du 14 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Comme attendu, Qualcomm a renvoyé Broadcom dans ses cordes. La direction du groupe américain a fait savoir à son concurrent que l’offre transmise « sous-évalue significativement Qualcomm au regard de sa position de leader dans les technologies mobiles et de ses futures perspectives de croissance ».

En outre, Qualcomm évoque de fortes incertitudes sur le plan réglementaire. Un rapprochement entre les deux entreprises serait scruté de très près par les autorités de la concurrence, qui pourraient demander d’importantes concessions au projet de départ afin de le valider.

Pour rappel, Broadcom avait mis sur la table une offre valorisant Qualcomm a environ 130 milliards de dollars en proposant 70 dollars par action du groupe, soit environ 103 milliards de dollars, ainsi qu’une prise en charge intégrale de sa dette, supérieure à 25 milliards.

Qualcomm rejette l’offre de rachat de Broadcom
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans un règlement de différend, publié hier soir, l'autorité des télécoms tranche en faveur de Free, dans un dossier en zones moins denses.

Pour mémoire, il s'agit de 12,7 millions de lignes en agglomérations moyennes, déployées par Orange et SFR (à 80 et 20 %), dans lesquelles les quatre opérateurs coinvestissent pour y proposer leurs box. Ils doivent donc pouvoir accéder au réseau. Depuis quelques années, Free se plaint de conditions d'accès moins bonnes que celles des employés d'Orange.

Le 15 novembre 2017, Free a donc saisi le régulateur. Au lieu de 20 ans, Orange doit fournir un accès d'une durée d'au moins 40 ans à Free. L'opérateur historique doit par ailleurs fournir une explication des grands tarifs, en lien avec les coûts du réseau, en plus des grandes masses de dépenses pour sa construction et son exploitation.

Enfin, et c'est important, Free Mobile pourra utiliser le surplus de fibres du réseau d'Orange pour connecter ses stations de base, donc améliorer les débits de son réseau. Le volume disponible reste tout de même à définir.

Copié dans le presse-papier !

Les deux sociétés viennent d'annoncer que la distribution Linux était désormais certifiée, dans sa version 16.04 LTS, pour certains Mini PC NUC.

L'idée est de pousser une solution commune auprès des intégrateurs et développeurs dans le cadre de solutions consacrées aux objets connectés (IoT) et autres « smart displays ». Des images spécifiques sont ainsi distribuées.

La liste des appareils concernés est disponible par ici.

Copié dans le presse-papier !

Sans être une révolution, cette mise à jour améliore les performances TRIM, la gestion de l'usure (Wear Leveling) et des erreurs S-ATA, ainsi que la compatibilité avec certaines applications de chiffrement TCG Opal 2.0 (mais rien ne change pour Microsoft BitLocker précise le constructeur).

Les SSD MX500 M.2 et S-ATA sont concernés et, comme toujours, il est recommandé de sauvegarder ses données avant d'installer cette mise à jour, bien que celle-ci n'efface normalement pas les données.

Copié dans le presse-papier !

Début mai, nous apprenions que le fabricant de smartphones préparait son introduction à la bourse de Hong Kong. Il devait alors lever 10 milliards de dollars, contre 6,1 milliards aujourd'hui, selon l'AFP.

« Xiaomi ne s'introduira dans un premier temps que sur la place hongkongaise, où il propose 2,18 milliards de titres au prix unitaire de 17 à 22 dollars hongkongais », détaillent nos confrères.  L'introduction se déroulerait le 9 juillet et valoriserait l'entreprise entre 54 et 70 milliards de dollars, en baisse par rapport aux 100 milliards évoqués début mai.

Parmi les investisseurs potentiels, China Mobile et le fabricant de puces Qualcomm. Selon South China Morning Post, les deux sociétés envisageraient d'investir 100 millions de dollars chacune. Le fonds CICFH Entertainment mettrait pour sa part 192 millions de dollars.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant vient de déployer une mise à jour sur Android et iOS. Les notes de version sont les mêmes dans les deux cas.

La vitesse maximale du véhicule peut ainsi être définie entre 80 et 145 km/h, mais la fourchette n'est pas précisée pour l'accélération. Pour profiter de ces fonctionnalités, vous devez avoir la mise à jour 2018.24 pour le logiciel de la voiture.

Comme le rappelle Electrek, cette mise à jour suit le « mode voiturier » introduit l'année dernière. Il empêche de dépasser les 112 km/h, limite la puissance de l'accélération à 25 %, verrouille la boîte à gants et limite l'accès à certains paramètres.