du 13 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

Comme l’avait promis le Palais Bourbon, il est dorénavant possible de s’inscrire sur Internet pour assister à une séance publique. Il suffit de choisir un jour et un horaire, puis de laisser ses coordonnées. Une pièce d’identité sera ensuite demandée sur place, le jour de votre visite. Le tout est bien entendu gratuit.

« Jusqu'à présent, seules les dix premières personnes qui se présentaient à l'accueil de l'Assemblée nationale pouvaient assister aux débats dans l'hémicycle », rappelle-t-on au Palais Bourbon. Avec le nouveau système, les internautes qui s’inscrivent sont assurés d’avoir leur place, une fois leur réservation effectuée.

Le nombre de places proposées est au passage relevé à trente, hors séances de questions au gouvernement où il reste fixé à dix.

Réservation en ligne pour assister aux débats de l’Assemblée
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le chercheur Lucas Leong, de chez Trend Micro Security Research, a rendu publique une faille 0-day valable pour toutes les versions de Windows en cours de support, dont les 7, 8.1 et 10.

La brèche réside dans la manière dont le moteur de base de données JET Database Engine gère les index. Exploitée, elle permet au processus d’écrire dans une autre zone mémoire, donc une exécution de code arbitraire. Elle peut se faire à distance si le pirate réussit à faire ouvrir une base de JET.

La vulnérabilité avait été signalée le 8 mai à Microsoft, qui a confirmé son existence six jours plus tard. L’éditeur n’ayant pas apporté de correctif dans les 120 jours impartis, la Zero Day Initiative a publié un bulletin d’information.

De son côté, Trend Micro Security a fourni les détails de la faille, accompagnés d’un prototype d’exploitation sur GitHub.

Microsoft travaille bien à colmater la brèche, mais il faudra attendre maintenant le Patch Tuesday du 9 octobre comme prochaine rampe de lancement. À moins que l’entreprise estime la situation urgente, mais le calendrier ne plaide pas pour cette hypothèse.

Copié dans le presse-papier !

Après le rachat d'Android par Google en 2005, il a fallu attendre trois ans pour que le premier smartphone commercial soit proposé à la vente.

L'annonce a été faite le 23 septembre 2008 par HTC avec son Dream (alias G1). Il a été proposé à la vente aux États-Unis quelques semaines plus tard, puis dans le reste du monde, dont la France en 2009.

Depuis, Google et HTC sont restés proches au fil des années avec des partenariats autour des Nexus One, Nexus 9 et Pixel. En 2017, Google rachète finalement une partie de la division smartphone de HTC.

Andy Rubin, père d'Android, a longtemps gardé les rennes du système d'exploitation mobile chez Google, avant de les passer à Sundar Pichai en mars 2013. Quelques mois plus tard, il dirigeait la division robotique de Google, avant de quitter la société en octobre 2014 pour lancer la marque Essential.

Copié dans le presse-papier !

Le calendrier des conférences pour le mois d'octobre continue de se remplir. C'est au tour de HMD Global (fabricant des terminaux Nokia) d'envoyer des invitations pour le 4. Le message ne laisse pas de doute quant à l'annonce : « dernier ajout à la famille des smartphones Nokia ».

Pour rappel, le 3 octobre LG présentera son V40 ThinQ, puis nous aurons donc Nokia, suivie par la conférence « Made by Google » avec les Pixels 3 le 9 octobre et enfin Razer le 10 octobre, très probablement avec le Razer Phone 2.

Copié dans le presse-papier !

Lors de l'annonce du Nighthawk Pro Gaming XR700 de la société, nous évoquions la présence d'un connecteur SFP+ et l'intérêt qu'il pouvait avoir pour utiliser ce routeur en remplacement d'une Livebox.

À l'époque, nous avions seulement eu la confirmation que Netgear travaillait sur des firmwares permettant une identification sur le réseau d'Orange, sans plus de détails.

Depuis, il nous a été confirmé que l'objectif est de proposer cette solution sur quelques routeurs, via un port RJ45 ou SFP selon l'ONT, pour les clients de l'offre FTTH de l'opérateur.

Pour le moment, il ne s'agit que d'essais en interne, aucune date n'ayant pu nous être confirmée pour une mise en ligne d'un firmware public. Nous ne savons pas non plus quels seront les routeurs concernés.

Pour rappel, le XR700 est attendu en France dans le courant du mois d'octobre, à un tarif de 500 euros.

Copié dans le presse-papier !

Des rumeurs ont mentionné une attaque à venir de Donald Trump contre les réseaux sociaux, accusés de biais politique. Récemment, il les avait menacés d'une enquête, estimant que ces plateformes favorisent les informations défavorables à son action.

Au Washington Post, la secrétaire adjointe à la presse, Lind­say Walters, assure que le document « n'est pas le fruit d'un processus de décision officiel de la Maison blanche ». Selon trois aides interrogés par le WaPo, le texte ne provient pas d'eux et serait inapplicable.

En parallèle, le ministère de la Justice commence à discuter de ces soupçons de partialité des plateformes.