du 13 février 2019
Date

Choisir une autre édition

Patch Tuesday : nouvelle salve de correctifs pour les Windows supportés

Deuxième mardi du mois oblige, Microsoft a publié hier soir ses mises à jour mensuelles de sécurité pour l’ensemble des Windows encore supportés, c’est-à-dire à partir de Windows 7 avec Service Pack 1.

Avec Windows 8.1, Windows Server 2008 R2 SP1 et Windows Server 2012 R2, ils reçoivent tous à peu près les mêmes correctifs sur l’App Platform et les frameworks, la partie graphique, la gestion des entrées, le Wi-Fi ou encore le JET Database Engine.

  • Windows 7 SP1 et Windows Server 2008 R2 SP1 : KB4486563
  • Windows 8.1 et Windows Server 2012 R2 : KB4487000

Du côté de Windows 10, c’est la valse habituelle des versions puisque Microsoft met à jour toutes les branches actuellement supportées, chacune reliée à une mise à jour majeure du système.

  • October 2018 Update : passage en version 17763.316
  • April 2018 Update : passage en version 17134.590
  • Fall Creators Update : passage en version 16299.967
  • Creators Update : passage en version 15063.1631

Pour rappel, les entreprises bénéficient de capacités spécifiques pour rester sur des branches plus anciennes. C’est particulièrement le cas grâce à la branche LTSB (Long Term Servicing Branch) et, dans une moindre mesure, à la CBB (Current Branch for Business).

Toutes en tout cas reçoivent des correctifs pour à peu près les mêmes composants que cités précédemment, avec en plus le noyau, Edge et Internet Explorer.

Ces mises à jour sont comme d’habitude cumulatives et contiennent les correctifs éventuellement manqués des mois précédent. L’installation réclamera un redémarrage dans tous les cas.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après Voyages-SNCF qui est devenu Oui.SNCF, c'est au tour de l'application SNCF de changer de nom pour laisser sa place à Assistant SNCF. Au menu, « de nouveaux modes de transport et nouvelles fonctionnalités [...] pour vous accompagner dans tous vos déplacements et vous faire gagner du temps, partout en France ».

L'annonce avait été faite en octobre dernier, puis précisée la semaine dernière. L'Assistant SNCF permet l'achat et la validation de tickets de bus (Le Bus Direct Paris Aéroport, Compagnie des Transports Strasbourgeois), de trajets en taxis ou en VTC avec Karhoo, etc.

De nouveaux partenaires arriveront tout au long de l'année avec BlaBlaLines, Uber et Onepark d'ici la fin de l'année. Le groupe annonce au passage la généralisation du NFC à l'ensemble de l'offre TER.

Copié dans le presse-papier !

La marque n'en finit plus de se diversifier. En plus des smartphones sous son propre nom, elle en propose aussi sous les marques Redmi et Poco. 

Xiaomi CC est réalisé en partenariat avec Meitu, une application de retouche de photos et selfies populaire en Chine. Le premier représentant, le Xiaomi CC9, sera présenté le 2 juillet, comme l'indique Android Community.

Une première image permet de voir qu'il disposera d'un système de caméras pivotant, comme sur le Zenfone 6 d'ASUS.

En attendant, une vidéo pour Xiaomi CC a été mise en ligne. On n'y apprend rien de plus, si ce n'est qu'un public jeune et « fashion » est visé.

Copié dans le presse-papier !

WeTransfer est un service permettant d'envoyer des fichiers volumineux à des contacts. Ils sont hébergés sur les serveurs de la société et on peut y accéder via un lien. 

Problème, WeTransfer a découvert « un incident de sécurité le lundi 17 juin » : des emails ont été envoyés à d'autres personnes. Les clients concernés et les autorités sont informés de ce « bug ».

Cet « incident » s'est déroulé les 16 et 17 juin. Dès lundi, WeTransfer a pris des mesures pour essayer de limiter les dégâts : « Les utilisateurs peuvent avoir été déconnectés de leur compte ou invités à réinitialiser leur mot de passe. De plus, nous avons bloqué les liens de transfert pour assurer la sécurité des transferts de nos utilisateurs ».

La société enquête toujours sur la portée de cette faille de sécurité, ainsi que sur ses causes. Elle promet de plus amples informations prochainement.

Copié dans le presse-papier !

Dévoilée en novembre dernier, cette fonctionnalité permet « d'afficher et gérer de manière centralisée les alertes de sécurité et automatiser les contrôles de conformité ». Après la préversion, c'est au tour de la mouture finale d'être disponible.

Le premier mois est gratuit, mais il faudra ensuite passer à la caisse. Les tarifs varient en fonction du nombre de contrôles de conformité et des événements remontés.

Au passage, AWS Control Tower passe aussi en version finale.

Copié dans le presse-papier !

Ce matin, le lanceur lourd a décollé prévu du Complex 39A (LC-39A) depuis le Kennedy Space Center de la NASA (Floride).

Les deux boosters latéraux avaient déjà été « éprouvés » en vol, c'est-à-dire recyclés du lancement d'Arabsat-6A en avril dernier. Ils sont venus se poser sans encombre sur la terre ferme, un peu plus de huit minutes après le décollage.

Le premier étage n'a par contre pas eu la même chance : il a loupé son atterrissage sur une barge. On peut le voir s'abîmer en mer (pas loin de la barge) un peu plus de 11 minutes après le lancement.

Le lanceur doit maintenant déployer 24 satellites sur trois orbites différentes. L'avancement des travaux peut être suivi sur le compte Twitter de la société.