du 14 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Ouragan Florence : quand Weather Channel utilise la technologie pour mieux se rendre compte des risques

L'ouragan Florence est sur la côte est des États-Unis et, même s'il vient d'être reclassé en catégorie 1, il n'en reste pas moins dangereux, surtout à cause des pluies torrentielles qu'il va déverser sur la région.

Les risques d'inondation sont importants, mais il n'est pas toujours facile d'appréhender à quoi correspondent les chiffres annoncés. La chaîne The Weather Channel a eu l'idée de recourir à la réalité mixte pour mettre des images sur les mots (et les dangers), comme l'indique The Verge.

Les présentateurs de la chaîne sont isolés avec le niveau de l'eau qui monte autour d'eux : 3 pieds (un peu moins d'un mètre), 6 pieds (1,8 mètre) et 9 pieds (2,7 mètres). On peut alors voir les voitures englouties, les maisons aussi, et se rendre compte de la puissance du vent.

Enfin, l'astronaute Alexander Gerts de l'ESA nous fait prendre de la hauteur et nous propose une photo de l'ouragan Florence depuis la Station spatiale internationale.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Des escrocs sont parvenus à convaincre l'ancien directeur financier de Pathé Pays-Bas que la direction de Pathé lui ordonnait de verser d'importantes sommes sur un compte tiers pour financer une acquisition à Dubaï.

Au total, plus de 19,2 millions d'euros auraient ainsi été dérobés à l'entreprise en mars 2018. Les faits n'ont été révélés publiquement que lors du procès opposant l'ex-employé incriminé à son entreprise dans le cadre de son licenciement. Selon Pathé, il aurait « négligé des signaux » qui auraient dû l'alerter du caractère frauduleux des opérations.

Copié dans le presse-papier !

Un juge autorise les autorités du New Hampshire à obtenir les enregistrements d’une enceinte connectée. Elles enquêtent sur le meurtre de deux femmes, poignardées, rapporte AP.

Les procureurs peuvent donc analyser les enregistrements de l'enceinte. Ils espèrent trouver des traces du meurtre et du retrait des corps sur les serveurs de la société. L’accusé Timothy Verrill plaide non coupable, mais fera bien face à la justice.

Amazon assure ne pas fournir de donnée sans demande légale en bonne et due forme.

Copié dans le presse-papier !

L’affaire C-673/17 Planet49 sera plaidée mardi 13 novembre devant la Cour de justice de l’Union européenne. La fédération allemande des associations de consommateurs s’oppose à Planet49, un spécialiste dans les jeux de hasard en ligne.

L’enjeu, décrit par les services de la juridiction : « quelles sont les valeur et portée du stockage d’informations autorisé par une case cochée par défaut que l’utilisateur doit décocher pour refuser de donner son consentement ? »

La fédération doute qu’un tel mécanisme puisse déduire un quelconque consentement de sa part. Dans la question préjudicielle, qui cible l’ancêtre du RGPD, il s’agit aussi de savoir en particulier quelles informations « claires et complètes » le fournisseur d’un service en ligne doit fournir à cette occasion. S’agissant des cookies, cela inclut-il leur durée d'utilisation et la question de savoir si des tiers ont accès aux cookies ?

Copié dans le presse-papier !

Les constructeurs du secteur proposent tous leur solution pour mettre à niveau des appareils, afin qu'ils proposent des débits supérieurs au gigabit.

Il s'agit le plus souvent de produits construits autour de la puce AQC107 d'Aquantia, reprenant le même design et un tarif aux alentours de 100 euros. Dans le cas de la LGY-PCIE-MG de Buffalo, qui ne semble pas différente de ses concurrentes, il est question de 155 livres, tout de même ! Elle est garantie trois ans.

Chez QNAP, c'est une solution externe qui vient d'être annoncée : le QNA-T310G1. Il permet d'utiliser un connecteur Thunderbolt 3 pour disposer d'un port 10 GbE classique (T310G1T) ou SFP+ (T310G1S).

Il est lui aussi basé sur une puce AQC107. Ses dimensions sont de 27,6 x 56 x 112 mm pour un poids de 190 grammes. Son tarif n'a pas été dévoilé par la marque, mais le SOLO10G-TB3 de Sonnet Technologies, qui offre des caractéristiques similaires, se trouve pour un peu plus de 200 euros.

Copié dans le presse-papier !

9,6 milliards de collectes mondiales, soit +6,2 %. Des revenus numériques à 1,27 milliard d’euros, gagnant cette fois +24 %. L’année 2017 est faste pour les sociétés d’auteurs.

Les chiffres du rapport annuel de la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs (CISAC) tranchent quelque peu avec le discours anxiogène entendu lors des débats autour de la directive sur le droit d’auteur.

« Tout l’enjeu de cette mobilisation est de savoir si la législation doit continuer à permettre que la valeur des oeuvres leur soit soustraite pour financer les empires commerciaux des géants de la technologie » tempère Jean-Michel Jarre, président de la CISAC.

Dans le top 10, les États-Unis arrivent en tête à 1,890 milliard d’euros collectés, suivis par… la France avec 1,203 milliard d’euros. Notre pays représente 12,6 % du total.

Avec la directive, les sociétés représentées par le CISAC espèrent toujours plus : « Dans le marché numérique actuel, les services de contenus chargés par les utilisateurs (UUC) tels que YouTube engrangent d’importantes recettes publicitaires et ne payent aux créateurs qu’une fraction de ces sommes pour les oeuvres utilisées. Ils versent en outre des sommes significativement moins élevées aux auteurs que d’autres services de streaming qui proposent les mêmes contenus ».

Le rapport indique aussi qu’ « à l’échelle mondiale, la copie privée génère 484 millions d’euros, soit une hausse de 33,3 % par rapport à 2016 et de 141 % depuis 2013 ». 74 pays disposent de lois prévoyant une telle « rémunération » mais la France représente à elle seule une bonne part de ce rendement : sur les 270 millions collectés par Copie France, 125 millions le sont pour les seuls membres français du CISAC (principalement SACEM, SAIF, SCAM, ADAGP, SACD)