du 03 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Rencontres : Grindr accusé de transmettre des données très personnelles à des tiers

L’application Grindr – dédiée aux rencontres gay – permet depuis longtemps de renseigner des informations très personnelles, comme le statut HIV. Selon le chercheur norvégien Antoine Pultier, ces données étaient envoyées à des tiers.

Apptimize et Localytics récupéraient ces informations pour alimenter un service d’optimisation des applications. Malheureusement, les données étaient envoyées en masse, avec d'autres : position GPS, identifiant du téléphone et adresse email utilisée pour créer le compte. En clair, des informations identifiantes.

Le danger, selon le chercheur, est que les entreprises soient en mesure de bâtir une base de données de personnes contaminées par le virus, avec leur statut (positif, négatif, indétectable, PrEP, etc.).

Bryce Case, responsable sécurité de Grindr, a indiqué à Axios que l’entreprise avait arrêté cette pratique. Il reconnaît qu’un peu plus d’informations que nécessaire avaient été partagées, mais que les données les plus sensibles n’étaient pas envoyées aux publicitaires, en plus d’être chiffrées.

Il demande aux utilisateurs de comprendre et de ne pas mélanger l’affaire avec un cas aussi emblématique que Facebook/Cambridge Analytica : « Il y a une différence entre une plateforme logicielle que nous utilisons pour le débogage et l’optimisation, et une firme tentant d’influencer des élections ».

Grindr l’affirme en tout cas : le statut HIV n’a jamais fait partie des informations envoyées pour le ciblage publicitaire. L’entreprise insiste sur le caractère optionnel de cette donnée. Mais comme tant d’autres sociétés tentant de se justifier, le mal est déjà fait, et le contrôle des dégâts tourne à plein régime pour limiter la tempête médiatique.

Comme le précise BuzzFeed, ni Apptimize ni Localytics n’ont souhaité répondre aux questions, ajoutant au climat de suspicion.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le dernier opus des Avengers est arrivé dans les salles obscures il y a moins de deux mois, mais cela n'empêche pas Marvel de vouloir le ressortir sur grand écran, dès la semaine prochaine.

Pour inciter de nouveau les fans à passer à la caisse, Kevin Feige (président de Marvel Studios) indique à ComicBook qu'il y aura des scènes supplémentaires. À Screen Rant, le même Kevin Feige ajoute qu'il ne s'agit pas « d'une version longue[...] Si vous restez après le générique, il y aura une scène supprimée, un petit hommage et quelques surprises ».

Au-delà de l'aspect financier avec de nouvelles recettes pour quelques petits changements, cette technique pourrait permettre à Avengers: Endgame de dépasser Avatar au box-office. Après un démarrage sur les chapeaux de roues, le film patine un peu.

Copié dans le presse-papier !

La plateforme de streaming et label travaillent de concert pour proposer des versions remasterisées d'un millier de clips d'ici fin 2020.

Lors de l'annonce, plus d'une centaine de clips sont disponibles, avec des artistes aussi divers que variés : Billy Idol, Beastie Boys, Kiss, Lady Gaga, Lionel Richie, Gwen Stefani, The Killers, etc.

YouTube ajoute que « les nouvelles vidéos remplaceront de manière transparente les versions originales sur YouTube et YouTube Music ». L'URL reste la même, le nombre de vues et de « j'aime » également.

Copié dans le presse-papier !

Microsoft avait expliqué début avril un important changement dans la manière dont les évolutions majeures de Windows 10 seraient proposées.

En clair, les utilisateurs ont le choix de les installer ou pas, tant que leur version ne s’approche pas trop de la date de fin de support. Chaque branche étant supportée 18 mois (dans la grande majorité des cas), on sait maintenant qu'une fois dans les 6 derniers, l'éditeur s'active un peu plus.

Les versions 1803 et antérieures sont ainsi concernées par une migration automatique vers la très récente May 2019 Update. L’éditeur pointe l’entrainement d’un algorithme, ce qui sous-entend une diffusion progressive.

Il ne faudra donc pas s’étonner si votre machine se lance dans un long processus de mise à jour.

Idéalement, tout se passera bien. Mais l’expérience a montré, particulièrement en 2018, que de nombreux problèmes pouvaient survenir. Dans le cas où l’aventure tournerait mal, prévoyez une sauvegarde de vos données.

Copié dans le presse-papier !

Il s'agit d'un jeu d’aventure en 2D de type « point and click ». Le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives explique que son titre est « loin d’un traditionnel "serious game" » et qu'il s'agit « avant tout un "vrai" jeu vidéo, au graphisme soigné, avec une histoire interactive et haletante mêlant aventure, science et science-fiction, le tout saupoudré d’une dose d’humour ».

Comptez entre 8 et 12 heures pour terminer le jeu, avec des sauvegardes évidemment. Il est jouable gratuitement, sans inscription ni publicité, depuis un navigateur. « À l’exception de l’illustration et du sound design, le Prisonnier quantique a été entièrement créé et développé en interne (sans recourir à un studio) au sein de l’unité de communication multimédia du CEA, en lien direct avec les chercheurs de l’organisme pour l’élaboration des énigmes scientifiques ».

Contrairement à ce que son titre laisse penser, il ne sera pas uniquement question de physique quantique : physique, chimie, énergie, sciences du vivant, climat, etc. sont au programme. « L’aventure emmène le joueur aux quatre coins du monde : d’une vieille ferme abandonnée, aux laboratoires du CEA, du grand accélérateur du CERN jusqu’à une antique cité souterraine et même au-delà du monde connu ».

Le jeu sera disponible à partir du 5 octobre.

Copié dans le presse-papier !

Les trois partenaires ne donnent pas encore de détails, simplement les grandes lignes avec « une première phase d’exploration couvrant tous les aspects relatifs aux services de mobilité autonome pour le transport des personnes et la livraison de biens, en France et au Japon ».

Selon le fabricant automobile, il s'agit d'une « première étape dans le développement de services de mobilité autonome rentables à long terme ». En plus de la France et du Japon, d'autres marchés sont envisagés, sauf la Chine qui est exclue.