du 27 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Quand la rapporteure de la loi contre la manipulation de l’information diffuse une « fake news »

« Paris 1940 ? Non non, Paris 2018 ! Honte à ceux qui piétinent ainsi la République. Qu’ils sachent que leurs manœuvres n’y changera rien (sic) : nous continuerons à transformer le pays et répondrons à la colère de ceux de nos concitoyens qui manifestent dans le respect de la loi ».

Sur Twitter, cette prose, suivie d’une photo d’un « gilet jaune » levant le bras droit en l’air sur les Champs Élysées, est signée de Naïma Moutchou.  

Problème, la députée LREM a été un peu rapide dans ses conclusions. FranceTvInfo a retrouvé la vidéo originale d’où est tirée cette capture. On y entend l’homme prononcer « Ave Macron », loin donc d’un quelconque salut nazi. « Il peut y avoir une part d’erreur, et il faut les limiter au maximum, a tempéré l’élue, pris la main dans le pot d’infox. Mais si on résonne (sic) comme ça on finit par ne plus rien dénoncer. »

Fait piquant, Naïma Moutchou fut rapporteure de la proposition de loi contre les fausses informations. Tout juste votée, elle permet au juge de l’urgence de réclamer la suppression sur les réseaux sociaux d’« allégations ou imputations inexactes ou trompeuses d’un fait de nature à altérer la sincérité du scrutin à venir » dans les trois mois d’une élection à venir.

Heureusement pour l’élue, et surtout pour Twitter, il n’y a aucune élection à venir dans cet agenda. De plus, le texte exige que les fausses informations soient « diffusées de manière délibérée, artificielle ou automatisée et massive » sur Internet.

Enfin et surtout, la loi n’a pas été publiée au Journal officiel puisqu’à peine votée. Comme indiqué dans ces colonnes, elle a été trainée devant le Conseil constitutionnel à la demande d’au moins 60 sénateurs centristes et LR.

chargement Chargement des commentaires...