du 17 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

OnePlus promet plus de transparence et des changements sur la collecte de données

La semaine dernière, une histoire de plusieurs mois remontait à la surface : OnePlus était accusé de collecter directement des données personnelles des habitudes de ses utilisateurs, ce que la société avait confirmé. Carl Pei, co-fondateur de OnePlus, s’est exprimé sur le sujet.

Il affirme que la collecte de données est « une pratique courante dans l'industrie », mais reconnaît que ses clients auraient dû en être informés. Il précise tout de même que les données n’ont jamais été partagées avec des tiers.

Changement important, qui aurait certainement dû être mis en place avant : tous les utilisateurs d’OxygenOS recevront une notification afin de savoir s’ils veulent ou non participer au programme de collecte de données, dans le but d’améliorer les services. De plus, les conditions d’utilisations seront mises à jour afin d’indiquer plus clairement cette collecte d’informations.

Dernier point et pas des moindres, OnePlus ne collectera plus les numéros de téléphone, les adresses MAC et les informations sur le Wi-Fi de ses utilisateurs. Il ne reste maintenant plus qu'à attendre que ces promesses se concrétisent

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Nouvelle initiative de Google au sein de son programme publicitaire AdSense : Auto Ads. L'objectif est ici non plus d'automatiser le contenu ou la distribution des publicités, mais leur placement par rapport à l'espace disponible sur la page.

Un peu comme cela a été fait par Facebook dans les Instant Articles, l'idée est de laisser l'élément publicitaire s'adapter au contenu en fonction des opportunités et des formats acceptés par l'éditeur.  

Pour rendre l'ensemble plus « sexy », Google évoque la solution de machine learning utilisée pour ce dispositif, qui rendra les éditeurs un peu plus dépendants des solutions maison, tout en les incitant toujours à livrer les données de leurs visiteurs.

Copié dans le presse-papier !

Face à l'émergence du marché des objets connectés, tous les constructeurs y vont de leur solution maison, devant leur permettre d'être LE leader qui fournira ces milliards d'appareils.

Dans cette course, ARM annonce une nouvelle initiative peu avant l'ouverture du MWC 2018 de Barcelone : un SoC contenant un microcontrôleur (MCU), un modem et une integrated SIM (iSIM).

Cette dernière est basée sur Kigen OS et la solution de sécurité CryptoIsland d'ARM, le tout étant compatible avec les standards de la GSMA.

Copié dans le presse-papier !

Interpelé au Sénat, le gouvernement a indiqué la semaine dernière que 134 entreprises ne respectant par la liste anti-démarchage téléphonique « Bloctel » avaient été condamnées depuis sa mise en œuvre, en juillet 2016. « Certaines d'entre elles » ont écopé du montant maximum prévu par la loi, soit 75 000 euros, a précisé la secrétaire d’État Delphine Gény-Stephann.

L’intéressée a renvoyé les problèmes d’application de ce dispositif au fait qu'un « nombre trop grand d'entreprises n'y a pas adhéré et continue de démarcher en toute illégalité ». « Seules 800 entreprises ont adhéré au dispositif Bloctel, ce qui semble très en deçà du nombre de professionnels tenus d'y recourir », a poursuivi la locataire de Bercy.

L’exécutif entend ainsi « inciter » les entreprises à adhérer à Bloctel. « Plusieurs campagnes de mailing à grande échelle ont été lancées et des rencontres avec les différents secteurs d'activité organisées » a déclaré Delphine Gény-Stephann. Dans une logique plus répressive, la DGCCRF aurait lancé de « nombreuses enquêtes, afin de sanctionner les entreprises contrevenantes ».

Copié dans le presse-papier !

L'an dernier, la filiale télécom du groupe Bouygues a engrangé 5,1 milliards d'euros (+7 % sur un an), grâce à l'arrivée de clients et au relèvement des prix sur les offres mobiles premium et sur les offres fixes de mai (PDF). La société affiche 260 millions d'euros de bénéfices (168 millions de mieux qu'en 2016), pour 1,208 milliard d'euros d'investissement.

Au 31 décembre, l'opérateur compte 14,4 millions de clients sur mobile, soit 150 000 clients de plus sur le trimestre, 500 000 de mieux sur l'année. Sur le fixe, 340 000 clients supplémentaires sont apparus sur l'année, 98 000 sur le trimestre. Cette progression compte le recrutement de clients fibre (FTTH) : ils sont 265 000, soit 2,2 fois plus qu'à fin 2016.

20 millions de prises fibre ont été « sécurisées » à fin 2017 (+11 millions face à la fin 2016). 4 millions de prises sont commercialisées (+2 millions sur l'année). Rappelons que l'opérateur ne déploie pas de fibre en propre, préférant cofinancer les efforts de ses concurrents, alors que le groupe Bouygues a une certaine expérience du BTP et de la construction de réseaux.

Notons aussi que TF1, en conflit avec certains opérateurs auxquels il tente d'imposer MyTF1 Premium, a vu son chiffre d'affaires grandir de 3 % l'an dernier, pour atteindre 2,1 milliards d'euros. Cela en partie via la hausse des revenus publicitaires. Le résultat net se situe à 60 millions d'euros, grâce notamment à un plan d'économie de 27 millions d'euros.

Copié dans le presse-papier !

Fin 2017, on apprenait que plusieurs groupes de médias américains étaient dans une fâcheuse posture, de Mashable à Oath en passant par BuzzFeed. La situation semble se répandre. Aujourd'hui, on apprend que c'est Vox Media qui se sépare d'une cinquantaine de personnes (soit 5% de ses équipes).

Les publications les plus concernées sont Racked, Curbed, SB Nation, ainsi que son équipe dédiée à la vidéo de manière plus large. Le navire amiral The Verge ne semble pas touché. Une douzaine d'employés sont invités à prendre un nouveau rôle au sein de l'entreprise.

La principale raison invoquée est celle de la non viabilité de la vidéo à destination des réseaux sociaux, malgré les succès en termes d'audience, notamment du fait « de changements dans l'industrie ces derniers mois ». Difficile de ne pas penser ici aux changements récents annoncés par Facebook, d'autant que Jim Bankoff, PDG de Vox Media, a été plutôt critique à cet égard récemment.