du 28 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Qwant : trois trackers repérés par Exodus, mais deux faux positifs selon le moteur de recherche

Vendredi dernier, la plateforme Exodus était mise en ligne (voir notre entretien) et révélait une partie des trackers présents dans plus de 300 applications. Dans le lot : Qwant, un moteur de recherche centré sur le respect de la vie privée. Trois trackers étaient repérés par Exodus : Crashlytics, DoubleClick et Schibsted.

Rapidement, la société avait publié une nouvelle version de ses applications, sans attendre les résultats de son enquête. « Aujourd'hui, nous avons terminé notre enquête et nous pouvons affirmer que ni le tracker DoubleClick (Google) ni Shibsted ont été intégrés dans notre application ».

Le moteur de recherche s'explique : Exodus recherche des « chaînes de caractères suspectes ». Dans le cas de Shibsted, il s'agit d'une URL ajoutée dans une liste de raccourcis : « Ce n'était qu'une URL. Rien de plus. Il n'y avait absolument aucun code qui aurait permis à Schibsted de suivre nos utilisateurs ».

Pour la bibliothèque open source Crosswalk contenant « doubleclick.com » et « doubleclick.net », elle est utilisée pour afficher Android WebView, le navigateur de base d'Android : « Elle inclut du code permettant à Google d'activer des fonctionnalités spéciales uniquement pour ses propres noms de domaine. Elle ne permet pas de suivre votre activité de navigation » affirme Qwant.

« Nous avons cependant utilisé les services de Crashlytics » reconnaît le moteur de recherche, précisant qu'elle avait été mise en place avant son rachat par Google. Dans tous les cas, décision a été prise de ne plus s'en servir.

Enfin, Qwant réitère son offre de fournir « toute l'aide possible pour améliorer et maintenir » Exodus, sans plus de précision.

chargement Chargement des commentaires...