du 17 mai 2019
Date

Choisir une autre édition

Jamais à court d'idées lorsqu'il s'agit d'ajouter des réclames sur ses services, le géant du Net propose deux nouveaux outils à ses partenaires.

Le premier, Discovery ads, permet de mettre de la publicité sur le flux d'accueil de YouTube sans avoir besoin d'une vidéo, une image suffit pour la mettre en avant sur la page d'accueil de la plateforme de streaming. Elle peut aussi prendre place dans Gmail et Discover, le flux d'actualité sur mobile.

Les Bumpers ads sont des vidéos publicitaires de six secondes, avant la lecture du contenu et impossibles à passer. Alors que les réclames sont généralement plus longues, Google propose sa Bumper Machine pour les réduire à six secondes seulement.

Elle utilise le machine learning pour identifier les passages les plus intéressants à mettre en avant. Bien sûr, vous avez la possibilité d'apporter de petites modifications au rendu final si vous le souhaitez.

Publicités sur YouTube, Gmail et Discover : voici Discovery ads et Bumper Machine
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Pas de surprise, Steam Chat fait exactement ce que son nom laisse supposer : elle « inclut de nombreuses fonctionnalités clés du chat du client de bureau ».

Vous avez ainsi accès à votre liste d'amis, aux chats individuels ou en groupe, aux liens d'invitations, aux notifications personnalisables, etc.

Pour rappel, la semaine dernière l'application Steam Link était de retour sur iOS et Apple TV, quasiment un an après s'être fait rejetée.

Copié dans le presse-papier !

Mozilla annonce avoir apporté de nombreux changements internes pour améliorer encore la rapidité du navigateur : reléguer au second plan les fonctionnalités les moins utilisées et suspendre les onglets inactifs sont au programme.

Du côté de la protection de la vie privée, le blocage du cryptomining et du fingerprinting est au menu de Firefox 67, comme prévu. Par contre, ces deux fonctions ne sont pas activées par défaut et il faudra se rendre dans « Options » puis « Vie privée et sécurité ».

Après son activation dans les premières nightlies, en septembre 2018, WebRender débarque enfin. Il s'agit pour rappel d'un moteur de rendu 2D exploitant le GPU (de plus amples informations techniques dans ce billet de blog). L'éditeur précise que « certains utilisateurs, notamment ceux utilisant Windows 10 avec des cartes graphiques NVIDIA, pourront la tester en avant-première ». Il est ensuite prévu de l'étendre plus largement.

En navigation privée, l'enregistrement et la sauvegarde des mots de passe fonctionnent, ainsi que l'activation/désactivation des modules complémentaires. Lors de l’installation d’une extension, le navigateur vous demandera l’autorisation de l’utiliser en navigation privée. L’option proposée par défaut est : « ne pas autoriser ».

Pêle-mêle, il est aussi question d'amélioration pour l'accessibilité (la barre d’outils est entièrement accessible via le clavier), l'utilisation de dav1d pour les vidéos AV1, etc. Les notes de version détaillées sont disponibles par ici.

Copié dans le presse-papier !

Le studio annonce la suite des aventures du tueur en série par un message envoyé à ses fans, comme l'indiquent plusieurs de nos confrères, dont Variety.

Le message est court : « Vous avez servi. Vous serez de service. John Wick: Chapter 4 arrive – May 21, 2021 ». Aucun détail supplémentaire n'a filtré pour l'instant.

Copié dans le presse-papier !

Laure de La Raudière, député LR spécialisée dans le numérique depuis plusieurs années, a interrogé en avril 2018 l’exécutif sur la question sensible de l’obligation de conservation des données. Cette obligation est indiscriminée en France, en ce sens que les intermédiaires techniques doivent impérativement conserver un an durant l’ensemble des données de connexion laissées dans le sillage des usages en ligne.

Dans ses arrêts Télé2 et Digital Rights Ireland Ltd notamment, la Cour de justice de l’Union européenne a imposé plusieurs garde-fous pour protéger ce qu'il reste de la vie privée : une conservation qui ne peut devenir la règle, un système concentré sur la criminalité grave, un contrôle préalable des accès par une juridiction ou une autorité, ou encore l’information des personnes concernées par un tel accès, lorsque cette alerte n’est plus susceptible de compromettre les enquêtes en cours.

Le gouvernement, par la voix du ministère de la Justice, lui a répondu un an plus tard. L’option choisie par Paris est bien celle de la temporisation.

Ses yeux sont tournés sur les questions préjudicielles posées par le Conseil d’État le 28 juillet 2018, à l’occasion de deux arrêts rendus à l’initiative de la FDN, FFDN et la Quadrature du Net. Comme expliqué, la juridiction est en quête de brèches permettant à la France de maintenir son régime actuel, au désespoir des requérants.

Le gouvernement se dit « particulièrement attentif » à la jurisprudence signalée par Laure de La Raudière. Il est cependant « nécessaire de recueillir au préalable les précisions demandées notamment par le Conseil d’État à la Cour de Justice de l'Union européenne avant d'apprécier dans quelle mesure il est nécessaire d'adapter le cadre normatif national aux exigences du droit européen », explique poliment Nicole Belloubet.

Copié dans le presse-papier !

Thibault Bazin, député LR de Moselle, vient d’interroger Cédric O, secrétaire d'État au Numérique, « sur la nécessité de la mise en place d'un contrôle de l'âge sur les sites pornographiques ».

Un système sera activé outre-Manche dès le 15 juillet 2019. À cette date, les sites X devront mettre en place un mécanisme robuste de vérification, sous peine d’être bloqués et leurs moyens de payement désactivés.  

Cette législation inspire à plein nez le député LR de Moselle : « Alors que les contenus pour adultes en ligne sont accessibles beaucoup trop facilement actuellement en France, avec tous les effets secondaires que cela peut provoquer », il demande « si le gouvernement a l'intention de mettre en place rapidement un système similaire afin de protéger les enfants de ces contenus inappropriés ».

La réponse du secrétaire d’État n’est pas encore publiée, mais rappelons qu’en mars 2017, Laurence Rossignol, alors ministre des Familles, avait imaginé un blocage par défaut de l’ensemble des sites pornos. Elle se disait également favorable à un contrôle d’accès par numéro de carte bancaire.

En 2011, le député Christian Vanneste (LR) avait envisagé un autre dispositif dans une proposition de loi : un blocage administratif là encore par défaut des sites X identifiés par une autorité. Les FAI auraient levé ce blocus mais « uniquement à ceux de leurs abonnés qui en font expressément la demande ».