du 09 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Project xCloud : Microsoft dévoile à son tour une initiative dans le jeu en streaming

Le succès de services comme Shadow continue d'aiguiser les appétits des géants étrangers. Après NVIDIA et GeForce Now, le PlayStation Now de Sony ou Project Stream de Google, c'est au tour du père de la Xbox de sauter le pas.

Dans un billet de blog, la société précise sa vision du futur du « gaming », qui consiste à pouvoir jouer n'importe où, quand on le souhaite et sur n'importe quel appareil. « Une évolution identique à ce qui s'est passé pour la musique ou les films ». En plus complexe.

C'est là que xCloud doit entrer en scène. Il permettra aux studios de publier leurs titres pour le jeu à distance, Microsoft ayant l'avantage de proposer de larges plateformes, tant aux développeurs qu'aux joueurs (Xbox, Windows).

Pour le moment, il ne s'agit que d'un projet qui fait l'objet de tests internes. xCloud fonctionne ainsi déjà sur des smartphones et tablettes, en tactile ou via une manette Xbox Bluetooth. Microsoft dit travailler à une couche permettant le mapping des contrôles sur différentes interfaces.

L'objectif final est de permettre de jouer même sur des réseaux mobiles, les tests actuels s'effectuant sur des lignes limitées à 10 Mb/s. Les tests publics qui permettront alors d'avancer, mais pas avant l'année prochaine.

La société indique avoir travaillé sur une solution matérielle pour accueillir différentes cartes de Xbox One dans un même serveur (voir cette animation), mais il y a fort à parier que cela évoluera d'ici au lancement commercial.

Si NVIDIA est le grand favori de telles infrastructures, AMD pourrait donc bien avoir une carte à jouer si ses prochaines architectures graphiques sont au rendez-vous, le constructeur étant déjà fournisseur des Xbox. D'ici là, Intel sera en embuscade.

Microsoft confirme dans tous les cas que ce projet nécessitera encore quelques années de maturité (et de la croissance externe ?). Reste maintenant à voir ce qui sera annoncé au lancement de la prochaine Xbox.

Les générations actuelles de consoles commencent déjà à avoir quelques années, tant Microsoft que Nintendo ou Sony sont donc attendus au tournant. On pense également aux plateformes telles que Steam et aux éditeurs qui travaillent déjà à des solutions par abonnement.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le Joint Electron Device Engineering Council explique que la norme JESD235B est une évolution de la JESD235 pour la High Bandwidth Memory (HBM).

Désormais, les modules peuvent atteindre une capacité de 24 Go avec une vitesse de 307 Go/s, tandis que la bande passante maximale par broche est de 2,4 Gb/s. Tous les détails techniques sont disponibles par ici.

Copié dans le presse-papier !

Quelques jours après l'annonce d'Apple pour un nouveau campus d'un milliard de dollars à Austin, Google indique aussi qu'il va investir un milliard de dollars pour un campus, mais à New York cette fois-ci.

Ce complexe, baptisé Google Hudson Square, s'étendra sur plus de 15 hectares et devrait être opérationnel d'ici 2020.

Copié dans le presse-papier !

Début décembre, un pirate s'attaquait à des imprimantes pour demander aux gens de s'abonner à la chaîne du youtubeur. En coulisse, se déroule en effet une « guerre » des fans voulant que leur idole conserve la couronne du « roi » de la plateforme avec le plus grand nombre d'abonnés. Il est pour le moment en tête avec 77,3 millions, mais talonné de près par T-Series (75,9 millions).

Aujourd'hui, la BBC explique que de nouvelles imprimantes ont été piratées, de nouveau pour demander de s'abonner à la chaîne de PewDiePie et se désabonner de T-Series. Dernière recommandation (et la plus importante) : boucher la faille de sécurité sur l'imprimante.

Ce n'est pas tout : un sous-domaine du Wall Street Journal a aussi été piraté, comme le rapporte The Verge. La page a rapidement été supprimée, mais elle est toujours visible sur Internet Archive.

On pouvait y lire des « excuses publiques » du Wall Street Journal à propos du traitement médiatique de PewDiePie, décrié par certains fans. Contacté par The Verge, un porte-parole du WSJ explique que la page en question est gérée par la branche publicitaire WSJ. Custom Solutions et pas directement par son équipe de journalistes.

Copié dans le presse-papier !

L’éditeur cherche à simplifier la vie des développeurs qui aimeraient se lancer sur sa plateforme. L’expérience d’accueil a donc été révisée, avec un découpage en plusieurs étapes se voulant simples et plusieurs scénarios courants, avec documentation mise en avant.

Intégration de Facebook Login, débuter avec l’API Pages et implémentation de l’API Marketing : trois scénarios décrits comme classiques par Facebook et affichés dès l’arrivée du développeur. Ce dernier peut les passer s’il les connait déjà par cœur.

Des guides et ressources de développement doivent permettre au nouvel arrivant de mieux s’y retrouver. Pour un néophyte par exemple, Facebook recommandera de se pencher sur les permissions, le processus App Review et la vérification.

L’App Review a d’ailleurs été remanié, lui aussi pour plus de simplicité. Un nouveau tableau liste les permissions et fonctionnalités, pointant celles que le développeur devrait demander. Le statut des requêtes est en outre mieux mis en avant, de même que les permissions déjà accordées.

Ces changements sont déjà en place et disponibles pour tous les développeurs.

Copié dans le presse-papier !

Hier et aujourd'hui, plusieurs quartiers de la capitale du Royaume-Uni sont scrutés par des caméras, épaulées par de la reconnaissance faciale, comme l'explique CNBC. But de l'opération : identifier des personnes recherchées par les forces de l'ordre et réduire les violences.

Si une correspondance est détectée, des officiers procéderont à un contrôle de la personne pour confirmer ou non son identité. S'agissant d'une expérimentation, les zones tests sont identifiées et des policiers distribuent des tracts pour informer la population.

Bien évidemment, cette expérimentation n'est pas du goût de tout le monde. L'organisation Big Brother Watch (BBW), qui milite pour les libertés civiles et le respect de la vie privée, monte au créneau.

« L'utilisation par la police de cet outil de surveillance autoritaire en l'absence totale de base légale ou démocratique est alarmante », affirme la directrice de BBW, Silkie Carlo, comme le rapportent nos confrères. Elle ajoute que cette technique a été « totalement inutile jusqu'à présent » et qu'il s'agit donc d'une perte de temps et d'argent pour les contribuables.

BBW a mis en place une campagne de financement participatif pour intenter une action en justice. Elle demande 10 000 livres et en a pour le moment récolté près de 7 000.