du 31 octobre 2019
Date

Choisir une autre édition

Le code est désormais diffusé sous licence GPLv3 via GitHub, permettant à chacun de le récupérer, de le compiler ou même de l'auditer. Un travail déjà mené par un cabinet indépendant.

L'équipe en profite pour revenir plus en détail sur le modèle de sécurité de cette application, appuyant sur le besoin d'activer une protection complémentaire via une mécanique comme FaceID ou la protection par code PIN. 

ProtonMail : l'application iOS passe en open source
chargement Chargement des commentaires...