du 13 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

Pour rappel, Qualcomm avait annoncé son CPU Centriq 2400 en novembre dernier, « le premier processeur serveur en 10 nm au monde ». Selon Bloomberg, la société explorait la possibilité de vendre ou d'arrêter sa branche serveur.

Aujourd'hui, Cristiano Amon, président de la société, explique à Reuters qu'il ne souhaite pas laisser tomber ce marché. La société n'a par contre pas précisé si elle avait vraiment eu l'intention de vendre cette division.

Afin de gagner en efficacité, la section travaillant sur les processeurs pour serveurs sera intégrée à la division Qualcomm CDMA Technologie qui s'occupe des terminaux mobiles, précise le dirigeant.

Qualcomm ne compte pas se retirer du marché des processeurs pour serveurs
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

En novembre dernier, le géant américain croquait la société spécialisée dans les systèmes de communication pour 5,5 milliards de dollars.

Dans un document transmis à la SEC et repéré par Reuters, Broadcom rapporte que, suite à cette acquisition, « environ 1 100 employés ont été licenciés », et ce, dans tous les secteurs d'activité à l'échelle mondiale. La société ajoute avoir engagé 143 millions de dollars de frais, principalement pour les licenciements.

Ce n'est pas tout : « La direction est en train d'évaluer davantage nos ressources et nos besoins opérationnels et pourrait éliminer d'autres postes, ce qui entraînerait des coûts de restructuration supplémentaires ».

Copié dans le presse-papier !

Les deux sociétés semblent proches sur le territoire français et multiplient les partenariats. Cette fois, à l'occasion de ce grand évènement sportif.

L'idée reste simple : trois mois offerts à l'option Plus du service (3,99 euros par mois) pour l'achat d'une Shield TV entre le 13 juin et le 15 juillet. Les détails sont accessibles par ici.

Attention, cela ne concerne que 2 000 comptes et les modèles 2017 de la console. Pour en profiter, il suffit d'installer Molotov, de se connecter, le compte sera automatiquement activé.

Reste néanmoins un problème, pour un produit qui vante sa compatibilité 4K : l'accès aux matchs est limité au Full HD sur Molotov. Il faudra donc se tourner vers beIN, Canal ou l'application TF1 de certaines box de FAI pour l'Ultra HD.

Copié dans le presse-papier !

Depuis déjà un an, le 10 GbE arrive doucement dans les cartes mères haut de gamme. ASUS va plus loin avec sa WS X299 SAGE/10G pensée pour les stations de travail.

Il s'agit d'une évolution de la WS X299 SAGE (vendue 499,90 euros), avec un contrôleur X550 Series d'Intel lui permettant de proposer deux ports 10 GbE, également compatibles 5, 2,5 Gb/s et 1 Gb/s évidemment.

Pour le reste, la carte dispose de ports USB 3.1 Gen 2 (dont un Type-C), d'un étage d'alimentation amélioré, de deux emplacements M.2, ou encore de sept emplacements PCIe x16. Tous les détails sont disponibles par ici. Il ne manque désormais plus que son prix.

Copié dans le presse-papier !

Les deux opérateurs, qui bataillent sur la responsabilité de 12,7 millions de lignes dans les agglomérations de taille moyenne, ont trouvé un nouvel accord, rapporte Le Monde.

SFR récupère donc 1,2 million de lignes à construire, le menant à un total de 2,6 millions d'ici 2020. Dans ces zones AMII, Orange et SFR déploient le réseau pour le compte de l'ensemble des opérateurs. Jusqu'ici, l'opérateur historique gardait jalousement 90 % de cette charge.

Depuis le rachat de SFR par Numericable en 2014, le groupe a gelé les déploiements de fibre, préférant moderniser son réseau câble. Revenu à de meilleurs sentiments, SFR a réclamé un nouvel accord à Orange, qui refusait de bouger jusque là. La marque au carré rouge s'est même cassé les dents en justice sur le sujet.

Chacun mettait en doute la capacité de l'autre à tenir ses délais, sans que les collectivités concernées n'aient vraiment leur mot à dire. L'Avicca, une association de collectivités, s'inquiète toujours sur le sujet. Comme nous le révélions, les deux groupes ont mené une guerre des tranchées, préemptant des quartiers, quitte à en laisser une partie non couverte.

Selon Le Monde, cet accord a été signé sous pression du gouvernement. Orange aurait même cédé des zones déjà déployées. Les deux entreprises devront bien tenir le rythme, leurs engagements étant enfin opposables.