du 13 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Fin novembre, nous vous parlions du projet de développement de PeerTube, qui se veut une alternative pair-à-pair à YouTube, par l'association Framasoft.

Aujourd'hui, l'équipe fait le point sur l'avancement du projet, la méthode utilisée pour la fédération des instances, le design ou encore les différentes façons de participer.

L'occasion de répondre à de nombreuses questions.

PeerTube : Framasoft fait le point sur la conception de son alternative à YouTube
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Selon La Lettre de l'Expansion et Le Monde, le numéro 2 d'Orange pourrait quitter les fonctions qu'il occupe depuis 2010. Au quotidien, celui qui est aussi président de la Fédération française des télécoms déclare rester à son poste dans les semaines et mois à venir.

Son éventuel prochain poste n'est pas connu, ni son avenir à la tête de la FFTelecoms. Il s'agit de l'un des principaux lobbyistes du secteur télécoms en France et en Europe, des compétences qui peuvent intéresser beaucoup d'entreprises.

Copié dans le presse-papier !

Au total, ce sont 28 spécialistes du numérique – développeurs, data-scientists, designers... – qui ont rejoint hier leur « ministère d’accueil » dans le cadre du programme « Entrepreneur d’intérêt général », lancé fin 2016 sous l’impulsion de la Direction interministérielle au numérique (DINSIC).  

Recrutés pour dix mois, ces agents répondront par équipe de deux ou trois à des « défis » identifiés par les pouvoirs publics : aider les pompiers ou les sauveteurs en mer à intervenir plus efficacement grâce à des modèles de données prédictifs, développer un « accueil numérique » de la gendarmerie, etc.

Pour en savoir plus, voir la page dédiée au programme.

Copié dans le presse-papier !

Outre-Atlantique, la bataille pour repêcher la non-discrimination des contenus en ligne, mise à mort par l'autorité des télécoms (la FCC) à la mi-décembre, fait rage. Dans une plainte déposée hier devant la cour d'appel de Columbia, 21 procureurs généraux réclament mette au rebut la décision de la FCC.

Le processus y ayant mené fait d'ailleurs l'objet d'une enquête du procureur général de l'État de New York, concernant de très nombreux messages de soutien à la fin de la neutralité usurpant l'identité d'Américains. En parallèle, Mozilla a déposé plainte devant la même cour, également pour ramener à la vie la neutralité.

Rappelons que pour la FCC et l'industrie télécoms, la neutralité du Net est une ingérence étatique dans un marché qui se régulerait déjà seul, via le droit de la concurrence. Malgré leur insistance à supprimer ces règles, les opérateurs martèlent qu'ils ne distingueront pas commercialement les contenus, dans un domaine où les habitants ont rarement le choix de leur fournisseur d'accès en cas de problème.

La bonne foi du secteur est encore à prouver, alors que les opérateurs privilégient leurs propres services, en faisant un levier important dans leurs négociations commerciales avec d'autres, comme Netflix, pour lequel la neutralité est devenu un enjeu de relations publiques.

Copié dans le presse-papier !

L'année commence mal pour le fabricant de smartphones. Plusieurs clients indiquent en effet avoir eu des transactions inconnues sur la carte utilisée pour payer sur le site. Dans un billet de blog, la société indique enquêter et, « par mesure de précaution », avoir désactivé temporairement les paiements par carte bancaire. PayPal reste disponible pour un achat.

Une foire aux questions a été mise en ligne afin d'apporter quelques précisions. OnePlus affirme ainsi que les données bancaires ne sont pas stockées sur son site, et que tout passe par son partenaire pour les paiements (certifié PCI DSS). La société ajoute qu'elle n'est pas touchée par la faille Magento, son site ayant été entièrement construit à partir de zéro (avec du code maison) en 2014.

Dans tous les cas, si vous avez utilisé votre carte bancaire pour payer sur le site de OnePlus, il est recommandé de scruter de près vos relevés afin de détecter d'éventuelles transactions douteuses. Le cas échéant, il faudra prendre contact avec votre banque, l'acheteur étant relativement protégé dans de tels cas.

Copié dans le presse-papier !

L'autorité des télécoms ouvre un guichet pour des expérimentations en 2018 et 2019, sur les fréquences 3,4-2,8 GHz et 26 GHz. L'appel à candidatures ne se limite pas aux opérateurs mobiles classiques, mais à « toute la chaîne de valeur ».

Elle doit en effet permettre de nouvelles applications dans le domaine de l'offre B2B, qui doivent être expérimentées et trouver leur modèle économique prévient Sébastien Soriano dans un entretien à l'Usine nouvelle.

L'institution déclare avoir trouvé neuf sites éligibles : Bordeaux, Douai, Grenoble, Le Havre, Lille, Lyon, Montpellier, Nantes et Saint-Étienne.

Pour mémoire, la 5G est la prochaine grande évolution des réseaux mobiles (voir notre analyse), censée rassasier la faim de débits et contenter la multiplication des objets connectés dans les prochaines années.

Elle est l'objet d'un chantage des opérateurs télécoms vis-à-vis de la neutralité du Net, présentée par principe incompatible avec cette évolution, même si le secteur n'est pas encore en mesure de présenter d'argument précis sur la question.