du 01 juillet 2020
Date

Choisir une autre édition

Reconnaissance biométrique : Québec pourrait acquérir la technologie d'Idemia

Alors qu’Amazon, Microsoft et IBM ont suspendu la vente de logiciels de reconnaissance faciale aux corps policiers à cause de leurs biais racistes et des craintes de surveillance de masse, la Sûreté du Québec (SQ) est en train d’analyser un contrat de 4,4 millions pour acquérir la technologie de la société française Idemia, s'étonne La Presse.

Un appel d’offres avait été lancé l’automne dernier pour mettre en service « au plus tard le 30 novembre 2020 » une « solution clés en main » de reconnaissance faciale et d’empreintes digitales. L'objectif était d'utiliser la reconnaissance faciale dans le cadre d’enquêtes criminelles pour comparer des images de caméras de surveillance à une base de données comptant des dizaines de milliers de photos signalétiques (mugshots) de personnes ayant un dossier criminel ou ayant fait l’objet d’enquêtes.

Idemia est la seule entreprise a avoir candidaté au terme d’un deuxième appel d’offres lancé en février. Deux autres sociétés avaient voulu participer, mais se sont plaintes des délais trop serrés provoqués par la crise de la COVID-19.

La technologie d’Idemia permet d’identifier des plaques d’immatriculation, des silhouettes et « des personnes d’intérêt en temps réel » afin d’améliorer la sécurité dans les endroits publics comme les aéroports et les gares, indique un document promotionnel de l’entreprise. L’appel d’offres spécifie aussi de reconnaître automatiquement les tatouages.

Une étude publiée en décembre dernier aux États-Unis par le National Institute of Standards and Technology a classé la technologie d’Idemia parmi les plus performantes parmi une centaine de logiciels de reconnaissance faciale pour identifier des photos de personnes d’origines ethniques différentes.

Mais les algorithmes du logiciel ont toutefois, relève La Presse, montré une probabilité d’erreur de 1 pour 1000 lorsqu’il était en présence de photos de femmes noires, alors que le taux d’erreur était de 1 pour 10 000 dans le cas des visages de femmes blanches.

chargement Chargement des commentaires...