du 28 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

Premier rapport du NTSB sur l'accident mortel d'une Model S avec batteries en feu

S'agissant d'un rapport préliminaire, il ne précise pas les causes probables de l'accident, mais liste les éléments factuels en possession des enquêteurs.

Deux passagers étaient présents en plus du chauffeur de 18 ans : un à l'avant, l'autre à l'arrière. Ce dernier a été éjecté de la voiture et il est le seul survivant. L'accident s'est produit sur une route limitée à 30 miles/h (environ 48 km/h). Après un dépassement, le conducteur a perdu le contrôle du véhicule qui a ensuite heurté à plusieurs reprises le mur d'une résidence.

Après la seconde collision, la voiture a pris feu selon des témoins, cités par le NTSB. Entre 800 et 1 100 litres d'eau et de mousse étaient nécessaires pour éteindre l'incendie. Les batteries se sont de nouveau enflammées lors du chargement de l'épave pour l'emporter dans un garage. L'incendie s'est déclenché une troisième fois lorsque le véhicule est arrivé sur place. Ces deux incendies ont par contre rapidement été éteints.

Concernant les circonstances de l'accident, la voiture roulait à 116 miles/h (environ 186 km/h) trois secondes avant l'accident. La vitesse était redescendue à 108 miles/h (174 km/h) deux secondes avant lorsque le conducteur a appuyé sur les freins. Quand les airbags ont été déclenchés, la vitesse était de 86 miles/h (138 km/h).

Dans tous les cas, l'enquête continue, aussi bien sur l'accident, les incendies et les procédures mises en place par les pompiers.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Jamais à court d'idées lorsqu'il s'agit d'ajouter des réclames sur ses services, le géant du Net propose deux nouveaux outils à ses partenaires.

Le premier, Discovery ads, permet de mettre de la publicité sur le flux d'accueil de YouTube sans avoir besoin d'une vidéo, une image suffit pour la mettre en avant sur la page d'accueil de la plateforme de streaming. Elle peut aussi prendre place dans Gmail et Discover, le flux d'actualité sur mobile.

Les Bumpers ads sont des vidéos publicitaires de six secondes, avant la lecture du contenu et impossibles à passer. Alors que les réclames sont généralement plus longues, Google propose sa Bumper Machine pour les réduire à six secondes seulement.

Elle utilise le machine learning pour identifier les passages les plus intéressants à mettre en avant. Bien sûr, vous avez la possibilité d'apporter de petites modifications au rendu final si vous le souhaitez.

Copié dans le presse-papier !

Sur BFM/RMC, le ministre de la Culture annonce que la redevance TV ne sera pas supprimée avant 2022. En mars, Gérarld Darmanin avait pourtant plaidé à demi-mot pour cette fin funeste, provoquant la colère des sociétés de gestion collective.

Franck Riester a rappelé que la redevance est adossée à la taxe d’habitation, laquelle sera supprimée en 2022. « À cette échéance là seulement, il faudra trouver un dispositif de substitution ». Sous quelles modalités ? Pour quels montants ? Les arbitrages sont loin d’être rendus.

Copié dans le presse-papier !

Au salon Vivatech, Emmanuel Macron indique que la France ne s’opposera pas à Huawei. « Notre perspective n’est pas de bloquer Huawei ou toute autre entreprise, c’est de préserver notre sécurité nationale et la souveraineté européenne. Je pense que déclencher maintenant une guerre technologique ou une guerre commerciale vis-à-vis d’un autre pays n’est pas judicieux ».

Alors que Donald Trump a signé le décret plaçant l’équipementier sur liste noire, le gouvernement français soutient toutefois la proposition de loi « visant à préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale de la France dans le cadre de l'exploitation des réseaux radioélectriques mobiles ».

Si Paris ne veut pas bloquer Huawei, cette future loi va soumettre à autorisation du Premier ministre, les équipements télécoms de nouvelle génération, notamment en cœur de réseau. Il pourra ainsi opposer son véto « dans le but de préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale » en cas de menace.

Le Premier ministre pourra prendre en considération « les modalités de déploiement et d’exploitation mises en place par l’opérateur et le fait que l’opérateur ou ses prestataires, y compris par sous-traitance, est sous le contrôle ou soumis à des actes d’ingérence d’un État non membre de l’Union européenne ».

Le texte déjà voté à l’Assemblée nationale sera examiné au Sénat le 26 juin.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant en est à la neuvième génération de son ardoise numérique de 7" (1 024 x 600 pixels). Il annonce un processeur plus rapide, sans donner plus de détail. Il s'agit pourtant toujours d'un modèle à quatre cœurs à 1,3 GHz, comme sur celle de 7e génération qui est actuellement vendue en France. 1 Go de mémoire est encore présent.

Elle sera disponible avec 16 ou 32 Go de stockage, contre deux fois moins sur la génération précédente. La carte microSDXC peut grimper jusqu'à 512 Go. Parmi les autres changements, la charge complète ne demande plus que 4h (au lieu de 6h) et la caméra frontale passe à 2 Mpixels (au lieu de VGA).

La Fire 7 2019 (9e génération) est en précommande pour 70 euros (16 Go) et 80 euros (32 Go) avec… les offres spéciales, c'est-à-dire des publicités. Pour les enlever, comptez 15 euros de plus. Elles seront disponibles le 6 juin. Pour rappel, elles ne permettent pas d'accéder au Google Play Store.

Copié dans le presse-papier !

Quelques jours avant le lancement de son smartphone pliable à près de 2 000 euros, le fabricant avait décidé de reporter sa commercialisation. En cause, de sérieux problèmes avec la dalle de son écran. Il faut dire que les premiers retours des journalistes n'étaient pas spécialement élogieux. Un rappel avait été lancé.

Selon l'agence de presse coréenne Yonhap News reprise par plusieurs de nos confrères, Samsung aurait identifié et corrigé deux problèmes majeurs. Le premier concerne la couche supérieure de l'écran qui ressemble à une protection d'écran, mais qu'il ne fallait surtout pas retirer sous peine de l'abîmer. Elle passerait désormais sous les bordures, évitant ainsi que des utilisateurs essaient de l'enlever.

La seconde modification concerne l'espace entre l'écran et le châssis au niveau de la charnière. Des poussières pouvaient venir gripper la mécanique , entraînant là encore des problèmes.

Dans tous les cas, Samsung se refuse pour le moment à tout commentaire, que ce soit sur les solutions mises en place ou le retour en vente de son Galaxy Fold.