du 19 décembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Pylônes de SFR : avec Hivory, Altice et KKR veulent s'associer aux autres opérateurs

En juin, la marque au carré rouge annonçait la vente d'une partie de ses pylônes en France : le fonds d'investissement KKR prenait 49,99 % de la nouvelle entité, qui reste donc sous le contrôle d'Altice (avec 50,01 %). Une opération validée par l'Europe courant septembre.

Les deux partenaires annoncent aujourd'hui la création d'Hivory (alors qu'il était auparavant question de SFR TowerCo). « Via Hivory, Altice et KKR chercheront de manière proactive à s’associer à tous les opérateurs mobiles pour développer leurs couvertures et atteindre leurs objectifs de densification en France », affirme la société de Patrick Drahi.

Hivory proposera par exemple de construire de nouvelles tours « sur mesure » et facilitera la colocation entre opérateurs. Cette nouvelle entité veut ainsi accompagner les acteurs dans la mise en place du « New Deal » signé avec l'Arcep et l'arrivée de la 5G.

Attendons maintenant de voir si l'appel du pied de Hivory (et donc de SFR, qui reste majoritaire) sera entendu et pris en compte par les autres opérateurs pour le déploiement de leurs réseaux.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

L'annonce a été faite par la Pomme en personne. Cette somme s'ajoute aux 200 millions de mai 2017, qui provenaient également de l'Advanced Manufacturing Fund d'Apple.  Pour rappel, Corning est spécialisée dans les verres de protection pour les terminaux mobiles.

Elle doit servir à soutenir « les activités de recherche et développement », sans plus de détail. Lors d'une interview en mars 2019, un des dirigeants de Corning expliquait que l'un des défis actuels est de développer un verre suffisamment fin pour plier sans casser. Certains y voient la possibilité pour Apple de se lancer dans les écrans pliables. 

Copié dans le presse-papier !

Chez les actuels gros prestataires de streaming musical, Amazon est le premier à dégainer une offre plus onéreuse centrée sur la qualité, et vient ainsi marcher sur les plates-bandes de Qobuz.

Le catalogue comprend désormais 50 millions de titres en HD (16 bits, 44,1 kHz) et des « millions de chansons » en Ultra HD (24 bits, 192 kHz). La qualité du titre joué dépendra de l'appareil utilisé et surtout de la connexion utilisée.

Les abonnés actuels d’Amazon Music peuvent payer 5 dollars de plus par mois pour accéder à cette nouvelle qualité, sans toutefois savoir à l’avance si un titre spécifique sera compatible. Les abonnés Prime sans Music peuvent s’abonner directement à HD pour 12,99 dollars. Sans Prime, l’abonnement est de 14,99 dollars par mois, soit les 9,99 habituels et les 5 dollars supplémentaires.

La nouvelle option est disponible dans tous les points d’accès d’Amazon Music : web, Android, iOS, enceintes connectées Alexa, Fire TV ou encore tablettes.

Cependant, l’offre n’est pas encore proposée partout. Pour l’instant, seuls les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et le Japon y ont droit. Pour les concernés, une offre d’essai de 90 jours est disponible.

Copié dans le presse-papier !

La société l'a officiellement annoncé mardi. Elles circuleront dans le centre-ville, mais pas en mode autonome. C'est bien le chauffeur qui aura la main le temps pour le système de collecter des données. 

« Les données que nous collectons guideront nos prochaines étapes. Nous ne testerons peut-être pas notre système de conduite autonome à Dallas immédiatement après cette première collecte de données », explique Austin Geidt, responsable du programme des véhicules autonomes.

Le VTC marche sur des oeufs depuis l'accident mortel de Tempe en mars 2018 impliquant une de ses voitures autonomes. Les tests avaient été suspendus dans la foulée, avant de reprendre plusieurs mois plus tard. 

Copié dans le presse-papier !

La nouvelle mouture est maintenant prête à être testée, après un petit retard. Les utilisateurs intéressés sont d'ailleurs brossés dans le sens du poil, l’équipe expliquant l’importance des remontées de bugs. Ces corrections ne profiteront ainsi pas qu’à Fedora, mais à l’ensemble de la communauté Linux.

Fedora est pour rappel très axée sur la fraicheur des paquets et technologies embarqués. Elle avait été la première par exemple à se servir de Wayland comme serveur d’affichage par défaut, en lieu et place de X.org. Un pas que n’a toujours pas franchi Canonical dans Ubuntu en comparaison.

Fedora 31 introduit donc deux changements attendus : l’utilisation par défaut de Wayland par Firefox et les applications Qt. Une bascule initialement prévue pour Fedora 30, mais qu’un retard avait fait sortir de la « fenêtre de tir ».

La nouvelle Fedora embarque également GNOME 3.34 (sorti il y a moins d’une semaine) et Xfce 4.14. La compression des paquets RPM passe de xz à zstd, avec pour changement majeur une décompression beaucoup plus rapide, même si les paquets sont un peu plus longs à générer en contrepartie.

Fedora 31 abandonne également ses versions 32 bits. Désormais, qu’il s’agisse de Workstation ou de Server, seule la mouture x86_64 est proposée. La version i686 n’existe plus et ses dépôts ont été supprimés. Dans le cas d’une Fedora 30 en i686, aucun chemin de mise à jour ne sera proposé.

Les testeurs intéressés pourront récupérer les images ISO depuis le site officiel, en téléchargement direct ou Torrent. 

Copié dans le presse-papier !

La filiale de Comcast veut également sa part du gâteau de la SVOD et lancera sa propre plateforme baptisée Peacock. Aucun détail sur la date ni le prix n'a filtré pour l'instant. Nous savons simplement qu'elle sera centrée sur les États-Unis pour commencer.

Parmi les contenus qui seront proposés, une nouvelle version de Battlestar Galactica fait beaucoup parler d'elle, principalement car elle sera réalisée par Sam Esmail, le papa de Mr. Robot.

Sur Twitter, l'intéressé explique qu'il ne s'agit pas d'un remake de la série de Ronald D. Moore « parce que ... pourquoi jouer avec la perfection ? ». « Au lieu de cela, nous explorerons une nouvelle histoire au sein de la mythologie tout en restant fidèles à l'esprit de Battlestar », explique-t-il.