du 27 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Parrot continue sa descente aux enfers

Le fabricant le reconnaît lui-même dès la première ligne de son communiqué : les résultats sont « décevants »… et c'est peu de le dire. Alors que le drone Anafi devait lui redonner des couleurs, les finances plongent au troisième trimestre de l'année.

Le chiffre d'affaires est en baisse de 40 % par rapport à l'année dernière avec 23,4 millions d'euros contre 39,2 millions en 2017. La chute vient du marché grand public (-45 %), tandis que Parrot enregistre une hausse de 4 % chez les professionnels. Désormais, ce segment représente 40 % du CA.

La situation « reflète l’évolution du portefeuille de produits avec la forte réduction des ventes de produits historiques en fin de vie (-14,5 M€ par rapport au T3 2017) qui n’a pas pu être compensée par la commercialisation progressive, à partir de juillet 2018, du nouveau drone Parrot Anafi », explique le constructeur.

Selon Henri Seydoux, PDG de Parrot, « cette fin d’année est compliquée par une forte baisse, inattendue, du marché des drones grand public qui est intervenue au moment du lancement de notre nouveau drone ».

La sanction est immédiate en bourse : le titre plongeait en bourse de près de 50 % vendredi, après la publication des résultats. Depuis, l'action n'est pas remontée et reste aux alentours de 1,65 euro, alors qu'elle était à plus de 3,50 euros en milieu de semaine dernière. Depuis un an, l'action baisse continuellement (elle était à plus de 12 euros en septembre 2017).

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Comme toujours en pareille situation, le fabricant reste discret sur les annonces qui seront faites. Selon CNet, il est question du « retour attendu d'une icône réinventée »... tout un programme.

Il serait donc question du retour du « mythique » Razr, mais avec un écran pliable, comme le voulait la rumeur au début de l'année. Depuis, le constructeur a confirmé qu'il planchait sur le sujet, sans donner plus de détails pour l'instant. 

Copié dans le presse-papier !

Nous avions testé la fonctionnalité lors de son annonce en mars dernier. Elle a depuis été peaufiné par les développeurs afin de la rendre plus agréable et plus sûre à utiliser.

Elle est désormais accessible à tous, compatible avec les comptes locaux sous Windows 7, 8.1 et 10. Une vidéo a été mise en ligne.

Ceux qui utilisent plutôt les solution Active Directory / Azure doivent se tourner vers d'autres méthodes. Il en est de même si vous avez opté pour une connexion via votre compte Microsoft, qui contient ses propres mécaniques de double authentification. 

Copié dans le presse-papier !

D'extérieur, il ressemble à d'autres SUV du fabricant suédois, sauf que la calandre est pleine et que le pot d'échappement est absent. Bien évidemment, la trappe du réservoir laisse place à une borne pour recharger la voiture.

Volvo annonce 4,9 secondes pour passer de 0 à 100 km/h, une autonomie de plus de 400 km et une autonomie de 80 % avec 40 minutes de charge.

Tous les détails sont disponibles par ici. Reste maintenant à connaître son prix et sa disponibilité.

Copié dans le presse-papier !

Il y a quelques jours, une drôle d'histoire est remontée à la surface concernant les derniers smartphones de Samsung et leurs lecteurs d'empreintes digitales ultrasoniques.

Avec certains étuis et écrans de protection, la détection et la reconnaissance ne se passent pas correctement et il est ensuite possible de déverrouiller son smartphone avec d'autres doigts que ceux autorisés, comme l'explique la BBC.

Après avoir pointé du doigt des protections d'écran bas de gamme pendant un temps, Samsung a finalement reconnu le problème et annonce qu'il le corrigera avec une mise à jour, sans plus de précisions sur son fonctionnement. 

Suite à cette découverte, la banque coréenne KaKao Bank a demandé à ses clients de désactiver l'empreinte pour se connecter aux services, comme le rapportent nos confrères. D'autres pourraient suivre.

Copié dans le presse-papier !

Au troisième trimestre, le fondeur revendique des revenus de 293,05 milliards de dollars taïwanais (environ 8,61 milliards d'euros), en hausse de 12,6 % sur un an et de 21,6 % sur trois mois.

Le bénéfice net est de 101,07 milliards de dollars taïwanais (environ 3,2 milliards d'euros), soit une augmentation de 13,5 % sur 12 mois et de 51,4 % par rapport au trimestre précédent.

Pour rappel, TSMC est actuellement sous le coup d'une plainte de GlobalFoundries qui demande à la justice américaine d'interdire l'importation de certains produits.

La société avait alors répliqué en demandant également à la justice de trois pays (États-Unis, Allemagne et Singapour) de stopper la production et d'interdire à la vente des produits GlobalFoundries.