du 19 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Selon Reuters, la Commission européenne goûterait peu les méthodes d'Altice. Le groupe de Patrick Drahi pourrait être sanctionné pour la prise de contrôle de Portugal Telecom en 2015, avant d'en avoir l'autorisation officielle. L'enquête, annoncée en mai 2017, trouverait donc ici sa conclusion.

Altice avait conclu le rachat en décembre 2014 avant de le notifier à Bruxelles en février 2015. Pour la Commission, le groupe était déjà en mesure d'avoir une influence déterminante sur l'opérateur portugais avant la validation en avril 2015.

L'amende pourrait grimper à 10 % du chiffre d'affaires annuel mondial d'Altice, dans le pire des cas.

En France, la société a subi une amende de 80 millions d'euros par l'Autorité de la concurrence en novembre 2016, pour le même motif. Le groupe avait pris des décisions trop précoces pour SFR, lors de son rachat fin 2014. Le « gun jumping » risque donc lui coûter à nouveau cher.

Portugal Telecom : Bruxelles se préparerait à infliger une amende à Altice
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après l'annonce de Salesforce de doubler ses effectifs sur l'île (1 500 emplois sur 5 ans), le Premier ministre d'Irlande Leo Varadkar peut à nouveau se réjouir sur Twitter.

Lors d'un discours à Dublin, Sheryl Sandberg (directrice générale adjointe du groupe) annonce la création de 1 000 postes cette année, comme le rapporte Reuters.

Ils seront répartis dans plusieurs dizaines d'équipes en charge de la sécurité, du juridique, du marketing, etc. Le total des effectifs passera alors à 5 000 employés en Irlande.

La dirigeante reconnaît que « Facebook a connu des temps difficiles ces dernières années ». « Nous devons faire mieux pour préserver la sécurité des personnes sur notre plateforme », ajoute-t-elle.

Copié dans le presse-papier !

Nouvelle version pour la messagerie Telegram, qui s’occupe une fois de plus des groupes en priorité. Leur gestion s’assouplit avec la disparition du concept de « supergroupe », puisque chaque groupe classique peut désormais devenir public.

La taille maximale d’un groupe est par ailleurs doublée, pouvant embarquer 200 000 personnes. Plusieurs administrateurs peuvent être choisis, avec des droits différents, l’historique permanent est activable dans n’importe quel groupe et il est possible de bloquer l’envoi de certains types de fichiers.

Pour le reste, on trouve une barre de recherche réaménagée, l’annulation d’une suppression de messages ou d’historique si l’on réagit dans les 5 secondes, un affichage plus rapide pour les aperçus des médias partagés, de nouvelles animations pour l’envoi et la réception des fichiers, ou encore la possibilité de trier les contacts par ordre alphabétique (plutôt que par dernière connexion).

La nouvelle mouture 5.2 est disponible est disponible pour Android et iOS en même temps. Notez qu’une version 1.5.8 a été diffusée pour la branche Desktop du client, notamment afin de reprendre les nouveautés liées aux groupes.

Copié dans le presse-papier !

Après avoir rejeté officiellement une demande similaire en octobre 2017, la société a finalement décidé de proposer cette possibilité à ses utilisateurs, comme l'explique Thurrot.

Un changement de position qui intervient plusieurs mois après l'affaire autour de R. Kelly ayant entraîné le retrait de ses morceaux des listes de lecture de Spotify. « Même si nous ne croyons pas en la censure pour le comportement d'un artiste ou créateur, nous voulons que nos décisions éditoriales reflètent nos valeurs », expliquait alors la société.

Prochainement, n'importe qui pourra donc décider de bloquer un artiste, quelles qu'en soient les raisons. La lecture de ses chansons n'est alors plus possible et elles ne sont également plus diffusées dans les listes de lecture.

Cette fonctionnalité est pour le moment en test auprès de certains utilisateurs et tout le monde ne peut pas en profiter. La plateforme de streaming n'a pas encore communiqué officiellement sur le sujet.

Copié dans le presse-papier !

L’autorité néerlandaise de la sécurité routière (RDW) vient d'annoncer que la voiture électrique est désormais autorisée à circuler sur les routes européennes, comme l'explique Bloomberg. Selon nos confrères, les livraisons devraient débuter dès le mois de février.

La Model 3 est actuellement annoncée à partir de 53 500 euros (incluant 6 000 euros de bonus écologique) pour la version avec « batterie grande autonomie », mais sans le pilote automatique (ajoutez 5 300 euros).

Cette autorisation intervient alors qu'Elon Musk a annoncé son intention de licencier 7 % des effectifs de la société, entraînant une baisse de plus de 13 % du cours de l'action. But de l'opération : réduire les coûts et réussir à être durablement bénéficiaire. Pour cette dernière étape, Tesla compte beaucoup s'appuyer sur la Model 3.

Copié dans le presse-papier !

DJI, le principal acteur sur le marché des drones a révélé avoir découvert un système mis en place par certains de ses employés afin de détourner une partie de l'argent versé aux fournisseurs de l'entreprise. Ces employés gonflaient le prix des pièces achetées par la société et encaissaient la différence.

Au total, ce sont environ 150 millions de dollars qui auraient ainsi été détournés, et ce au profit de quelques dizaines d'employés, licenciés depuis. DJI assure mettre en place de nouvelles procédures afin que ce genre d'incident ne se reproduise pas et annonce coopérer avec les autorités.