du 04 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

RATP : le ticket de métro dématérialisé fait ses premiers pas sur Android

L'annonce avait été faite par Valérie Pécresse en 2016, elle entre désormais dans la phase de test sur le terrain, comme l'indique Europe 1. Il ne s'agit pour le moment que de quelques utilisateurs triés sur le volet, tout le monde ne peut pas en profiter.

Pour en profiter, il faut pour installer l'application Navigo Lab sur un smartphone Android avec NFC et disposer d'une carte SIM Orange pour le moment (l'opérateur détient une partie de la start-up Wizway derrière cette expérimentation).

Dans une foire aux questions, Transilien explique que « lors de la première utilisation, une application complémentaire appelée "Ticket sans contact" sera à télécharger ». Bien évidemment, le tarif du ticket est le même qu'aux guichets.

L'expérimentation devrait ensuite s'étendre aux pass Navigo le 1er novembre. La généralisation de la dématérialisation des titres de transport est attendue pour juillet 2019. Pour rappel, en 2016, les plans de Valérie Pécresse prévoyaient d'arrêter le ticket physique en 2021.

Dans le même registre, Île-de-France Mobilités annonce la mise en place d'un ticket SMS sur huit réseaux bus de grande couronne (réseau OPTILE) : « achetez un ticket d’accès à bord grâce à un SMS envoyé depuis n’importe quel téléphone portable utilisant les réseaux Orange, SFR ou Bouygues ».

Le service est facturé 2 euros par SMS, le même prix que les tickets achetés dans le bus. Tous les détails sont disponibles par ici.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La députée Bérengère Poletti, suivie par une trentaine d’élus LR, vient de déposer une proposition de loi encourageant le gouvernement à « étudier la dématérialisation du livret de famille », dont l’actuel support papier est jugé « désuet et peu pratique à utiliser ».

La parlementaire explique surtout qu’il s’avère parfois compliqué de mettre à jour ce document administratif (ce qui est obligatoire en cas de naissance, de mariage...), notamment pour les familles recomposées.

Face aux progrès de « la transition numérique et de la digitalisation de nombreux documents administratifs », Bérengère Poletti estime que le livret de famille pourrait évoluer « sur un format voisin de la carte national d’identité ».

Copié dans le presse-papier !

Il prendra place dans l'Engineering Center (créé en 2011) sur le campus du géant du Net à Issy-les-Moulineaux, dans la région parisienne.

La société explique que « ce centre a pour mission d’accompagner les entreprises du monde entier dans leur transformation digitale (sic) et dans leur quête d’efficacité et de productivité accrues grâce à l’IA ».

Microsoft ne donne pas plus de détails pour l'instant.

Copié dans le presse-papier !

La Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) et la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) ont lancé hier une consultation portant sur un projet de « guide pratique de la publication en ligne et de la réutilisation des données publiques », qu’elles ont élaboré conjointement, en lien avec la mission Etalab.

Ce document, à destination des administrations comme des citoyens, fait un point sur les réformes impulsées notamment par la loi pour une République numérique de 2016 et le RGPD : obligations de mise en ligne, formats de données, anonymisation, etc.

Initialement, la CNIL espérait que ce guide puisse être publié dès la fin 2016 (voir notre article).

Copié dans le presse-papier !

La découverte a été faite par l'équipe de sécurité de Check Point Research, qui a publié un (très) long billet de blog détaillant son fonctionnement.

Selon les chercheurs, elle permet de « prendre le contrôle total de l'ordinateur de la victime ». À cause d'une vulnérabilité dans la bibliothèque UNACEV2.DLL, il est possible de « créer des fichiers dans des dossiers arbitraires, à l'intérieur ou non du dossier de destination, lors de la décompression des archives ACE », explique WinRAR.

Problème, UNACEV2.DLL n'est plus mis à jour depuis 2005 et la société n'a pas accès au code source. « Nous avons donc décidé de supprimer la prise en charge du format ACE pour protéger la sécurité des utilisateurs de WinRAR », indiquent les notes de version de la 5.70 bêta.

Copié dans le presse-papier !

La start-up, qui a obtenu sa licence bancaire en décembre, continue sur sa lancée et affiche une belle croissance. Après trois millions d'utilisateurs en mi-novembre, elle passe à quatre millions en un peu plus de trois mois. Pour rappel, il lui avait fallu cinq mois pour passer de deux à trois millions.

Pour le moment, la banque en ligne n'est disponible que dans les pays de l'espace économique européen, mais elle prévoit de se lancer dans le reste du monde, sans plus de détails pour l'instant.