du 29 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

Dans un communiqué, la National Music Publishers Association (NMPA) américaine annonce la hausse de la part dévolue aux auteurs compositeurs sur le streaming, qui devient le mode dominant d'écoute de musique.

Le Copyright Royalty Board (CRB) a statué sur les taux de partage jusqu'en 2022. La décision résulte d'un procès de la NMPA et de la Nashville Songwriters Association (NSAI) contre Amazon, Apple, Google, Pandora et Spotify.

La justice a ainsi convenu de revoir à la hausse la part des revenus fournie aux compositeurs, de 10,5 % à 15,1 % dans les prochaines années. Elle supprime aussi la limite de ces revenus face au montant facturé par les labels aux plateformes de streaming.

Comme l'explique Variety, les gains des compositeurs seront soit calculés sur les revenus générés, soit sur le montant négocié par le label, selon lequel est le plus élevé. Les limites financières aux paiements de ces compositeurs disparaissent également.

Un pas de plus vers une meilleure répartition des fruits du streaming, une activité qui cherche toujours sa rentabilité, malgré les grandes masses d'écoutes générées.

Outre-Atlantique, de meilleurs revenus pour les compositeurs en streaming
chargement Chargement des commentaires...