du 23 mars 2020
Date

Choisir une autre édition

Interviewé dans le Figaro, Stéphane Richard a expliqué travailler avec l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) pour « voir comment les données peuvent être utiles pour modéliser [et] gérer la propagation de l’épidémie ».

Le PDG d'Orange a tenu à préciser que les données de géolocalisation sont anonymisées. En outre et « malgré ça, cela demanderait des ajustements réglementaires et un accord de la CNIL. Ainsi, il faudrait pouvoir garder des données sur une durée de temps longue, or actuellement nous devons les supprimer au bout d’un an, nous voudrions les garder deux ans. Ce sont des travaux tout à fait essentiels ».

Les données pourraient aussi être utilisées pour « mesurer l’efficacité des mesures de confinement, comme en Italie. Je le répète nous parlons de données anonymisées et agrégées. Leur utilisation est indispensable pour mesure le confinement et pour ajuster les dispositions en fonction des comportements. Il ne s’agit pas de traquer les gens individuellement. Il faut au moins savoir si les gens respectent les périmètres de confinement, ou s’ils se déplacent, sans pour autant savoir qui va où ».

Orange veut utiliser les données de géolocalisation pour « gérer la propagation de la pandémie »
chargement Chargement des commentaires...