du 27 mars 2019
Date

Choisir une autre édition

Devant le National Space Council, le vice-président des États-Unis a rappelé que Donald Trump s'était engagé sur un retour des hommes sur notre satellite naturel en 2024, soit quatre ans avant les plans de l'agence spatiale américaine.

Il affirme désormais que l'administration devra atteindre cet objectif « par tous les moyens nécessaire ». Il s'en prend ensuite à la NASA, qui aurait besoin de trouver « un nouvel état d'esprit en se fixant des objectifs audacieux et en respectant les délais ».

« Si les fusées commerciales sont le seul moyen d'amener des astronautes américains sur la Lune dans les cinq prochaines années, alors elles seront utilisées », ajoute le vice-président. Bref, « l'urgence doit être notre mot d'ordre ».

Pour un expert de l'université de George Washington, c'est surtout de « la rhétorique » : « Ce sont de jolies phrases, mais le diable est dans les détails ». Il ne suffit pas de demander quelque chose pour que cela arrive, il faut également en avoir les moyens, notamment financiers.

Retour des hommes sur la Lune : Mike Pence demande à la NASA d'accélérer le mouvement
chargement Chargement des commentaires...