du 03 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Rencontres : Grindr accusé de transmettre des données très personnelles à des tiers

L’application Grindr – dédiée aux rencontres gay – permet depuis longtemps de renseigner des informations très personnelles, comme le statut HIV. Selon le chercheur norvégien Antoine Pultier, ces données étaient envoyées à des tiers.

Apptimize et Localytics récupéraient ces informations pour alimenter un service d’optimisation des applications. Malheureusement, les données étaient envoyées en masse, avec d'autres : position GPS, identifiant du téléphone et adresse email utilisée pour créer le compte. En clair, des informations identifiantes.

Le danger, selon le chercheur, est que les entreprises soient en mesure de bâtir une base de données de personnes contaminées par le virus, avec leur statut (positif, négatif, indétectable, PrEP, etc.).

Bryce Case, responsable sécurité de Grindr, a indiqué à Axios que l’entreprise avait arrêté cette pratique. Il reconnaît qu’un peu plus d’informations que nécessaire avaient été partagées, mais que les données les plus sensibles n’étaient pas envoyées aux publicitaires, en plus d’être chiffrées.

Il demande aux utilisateurs de comprendre et de ne pas mélanger l’affaire avec un cas aussi emblématique que Facebook/Cambridge Analytica : « Il y a une différence entre une plateforme logicielle que nous utilisons pour le débogage et l’optimisation, et une firme tentant d’influencer des élections ».

Grindr l’affirme en tout cas : le statut HIV n’a jamais fait partie des informations envoyées pour le ciblage publicitaire. L’entreprise insiste sur le caractère optionnel de cette donnée. Mais comme tant d’autres sociétés tentant de se justifier, le mal est déjà fait, et le contrôle des dégâts tourne à plein régime pour limiter la tempête médiatique.

Comme le précise BuzzFeed, ni Apptimize ni Localytics n’ont souhaité répondre aux questions, ajoutant au climat de suspicion.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

C’est à compter du 1er août prochain que les évènements vont s’accélérer. Les développeurs auront l’obligation de proposer une version 64 bits de leur nouvelle application ou d’une mise à jour, si l’une ou l’autre contient du code natif. Seule exception, les jeux utilisant Unity 5.6 ou une version plus ancienne, qui auront jusqu’en août 2021.

Le 1er août 2021 justement, Google Play ne pourra plus distribuer de versions 32 bits à des appareils équipés d’un SoC 64 bits, soit l’immense majorité des smartphones en circulation. Il faudra donc que les développeurs aient proposé une version adaptée d’ici là. Dans le cas contraire, les applications n’apparaîtront même plus dans le Store, sans exception.

Le plan ne concerne pas les applications visant explicitement les environnements Wear OS et Android TV, ou celles n’étant déjà pas distribuées sur des appareils Android 9.0 ou ultérieur.

Google fournit dans la foulée les étapes principales pour les développeurs, de l’analyse de l’APK aux tests, en passant par la nécessaire recompilation. Google dit travailler actuellement avec les éditeurs des principales bibliothèques pour simplifier le processus

Copié dans le presse-papier !

Plus de six mois après le départ surprise de Brian Krzanich, Intel n'a toujours pas de patron. Empêtrée dans ses soucis de productions en 14/10 nm, la société doit désormais avancer vers un futur plus serein.

Pour cela, un nouveau leader doit être mis en place pour donner une ligne directrice au géant du semi-conducteur et prendre les décisions qui s'imposent.

Selon Bloomberg, le conseil d'administration tente de faire son choix avant le 24 janvier prochain, date à laquelle Intel annoncera ses résultats pour le quatrième trimestre 2018.

Les rumeurs continuent de se multiplier autour de cette nomination : une nouvelle tête pour certains (externe à la société, ce qui n'est pas dans ses habitudes), une femme pour d'autres et pourquoi pas le responsable de la conception des puces d'Apple ?

Une chose est sûre, nous n'avons jamais été aussi proches de la décision finale et elle ne devrait plus tarder à être annoncée.

Copié dans le presse-papier !

Une demande a été faite en ce sens selon nos confrères de l'Équipe, afin de partager la diffusion du foot anglais la saison prochaine.

Pour rappel, RMC Sport (Altice) est l'actuel diffuseur exclusif du championnat, qui en a perdu les droits au profit de Canal+. Les deux sociétés avaient quelques mois plus tôt signé un accord de diffusion.

L'objectif serait sans doute d'avoir des relations plus apaisées alors que BeIN Sports est toujours bien présent et que l'espagnol Mediapro rafle de plus en plus de droits de son côté.

La Premier League doit néanmoins donner son aval pour que ce projet se réalise. Si tel est le cas, cela pourrait donner des idées aux deux groupes (et à leurs concurrents ?) pour la gestion des droits d'autres championnats.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant a ajouté quatre boutons sur sa petite télécommande : un pour allumer/éteindre la télévision (la liste des modèles pris en charge se trouve par ici), deux pour régler le volume (+/-) et un dernier pour couper le son.

Un micro est toujours présent pour Alexa. Cette télécommande est proposée dans plusieurs pays dont les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Allemagne, mais pas la France. Elle est actuellement proposée en promotion à 14,99 dollars au lieu de 29,99 dollars.

Pour rappel, nous n'avons pour le moment droit qu'à la clé Fire TV Basic Edition avec une télécommande sans Alexa, à 40 euros pour les membres Prime.

Copié dans le presse-papier !

Depuis quelques années il servait à expérimenter autour de services et d'extensions, ce ne sera plus le cas à compter du 22 janvier prochain.

Les extensions continueront d'exister dans la liste de celles proposées aux utilisateurs de Firefox. Les services comme LockBox et Send continuent d'avoir leur existence propre.

Des annonces pourraient d'ailleurs être rapidement faites concernant leurs prochaines évolutions selon le billet de blog diffusé par Mozilla.