du 24 janvier 2019
Date

Choisir une autre édition

Opera désactive le blocage de publicités sur les pages de recherche, comment le réactiver

Un changement est récemment apparu dans toutes les versions d’Opera : quel que soit le bloqueur de publicité utilisé, il laisse tranquille les résultats dans les pages de recherche de Google, Bing et tous les autres.

Opera ne s’est pas encore exprimé sur le sujet, la modification intervenant sur tous les canaux du navigateur : Stable, Beta et Developer. Elle ne concerne d’ailleurs qu’Opera et n’est pas une conséquence d’un changement dans la base Chromium.

En outre, ce changement est aisément réversible. Si vous utilisez le bloqueur intégré, il faut se rendre à l’adresse opera://settings/adBlocker et regarder dans les liste des exceptions pour y supprimer toutes les références aux moteurs de recherche (si c’est bien ce que vous souhaitez).

Dans le cas d’une extension comme uBlock, le raccourci Ctrl + Maj + E ouvre le panneau des extensions. Sous celle qui vous intéresse, vous trouverez une ligne « Autoriser l’accès aux résultats de la page de recherche ». Il suffira alors de cocher la case correspondante pour que le bloqueur redevienne actif sur les moteurs de recherche.

Comme le signale GHacks,la décision illustre parfaitement la situation de navigateurs alternatifs comme Firefox et Opera, assis entre deux chaises. D’un côté, la nécessité de préserver certains accords pour ne pas en couper les sources de revenus. De l’autre, le besoin de se différencier des mastodontes en offrant des fonctions capables d’attirer les curieux.

Une problématique facilement compréhensible… quand elle est expliquée. Il aurait suffi que l’éditeur se serve par exemple de son blog pour expliquer son choix et détailler la procédure pour restaurer le comportement que les utilisateurs connaissent, et donc attendent.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Sur Twitter, « supprimer » ne veut pas forcément dire « supprimer ». Les messages directs envoyés à d’autres comptes restent en effet stockés pendant des années, même s’ils ont été supprimés ou échangés avec des comptes aujourd’hui suspendus ou supprimés.

On se rappelle que la société avait changé le comportement des messages directs il y a quelques années : supprimer un message envoyé ne l’enlevait plus de la conversation pour tous les participants, mais uniquement pour l’expéditeur.

En utilisant l’outil intégré de récupération des données du compte, on peut donc remettre la main sur des messages reçus de comptes aujourd’hui disparus ou suspendus par Twitter.

Problème, la société affirme qu’après suppression d’un compte, les données sont gardées pendant une « brève période » pour des impératifs juridiques. TechCrunch affirme au contraire que les archives peuvent contenir des données datant de plusieurs années après la fermeture des comptes.

Twitter a simplement réagi en indiquant se pencher sérieusement sur la question pour en délimiter le périmètre exact.

Comme le rappellent nos confrères, Twitter s’expose à des poursuites dans le cadre du RGPD. Le fonctionnement du bouton Supprimer dans les DM est expliqué par l’entreprise, mais elle peut difficilement défendre la présence de vieilles données de comptes supprimés.

Supprimer un compte reste l’expression directe du droit d’effacement que toute entreprise doit respecter en Europe.

Copié dans le presse-papier !

Selon une étude de l’ICSI (International Computer Science Institute), environ 17 000 applications Android violeraient les conditions d’utilisation de la boutique Google Play pour cibler plus efficacement les utilisateurs.

Au lieu de se contenter du seul Advertising ID, ces applications s’abreuvent d’autres informations identifiantes : adresse MAC, IMEI et Android ID. Or, ces données ne peuvent pas être modifiées, ou très difficilement. Ensemble, elles constituent un redoutable moyen d’identification.

Comme le rapporte CNET, l’ICSI a transmis le résultat de ses recherches à Google, qui dit prendre le sujet très au sérieux. Des actions auraient déjà été entreprises contre certaines applications, mais on ne connait pas la portée de ces représailles.

L’éditeur confirme que des conditions d’utilisation sont bien violées par ces applications, mais sans dire lesquelles. Il est peu probable malheureusement que Google puisse rétablir la « justice » sans modifier profondément le fonctionnement de sa boutique.

Les développeurs ont en effet le droit d’utiliser l’adresse MAC, l’IMEI et le reste pour des raisons spécifiques, mais pas pour le ciblage publicitaire. Problème, Google ne peut vérifier cette bonne pratique que s’ils passent par son propre réseau publicitaire. Si les applications s’adressent à une autre crèmerie, il n'y a rien à faire.

Certaines des applications sont connues, mais ont été mises à jour entre temps. Cheetah Mobile par exemple, éditeur de Cheetah Keyboard et Mobile Doctor, ne se servirait de l’Android ID que pour le seul suivi du nombre d’installations. Mobile Doctor a par ailleurs été mis à jour en 2018 pour ne plus capter l’IMEI.

Le fait est que les résultats obtenus par l’ICSI ne font que braquer un peu plus les projecteurs sur un problème plus global : les activités secrètes des applications mobiles par manque de surveillance.

Apple a récemment eu le problème avec les fameux certificats d’entreprise, que des développeurs n’hésitaient pas à utiliser pour récupérer des données personnelles. Microsoft n’est pas épargnée, avec plusieurs PWA de son Store contenant des cryptominers, d’après des recherches de Symantec.

Les grandes plateformes n’ont donc pas le choix : elles doivent resserrer le contrôle et prendre des mesures plus radicales en cas de contournement ou violation. La peur de voir le nombre d’applications baisser sur une boutique n’est plus un argument depuis longtemps.

Copié dans le presse-papier !

Il y a un peu plus d'un an, la société avait évoqué une offre en partenariat avec Bimbox : le Neo Cloudbook. Si le projet semble abandonné, l'idée de base est encore là.

Thomson vient ainsi d'annoncer un partenariat avec le français Blacknut dans le domaine du Cloud gaming. Il sera mis en avant à l'occasion du MWC de Barcelone : « Blacknut sera préinstallé sur les notebooks de Thomson et également disponible sur les téléviseurs Android et sur les smartphones de la marque ».

La première mensualité est offerte, il faudra ensuite payer 14,99 euros par mois.

Copié dans le presse-papier !

Adoptée au pas de charge l’année dernière afin de permettre aux agents de police municipale d’utiliser des « caméras-piétons », la loi « relative à l'harmonisation de l'utilisation des caméras mobiles par les autorités de sécurité publique » n’est toujours pas applicable, faute de décret (voir notre article).

Le sénateur Jean-Pierre Decool s’en est plaint une nouvelle fois auprès de l'exécutif, jeudi 14 février, lors des questions au gouvernement :

« Comme vous tancez sur la lenteur législative, permettez-nous de vous tancer sur la lenteur réglementaire. Une loi a été votée au Sénat le 13 juin 2018, puis définitivement adoptée le 30 juillet par l'Assemblée nationale pour expérimenter l'utilisation de caméras piétons par les policiers municipaux. Procédure rondement menée... Mais les décrets n'ont toujours pas été pris et les caméras restent dans les tiroirs ! »

Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nunez, ne s’est toutefois avancé sur aucun calendrier. « Le décret en Conseil d'État est en cours d'examen, les circonstances d'utilisation sont complexes » a-t-il évacué.

Copié dans le presse-papier !

Dans deux arrêts dits Sabam de 2011 et 2012, la juridiction européenne avait détaillé la prohibition inscrite à l’article 15 de la directive sur le commerce électronique.

Ce texte de 2000 interdit aux États membres d’imposer une surveillance généralisée sur les flux transitant chez les intermédiaires techniques.

Selon la CJUE, ce filtrage est toujours proscrit lorsqu’il porte sur l’ensemble des informations stockées sur les serveurs, s’applique indistinctement à l’égard de l’ensemble des utilisateurs, à titre préventif, à ses frais exclusifs et sans limitation dans le temps. Cinq critères cumulatifs mais qui ne comblent pas toutes les situations.  

Comme déjà expliqué, en avril 2016, un internaute caché sous le pseudonyme de « Michaela Jašková » avait posté un message injurieux à l’encontre d’Eva Glawischnig-Piesczek, femme politique autrichienne affiliée aux Verts, qualifiée sur Facebook de « clocharde corrompue » issue d’un « parti fasciste ».

Le réseau social avait rendu ces messages illicites inaccessibles uniquement le territoire autrichien. La victime avait contesté cette décision en exigeant un retrait à l’échelle planétaire, portant également sur les contenus identiques, analogues ou similaires aux messages initiaux.

Dans le dossier enregistré en janvier 2018, dont on attend maintenant les conclusions de l’avocat général, la CJUE devra déterminer juridiquement si le filtrage est toujours généralisé lorsqu’il porte sur tous les flux ou stocks d’un hébergeur, mais en étant limité par exemple aux utilisateurs présents au niveau d’un État membre.

Elle devra dire aussi si un hébergeur peut se voir contraindre de retirer des données similaires à celles qualifiées une première fois d’illicites, retrouvées au niveau mondial ou d’un État membre.

L’affaire est importante et pourrait rejaillir sur les débats actuels autour de l’article 13, disposition qui industrialise le filtrage des contenus sous droit d’auteur.