du 15 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

OnePlus supprimera son Engineer Mode, perçu comme une porte dérobée

Un chercheur en sécurité, Robert Baptiste, a fait part de sa découverte dans les smartphones OnePlus : un composant permettant un accès root à toutes les données du téléphone.

Nommé Engineer Mode, ce composant (présent sous forme d’un fichier APK) n’est normalement utilisé qu’au terme des chaînes de montage dans les usines, pour vérifier que tout va bien. Il est protégé par un mot de passe, mais les chercheurs l’ont rapidement découvert, d’autant qu’il n’est guère compliqué : angela.

OnePlus, de son côté, indique que l’Engineer Mode nécessite dans tous les cas un accès physique et qu’il ne peut en aucune être exploité à distance. Surtout, il dispose bien d’un accès root, mais seulement pour lui-même : il n’autorise pas des applications tierces à en bénéficier.

Le constructeur ne voit en outre pas dans ce composant un problème de sécurité majeur, puisqu’il réclame notamment l’activation de l’USB Debugging, inactif par défaut. Une prochaine mise à jour supprimera quand même le fichier APK des smartphones. Aucune raison donc a priori de considérer cet Engineer Mode comme une porte dérobée.

Notez également que le composant ne provient pas de OnePlus, mais de Qualcomm. Motherboard fait ainsi remarquer que d’autres constructeurs s’en servent, notamment Lenovo et Motorola. Nos confrères ont contacté Qualcomm mais n’ont pas encore eu de réaction du fondeur.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Netatmo explique que les nouvelles stations commercialisées depuis hier sont concernées, tandis que les anciennes recevront une mise à jour prochainement, mais uniquement celles produites à partir de 2016  précise le fabricant.

Pour rappel, les Caméras, Détecteurs de fumée, Capteurs de qualité d'air, Thermostat et Têtes thermostatiques étaient déjà compatibles HomeKit. 

Chez Arlo, la situation est à peu près la même. Après les caméras Baby, c'est au tour de la gamme Ultra (en 4K UHD et HDR) d'être compatible HomeKit d'Apple. Là encore, une simple mise à jour du firmware est nécessaire.

Copié dans le presse-papier !

L'annonce a été faite par Gwynne Shotwell, directrices des opérations chez SpaceX, lors d'une table ronde avec plusieurs journalistes, comme le rapporte SpaceNews.

Avant d'ouvrir son service aux utilisateurs, la société doit procéder à six ou huit lancements (en comptant celui de mai dernier), avec une soixantaine de satellites à bord à chaque fois. 

Le service sera alors limité à certaines zones géographiques : « Nous avons besoin de 24 lancements pour avoir une couverture mondiale », ajoute Gwynne Shotwell. La constellation comprendra alors plus d'un millier de satellites. 

Pour rappel, les plans de la société sont d'envoyer près de 12 000 satellites en orbite, et SpaceX a même demandé à l'International Telecommunication Union (ITU) des autorisations pour 30 000 de plus...

Autre point à ne pas négliger : les terminaux mobiles permettant d'exploiter le réseau de Starlink. Pas un souci pour Elon Musk, qui affirme avoir envoyé hier son premier tweet en utilisant le réseau Starlink.

Copié dans le presse-papier !

L'application proposait depuis longtemps un mode nuit, mais pas de thème réellement noir. Un manque corrigé depuis longtemps sur iOS, et désormais disponible sur Android.

Pour l'activer, il suffit de cliquer sur votre image de profil en haut à gauche de l'application, puis d'éteindre la lumière en bas à gauche. 

Copié dans le presse-papier !

Lancé en mars de cette année sous la forme d'une bêta, il est désormais disponible en version finale. Il exploite pour rappel TensorFlow, l'outil open source d'apprentissage automatique de Google.

La partie matérielle comprend une puce TPU Edge (un ASIC) de Google et le SoC NXP IMX8M, en plus du Wi-Fi, du Bluetooth, de la mémoire et du stockage. Le System-on-Module (SOM) est vendu 114,99 dollars et de la documentation technique est disponible par ici. D'autres produits sont également disponible sur cette page.

Copié dans le presse-papier !

L'Association des opérateurs télécoms alternatifs (AOTA) avait demandé début juin au gouvernement de « se saisir de la transition vers IPv6 et de la préservation de l’équilibre concurrentiel ».

L'AOTA vient d'avoir une réponse de la Direction générale des entreprises (DGE), qui partage les « préoccupations » de l'Association, en ajoutant que « la transition vers ce nouveau [vieux de déjà 20 ans, ndlr] protocole de communication apparaît aujourd’hui comme un enjeu majeur de compétitivité et d’innovation ».

La DGE affirme par contre que « les capacités d’action du gouvernement en la matière sont cependant limitées par l’absence de base législative l’autorisant à réglementer ce type de ressources, du fait que les adresses IP sont gérées au niveau international par l’ICANN et attribuées directement au niveau européen par le registre Internet européen, le RIPE NCC basé à Amsterdam ».

Pour apporter une réponse, « les autorités françaises vont proposer à la présidence du Conseil de l’Union européenne qu’elle mette à l’agenda d’un groupe de travail du Conseil "Télécommunications et société de l’information" la question de la transition vers l’IPv6 et qu’elle se saisisse de l’Organe des régulateurs européens des communications électroniques (ORECE) pour avis sur ce dossier ».

L'AOTA se félicite que le gouvernement prenne la question au sérieux, malgré une « – très – timide réponse ». Enfin, la DGE rappelle que l'Arcep peut jouer un rôle d'appui pour faciliter la transition vers IPv6, et qu'une « "task force" sera prochainement mise en place par l’ARCEP sur ce sujet ».