du 19 février 2019
Date

Choisir une autre édition

Prison avec sursis et 1 800 euros à payer pour 223 films téléchargés en P2P

La Voix du Nord rapporte qu’un habitant de Villeneuve-d’Ascq a été condamné vendredi 15 février pour téléchargement illégal. Il lui était reproché d’avoir partagé plus de 200 longs métrages entre le 1er avril et le 30 octobre 2016 via eMule, le célèbre logiciel de peer-to-peer.

« On trouve 223 téléchargements, mais il n’a téléchargé volontairement que trente-six films. Dès sa première audition, il a tout arrêté » a tenté de plaider son avocat, soulignant qu’aucun avertissement n’avait en outre été envoyé par la Hadopi.

Le mis en cause a été condamné à deux mois de prison avec sursis, vraisemblablement pour contrefaçon. « Il devra payer 1 800 euros de dommages et intérêts et frais de justice. Il échappe néanmoins à l’amende de 4 000 euros que le Parquet avait demandée en plus », explique La Voix du Nord.

Chaque semaine, l’ALPA (le bras armé des ayants droit du cinéma) court-circuite cinq adresses IP normalement destinées à la riposte graduée, afin de transmettre directement au Parquet ces cas de « gros téléchargeurs » (voir notre article). C’est probablement ce qui est arrivé à cet abonné.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Depuis la signature d'un décret plaçant le Chinois sur liste noire, la liste des sociétés coupant leurs relations commerciales avec Huawei s'allonge de jour en jour.

Après Google, Qualcomm, Intel, Broadcom… c'est au tour d'ARM si l'on en croit un mémo repris par la BBC. Il demande à l'ensemble des employés d'arrêter « tous les contrats en cours, l'accès au support et les engagements en attente ».

ARM n'est pas une société américaine (elle est anglaise), mais le mémo précise que ses produits contiennent « une technologie d'origine américaine », qui peut donc être soumise au décret de Trump.

Le gros problème pour Huawei, c'est qu'il s'appuie sur ARM pour la conception de ses SoC Kirin. Sans licence ARM, il ne pourrait donc plus continuer à les produire. Après la privation des services Google (Huawei à toujours accès à Android AOSP), c'est un nouveau coup dur.

De son côté, un porte-parole d'ARM indique que la société « se conforme aux dernières restrictions établies par le gouvernement américain et entretient des discussions actives avec les agences gouvernementales appropriées pour s'assurer de rester en conformité ».

« Nous apprécions nos relations étroites avec nos partenaires, mais reconnaissons la pression qui pèse sur certains d'entre eux suite à des décisions motivées par des considérations politiques », indique pour sa part Huawei.

Le fabricant ajoute : « Nous sommes convaincus que cette situation regrettable peut être résolue et notre priorité reste de continuer à fournir des technologies et des produits à nos clients du monde entier ».

Copié dans le presse-papier !

« Nous avons sur la 5G un retard de quelques semaines à deux mois », a annoncé le directeur général du groupe lors d'une assemblée générale, comme le rapporte Reuters.

Nos confrères ajoutent que l'équipementier a enregistré une perte inattendue sur les trois premiers mois de l'année à cause de retards de livraison sur les produits 5G.

Le directeur en profite pour faire une déclaration sur la situation de son concurrent Huawei sous le coup d'une exclusion des États-Unis : « Il y a peut-être une opportunité à long terme, mais au-delà de ça, c’est difficile à dire pour le moment ».

Copié dans le presse-papier !

Egor Zakharov, Aliaksandra Shysheya, Egor Burkov, Victor Lempitsky, chercheurs au Samsung AI lab et à l’Institut Skolkovo des sciences et de la technologie, ont exposé leurs travaux visant à recréer des vidéos photoréalistes à l’aide de quelques images, voire d’une seule.

Effectuer une telle synthèse est considéré comme difficile, rappellent-ils. « Les têtes humaines sont d’une grande complexité photométrique, géométrique et cinématique », tenant à la fois à la modélisation, mais aussi à la forme de chaque élément.

De plus, il y a une très faible tolérance de l’œil humain « vis-à-vis des erreurs, même mineures, dans la modélisation de l'apparence des têtes humaines ». C’est le phénomène de « vallée dérangeante » (uncanny valley), « théorie scientifique (…) selon laquelle plus un robot androïde est similaire à un être humain, plus ses imperfections nous paraissent monstrueuses » (Wikipedia).

Les débouchés sont multiples (vidéoconférence, jeux vidéo, industrie des effets spéciaux). Le résultat est à contempler sur cette vidéo, avec une mention spéciale pour la mise en mouvement du visage de Mona Lisa.

Copié dans le presse-papier !

Après six ans dans la société et trois ans à sa tête, Mandelbrot explique qu'il quitte ses fonctions pour « des raisons personnelles ». Il en profite pour dévoiler le nom de son successeur : Andy Yang, un ancien de Reddit et de 500px.

S'il n'en est pas fait mention dans le message de David Mandelbrot, la société aurait procédé à des licenciements, c'est du moins ce qu'affirment des sources à The Verge.

Interrogés sur ce point, Mandelbrot et Indiegogo ont refusé de commenter.

Copié dans le presse-papier !

La Las Vegas Convention and Visitors Authority (LVCVA) valide ce contrat avec la société d'Elon Musk, comme le rapporte The Verge.

Le but est de construire deux tunnels et trois stations pour les véhicules et les piétons. Il servira notamment à relier les halls d'exposition du Las Vegas Convention Center utilisés durant le CES.

Sur Twitter, Elon Musk pense qu'il sera opérationnel d'ici la fin de l'année (sans préciser avec combien de mois/années de retard). Plus prudente, la LVCVA pense l'utiliser pour le CES 2021, selon nos confrères.