du 25 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

Publicité : Twitter prépare son centre de transparence

L'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016 a laissé de sérieuses séquelles. Dans les semaines à venir, le réseau à l'oiseau bleu ouvrira des données sur les publicités aux utilisateurs, via un centre dédié. Il recensera toutes les publicités, la date de leur mise en place, les créatifs associés à la campagne et des précisions sur le ciblage. La société fournira, en outre, la possibilité de refuser une annonce.

Les réclames politiques, c'est-à-dire liées à un candidat ou une élection, seront placées dans une catégorie à part et identifiées visuellement. Le centre de transparence contiendra aussi une catégorie dédiée, avec l'ensemble de celles déjà passées, les montants dépensés, la présentation des financeurs (avec l'historique des dépenses de chacun) et le public ciblé. Chaque annonceur devra les identifier manuellement, déclenchant des restrictions sur le ciblage. Sans cela, des pénalités pourront s'appliquer.

L'entreprise dit soutenir une proposition de loi bipartisane imposant plus de transparence sur la publicité politique. Le sujet est sensible depuis l'élection de Donald Trump en 2016 et l'annonce par Facebook que de faux-nez russes auraient acheté pour 100 000 dollars de réclames destinées à attiser le clivage politique aux États-Unis.

Twitter insiste donc pour montrer patte blanche, comme l'ensemble de ses concurrents. Plus largement, la plateforme a déjà entamé une démarche de transparence sur le ciblage, en contrepartie d’un renforcement de la pression publicitaire.

chargement Chargement des commentaires...