du 11 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

Philips Hue : Sync pour PC et Mac, application mobile 3.0 et lampes d'extérieur

En décembre, la marque déployait une mise à jour de son application (2.19) avec la possibilité de « synchroniser votre Philips Hue lumières avec les contenus de nos partenaires », sans plus de détail. Le premier à exploiter cette possibilité est désormais connu : Razer.  

Philips en profite pour faire une série d'annonces sur les nouveautés à venir dans les prochains mois. La première est une application Hue Sync pour Windows 10 et macOS High Sierra prévue pour le second trimestre. Elle synchronise vos ampoules avec les jeux, films et musiques joués par votre ordinateur.

Le fabricant promet aussi l'arrivée d'une application mobile en version 3.0 pour Android et iOS. Si elle proposera un nouveau design et des fonctionnalités supplémentaires (comme regrouper plusieurs lampes et modifier la température des couleurs), Philips ne s'étend pas davantage sur les changements. Le déploiement est prévu pour le deuxième trimestre.

Enfin, cet été, une nouvelle série de produits Hue pour l'extérieur sera dévoilée.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La nouvelle version du navigateur de Google est disponible pour Linux, macOS et Windows. Elle apporte avec elle son lot de corrections de bugs et autres failles de sécurité (62 au total), mais pas seulement.

L'isolation de sites est désormais active, pour le moment sur une faible portion d'utilisateurs. Pour rappel, celle-ci est en test depuis Chrome 63 et permet de placer les différents éléments d'une page dans des processus séparés dans le cas des iFrames ou de certaines intégrations.

Google précise que cela permet de contrer différentes attaques, notamment Spectre. Mais comme nous l'évoquions en décembre, cette fonctionnalité n'est pas sans conséquences, notamment en mémoire consommée. D'où un essai limité dans un premier temps.

En cas de problème, un rapport peut être envoyé. De plus, un flag de désactivation a été mis en place :

chrome://flags#site-isolation-trial-opt-out

Comme évoqué lors de la bêta, les nouvelles règles en cas de lecture automatique avec du son sont modifiées. Elles ne sont pas pour autant durcies, tout dépend des cas. Comme nous l'avions détaillé, le mécanisme repose sur une analyse fine des interactions de l'utilisateur avec les sites via le Media Engagement Index, nécessitant la création d'un historique précis.

Copié dans le presse-papier !

L’aventure n’aura pas duré longtemps. The Verge avait révélé en début d’année l’existence du projet. Quelques mois plus tard, Intel annonce la fin de partie. La déclaration, déjà donnée à plusieurs de nos confrères, indique simplement que l’entreprise travaille « continuellement sur de nouvelles technologies et expériences », mais que toutes « n’aboutissent pas à un produit » commercialisable.

Le projet Superlight (nom de code des lunettes Vaunt) est selon Intel un exemple de la manière dont l’entreprise se différencie. Elle a choisi de prendre cependant une « approche disciplinée », entraînant des « choix difficiles », les « dynamiques du marché » n’étant manifestement pas favorables.

On ne sait pas vraiment ce qui a pu changer à ce point en quelques mois. En décembre, Intel expliquait à The Verge être en recherche d’un partenaire pour la commercialisation. Nos confrères se disent d’ailleurs déçus de cet abandon, le prototype testé ayant révélé un vrai potentiel.

De son côté, The Information note que le groupe travaillant sur Vaunt comprenait environ 200 personnes, et que des licenciements sont probablement à prévoir, ce que n’a pas confirmé Intel.

Copié dans le presse-papier !

Les promesses n'engagent que ceux qui les croient, surtout quand elles sont vagues. Depuis le scandale Cambridge Analytica (voir notre analyse), y compris devant les parlementaires américains, Facebook assure étendre la protection de la vie privée imposée par le Règlement général sur la protection des données hors de l'Union européenne, où il s'appliquera le 25 mai.

Pourtant, la société n'a jamais fourni de détails. Elle a même déclaré plusieurs fois adapter ces outils à chaque territoire. En clair, derrière une promesse de principe, aucune garantie n'existe.

À Reuters, Facebook confirme que les membres hors d'Amérique du Nord sont liés à son siège irlandais. Le mois prochain, la société compte transférer cette responsabilité vers les États-Unis pour les internautes d'Afrique, Amérique latine, Asie et Australie.

Selon l'agence de presse, les réglages et sanctions supplémentaires ne seront donc fournis qu'en Europe et en Amérique du Nord, c'est-à-dire là où la pression publique est la plus forte. Le réseau social perpétue donc une logique du moins disant en matière de vie privée.

Sur environ deux milliards de membres, 1,5 milliard ne seraient ainsi pas concernés par ce changement. Les réglages supplémentaires, imposés par le RGPD, sont d'ailleurs un modèle de confusion, mettant en avant l'acceptation des collectes, pour mieux cacher les options de refus.

Copié dans le presse-papier !

Dans sa lettre annuelle aux actionnaires, Jeff Bezos a de quoi être satisfait : Amazon a franchi le cap symbolique des 100 millions d’abonnés Prime sur l’ensemble de la planète. L’Inde est devenue l’un des principaux moteurs de croissance : le service n’a beau y être disponible que depuis un an, il engrange plus de nouveaux membres que n’importe quelle autre zone géographique dans la même période.

L’offre s’est largement développée au cours des dernières années et concentre aujourd’hui bien davantage que la livraison gratuite en un jour ouvré pour les produits achetés. L’entreprise y a ajouté Prime Video, Twitch Prime, le stockage illimité des photos (bien que le service soit largement améliorable), la bibliothèque de prêt pour Kindle ou encore un abonnement moins cher à Amazon Music.

Si l’on en croit la fameuse lettre, des offres spéciales Whole Foods pourraient rejoindre prochainement cette longue liste. De quoi rendre irrésistible la formule à de nombreux consommateurs et continuer à faire d’Amazon un acteur toujours plus incontournable.

Copié dans le presse-papier !

La société vient d'annoncer la nouvelle, et son objectif d'économiser un milliard de dollars. Le nombre de salariés concernés n'a pas été dévoilé (Bloomberg évoque 1 500 postes). En septembre, Qualcomm employait 33 800 personnes à plein temps ou à temps partiel.

La mesure serait assez importante pour que le groupe ait à la signaler à l'État de Californie. Elle aurait pour but de regagner la confiance des investisseurs, pour éviter un rachat hostile par son concurrent Broadcom.

Rappelons que le groupe est en pleine tourmente judiciaire face à Apple dans plusieurs pays, dont les États-Unis. Le patron d'Apple, Tim Cook, doit d'ailleurs fournir une déposition dans ce cadre le 27 juin.

En janvier, l'UE a condamné Qualcomm à une amende de 997 millions d'euros, pour avoir imposé à Apple l'utilisation exclusive de ses puces 4G.