la première fournée de Galaxy Book au MWC de l'année dernière, le fabricant revient avec une seconde version, mais uniquement avec un écran de 12 pouces (dalle sAMOLED de 2 160 x 1 440 pixels) pour le moment.

Alors que les Galaxy Book exploitent des puces Intel Kaby Lake, le Galaxy Book2 passe chez Qualcomm avec un Snapdragon 850 lancé début juin. Un modem 4G Snapadragon X20 est donc inclus (jusqu'à 1,2 Gb/s en téléchargement et 150 Mb/s en upload).

4 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage sont de la partie, avec deux caméras (8 et 5 Mpixels), deux ports USB Type-C, du Wi-Fi 802.11ac (MIMO), un lecteur d'empreintes digitales et une panoplie de capteurs.

La machine est livrée avec Windows 10 S et le fabricant annonce une autonomie de 20h. C'est donc bien plus que le Galaxy Book de 12", qui est donné pour 11h. Mais il faudra attendre les premiers tests indépendants (sur l'autonomie et les performances) avant d'en tirer des conclusions.

Le Galaxy Book2 sera en vente à partir du 2 novembre pour 1 000 dollars. Un stylet S Pen et un clavier sont proposés en option.