du 06 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

Qualcomm repousse son AG au 5 avril, Broadcom parle de manœuvres secrètes

Aujourd'hui, Qualcomm devait organiser son assemblée générale durant laquelle son courtisan Broadcom comptait bien présenter onze candidats et candidates au poste d'administrateur indépendant.

Mais elle est finalement décalée d'un mois suite à une demande émanant du Comité pour l'investissement étranger aux États-Unis (CFIUS), en charge d'examiner les OPA sur des sociétés américaines. « Cette mesure permettra au CFIUS d'enquêter en profondeur sur la proposition d'acquisition par Broadcom de Qualcomm » ajoute le département du Trésor américain.

L'histoire pourrait en rester là, mais Broadcom fait part de son mécontentement dans cette affaire. Hier, le géant expliquait qu'il était déçu d'apprendre que, le 29 janvier, Qualcomm avait « secrètement déposé une demande auprès de CFIUS afin d'ouvrir une enquête ».

Qualcomm répondait alors que les « affirmations de Broadcom selon lesquelles l'enquête du CFIUS est une surprise n'ont aucun fondement. Broadcom est en contact avec le CFIUS depuis des semaines et a fait deux soumissions écrites au CFIUS ». Dans un nouveau communiqué, Broadcom persiste et signe : « Qualcomm a omis de divulguer à ses propres actionnaires et à Broadcom qu'elle a secrètement déposé une demande unilatérale et volontaire d'examen le 29 janvier 2018 ».

Le groupe ajoute que « la seule correspondance avec le CFIUS était en réponse à des questions sur la nomination des administrateurs Broadcom au conseil d'administration de Qualcomm ». La suite au prochain épisode...

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Tom Forsyth, qui a travaillé sur le célèbre projet (devenu depuis Xeon Phi), l'a annoncé sur Twitter : il est de retour chez le géant de Santa Clara, en tant qu'architecte en chef.

Depuis son précédent passage chez Intel, il a travaillé principalement sur des solutions de VR, chez Valve puis Oculus. De quoi relancer la machine à spéculations sur la cible et la composition de cette solution graphique, qui doit être lancée en 2020.

Copié dans le presse-papier !

Au Computex, le fabricant exposait toute une panoplie de nouveautés (lire notre compte rendu), dont des ventirads pour les processeurs Intel Xeon Scalable (Platinum, Gold, Silver et Bronze) et Xeon-Phi. Ils sont désormais disponibles.

Comme prévu, nous retrouvons donc le NH-U14S DX-3647 avec un ventilateur de 140 mm, le NH-U12S DX-3647 avec deux de 120 mm, et enfin le NH-D9 DX-3647 4U avec deux de 92 mm. Comme son nom l'indique, ce dernier est spécialement pensé pour les racks au format 4U.

Les modèles avec un ventilateur de 140 mm et deux de 92 mm sont vendus à 89,90 euros, contre 99,90 euros pour celui avec deux de 120 mm. Ils sont d'ores et déjà disponibles chez Amazon aux États-Unis et devraient arriver rapidement en France.

Copié dans le presse-papier !

Début 2016, une polémique a éclaté à cause de l'erreur 53, un verrouillage d'un iPhone ou iPad déclenché par un changement de pièce, en particulier le bouton Touch ID. Apple bloquait chaque appareil dont le bouton n'avait pas été changé officiellement via son service client, à la faveur d'une mise à jour d'iOS.

L'entreprise a rapidement publié un correctif stoppant ces blocages, justifiés par des raisons de sécurité. Elle promettait en outre de rembourser les clients ayant acquis un nouveau smartphone ou tablette. La commission australienne de la concurrence et de la consommation a attaqué Apple, après des plaintes de 275 consommateurs entre 2015 et 2016, dont 53 n'étaient officiellement plus éligibles pour une réparation.

« Le discours d'Apple a mené des consommateurs à croire qu'elle leur refuserait une réparation pour leur appareil défectueux car ils sont passés par un réparateur tiers » déclare la commission. Un tribunal fédéral a condamné Apple US et Apple Australie à une amende de 9 millions de dollars australiens, soit 5,7 millions d'euros. Entretemps, la société a revu ses formations et procédures.

Copié dans le presse-papier !

Lancés il y a maintenant près d'un an, ils sont (enfin) annoncés officiellement par le géant de la vente en ligne. Le principe est proche de celui des consignes automatiques Locker en France, mais les Hubs sont prévus pour des immeubles d'habitation.

Ils peuvent surtout recevoir des colis provenant de n'importe quel transporteur et/ou enseigne, pas seulement d'Amazon. Une fois le colis dans la consigne, le client reçoit un code à saisir pour le récupérer.

Puisqu'ils sont disponibles depuis l'année dernière, des Hubs sont d'ores et déjà installés dans des bâtiments aux États-Unis. Amazon explique ainsi que 500 000 résidents de New York, San Francisco et d'autres villes en profitent déjà.

De nouveaux Hubs sont installés régulièrement avec « des milliers d'utilisateurs supplémentaires chaque mois ». De plus amples informations sont disponibles par ici.

Copié dans le presse-papier !

Depuis quelques jours, les vidéos d'au moins une dizaine de chaines sont en partie inacessibles. La raison, selon la fondation Blender, est une mise à jour du contrat du programme partenaires.

L'organisation, qui refuse de monétiser ses vidéos sur la plateforme, a reçu un contrat qui demande en substance d'autoriser cette monétisation sur la chaine. Cela même si, dans ses paramètres avancés, elle peut toujours être désactivée. La fondation pointe aussi une possible erreur humaine, des blocages précédents étant discutés avec la plateforme depuis quelques mois.

Blender commence un essai d'instance PeerTube pour l'occasion.