du 13 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

Résultats Free : cinq milliards de CA, un million d'abonnés mobile en plus, le forfait à 19,99 € majoritaire

Iliad vient de publier son bilan pour l'année 2017. Le groupe revendique un chiffre d'affaires de 4,987 milliards d'euros, en hausse de 5,6 % sur un an. Dans le détail, la croissance est plus importante sur le mobile (8,4 %) que sur le fixe (3,5 %).

Les voyants sont au vert avec un résultat opérationnel de 862 millions (+15,8 %) et un résultat net récurrent de 480,3 millions (+19,3 %). Le ratio d'endettement est par contre en hausse en passant de 1,0x à 1,4x sur l'année 2017.

La base de client est également en hausse avec 13,695 millions d'abonnés mobiles, soit quasiment un million de plus que fin 2016. « L’intégralité de la croissance nette a été effectuée sur le Forfait Free 4G illimitée » explique Free, ajoutant que « ce dernier compte d’ailleurs, pour la 1ère fois depuis le lancement, plus d’abonnés que l’offre à 2 euros/mois ».

8,2 millions de clients profitent de la 4G, avec une consommation moyenne de 8,4 Go par mois, contre 4,9 Go il y a douze mois. La couverture est de 86 % de la population en 4G, contre 94 % en 3G.

Sur le fixe, 6,520 millions de clients disposent d'une Freebox, soit 135 000 de plus seulement en un an, malgré de multiples promotions via Vente Privée. L'ARPU est d'ailleurs en baisse avec 33,90 euros, contre 34,70 euros au 31 décembre 2016, « en raison de la pression concurrentielle » précise la société.

Le FTTH décolle un peu avec 556 000 d'abonnés, contre 310 000 un an auparavant, soit 246 000 de plus. Au total, fin 2017, 6,2 millions de prises étaient raccordables en FTTH, contre 4,4 millions fin 2016. Aussi bien sur le fixe que le mobile, Free veut arriver à 25 % de part de marché à long terme. 9 millions de prises devraient être raccordables à la fibre d'ici la fin de l'année et 20 millions fin 2022.

Sur le mobile, la couverture devrait monter à 90 % de la population en 4G et 95 % en 3G cette année, avec la « finalisation de la migration des sites 4G en 1 800 MHz courant 2018 ». Enfin, le niveau d’investissement en France en 2018 sera compris entre 1,4 et 1,5 milliard d’euros… « hors fréquences et lancement d’une nouvelle Freebox ».

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

S'inspirant probablement de ce qui existe déjà dans les machines à café, le fabricant explique qu'il faut utiliser une capsule à usage unique (contenant malt, levure, houblon et arômes) pour « fabriquer » sa propre bière.

Vous assurez effectivement la partie « artisanale » : en appuyant sur un bouton pour lancer le mécanisme. Il faut ensuite attendre environ deux semaines pour obtenir 5 litres de breuvage. Une application mobile (Android et iOS) permet de suivre l'avancement du processus.

Pour rappel, ce n'est pas la première fois que nous croisons un produit du genre. Au CES 2016, PicoBrew présentait sa machine Pico pour « brasser votre propre bière artisanale personnalisée ».

Pour le moment, aucune indication sur la disponibilité ou le tarif de HomeBrew de LG.

Copié dans le presse-papier !

L’onglet Pour vous était prévu depuis quelques mois et fait maintenant son apparition, progressivement selon les marchés. Le déploiement ne fait que commencer et les utilisateurs ne l’auront pas tous immédiatement (comme toujours).

Le fonctionnement est connu : l’onglet regroupe des conseils, guides et informations sur ce qui entoure l’utilisateur, selon ses goûts et habitudes. Une « expérience personnalisée » de Google Maps avec, par exemple, le signalement d’un nouveau plat dans un restaurant que l’on apprécie.

La fonction est en déploiement dans 40 pays sur iOS, et 130 sur Android. Dans les deux cas, la France fait partie du lot.

Google voit son onglet comme un excellent moyen de planifier des activités pour un voyage, selon ses goûts. L’onglet se concentre en effet pour l’instant sur la seule restauration, mais il est évident que Google ne va pas se contenter d’un seul domaine.

Copié dans le presse-papier !

Après une série de tweets en août dernier sur une potentielle sortie de bourse de Tesla, la SEC avait condamné deux mois plus tard Elon Musk et Tesla à une copieuse amende de 40 millions de dollars. En outre, l'extravagant milliardaire devait se tenir à carreau sur les réseaux sociaux en s'abstenant de tout message susceptible de faire varier le cours de l'action Tesla.

Dans une entrevue accordée à l'émission 60 Minutes, il a affirmé n'avoir cure de cette contrainte et continuer de publier des messages sans obtenir l'accord préalable des autorités. « Je veux être clair. Je ne respecte pas la SEC. Je ne les respecte pas », a notamment lancé Elon Musk à la télévision américaine.    

Copié dans le presse-papier !

Partie de la Terre en septembre 2016, la sonde se trouve désormais à moins de 20 km de son objectif. Durant la phase d'approche, les instruments scientifiques étaient braqués sur l'astéroïde pour commencer les mesures.

Les analystes ont révélé « la présence de molécules contenant des atomes d’oxygène et d’hydrogène liés, appelées "hydroxyles" », affirme l'agence spatiale. « L’équipe soupçonne que ces hydroxyles se trouvent un peu partout sur l’astéroïde dans des minéraux argileux contenant de l’eau, signifiant qu’à un moment donné les matériaux rocheux de Bénou ont interagi avec l’eau », ajoute-t-elle.

Bénou est trop petit pour avoir de l'eau liquide en quantité, mais laisse penser qu'il s'agit d'un fragment d'un corps bien plus gros sur lequel se trouvait de l'eau. La prochaine étape est maintenant de récupérer un échantillon sur place et de le ramener sur Terre, en 2023 si tout va bien.

Copié dans le presse-papier !

À l’aune notamment de l’entrée en application du RGPD, la Commission nationale de l’informatique et des libertés a signé la semaine dernière avec Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, une convention « relative à la protection des données personnelles dans les usages numériques de l’Éducation nationale ».

Les deux institutions s’engagent à « collaborer » et à « mener des actions communes », par exemple en matière de « formation des membres de la communauté éducative ». Un accompagnement dans la mise en conformité au RGPD est également prévue.

Un comité de pilotage se réunira deux fois par an. Cette sorte de partenariat est pour l’instant conclu pour trois ans (vraisemblablement en lieu et place de la « charte de confiance » attendue depuis 2016 suite aux promesses de Najat Vallaud-Belkacem). Il a toutefois vocation à être renouvelé, d’ici à décembre 2021.