du 15 janvier 2020
Date

Choisir une autre édition

Pensacola : Donald Trump s’en mêle et demande à Apple de déverrouiller les iPhone

Dans ce qui ressemble fort à une redite des évènements de San Bernardino en 2015, deux iPhone ont été retrouvés après qu’un lieutenant saoudien, en formation aux États-Unis, a tué trois personnes et blessé huit autres dans une base navale de Pensacola en Floride.

Apple aide depuis le FBI à récupérer des informations, mais se refuse à percer ses propres défenses pour récupérer les données stockées dans l’appareil, irrécupérables sans le code PIN à six chiffres.

William Barr, procureur général des États-Unis, a déjà attaqué frontalement Apple, estimant que la société n’en faisait pas assez, voire qu’elle était de mauvaise volonté. Ce à quoi Apple – dont l’armada d’avocats se prépare sans doute – avait répondu par un long communiqué détaillant tout ce qui avait été fait.

Mais un évènement a changé depuis les évènements de San Bernardino : le président des États-Unis. Barack Obama s’était tenu relativement à l’écart, Donald Trump a fait valoir son point de vue hier sur Twitter.

« Nous aidons tout le temps Apple sur le commerce et tant d’autres problèmes, et pourtant ils refusent de déverrouiller des téléphones utilisés par des tueurs, dealers de drogue et autres éléments criminels violents », fustige Trump, clôturant par un de ses célèbres « Make America great again ».

Dans le cas de San Bernardino, la bataille juridique entre Apple et FBI n’avait finalement pas eu lieu : le Bureau a acheté plus d’un million de dollars une faille de sécurité permettant d’obtenir ce dont les agents avaient besoin. Apple avait d’ailleurs demandé à avoir les détails de cette brèche, ce que le FBI avait refusé.

À moins que l’agence fédérale obtienne une nouvelle faille, il est probable que la bataille aura cette fois lieu. Une bonne partie du modèle commercial d’Apple étant bâti sur la sécurité et le respect de la vie privée (la plupart des services sont chiffrés de bout en bout), on peut s’attendre cette fois à ce que la firme se batte frénétiquement.

chargement Chargement des commentaires...