du 11 septembre 2019
Date

Choisir une autre édition

Les constructeurs devront-ils bientôt se passer de publicité pour vendre certaines voitures, à commencer par leurs SUV ? La majorité a déjà écarté cette hypothèse, notamment la semaine dernière en commission, dans le cadre de l’examen (en nouvelle lecture) du projet de loi Mobilités.

Certains députés reviennent toutefois à la charge en vue des débats en séance publique, qui ont commencé hier. Le groupe La France Insoumise propose par exemple d’interdire, dès 2021, tous les « messages publicitaires » pour des véhicules « roulant exclusivement au diesel ou à l’essence ». Y compris lorsque ceux-ci sont diffusés sur Internet.

Matthieu Orphelin, suivi notamment par plusieurs élus LREM, souhaite de son côté arriver à une prohibition progressive, jusqu’en 2030, en fonction de la quantité de CO2 émise par les véhicules (voir son amendement).

L’apposition d’un message « Nuit gravement au climat » est même envisagée par la députée Delphine Batho, qui fut ministre de l’Écologie de François Hollande.

Le gouvernement comme la majorité estiment que le projet de loi Mobilités est satisfaisant en l’état, dans la mesure où il prévoit l’introduction, dans toutes les publicités « en faveur de véhicules terrestres à moteur » (voitures, motos, tracteurs, etc.), d’un « message promotionnel » encourageant l’usage des « mobilités actives », des mobilités « partagées » ou des transports en commun (pour en savoir plus, voir notre article).  

Nouveaux amendements pour interdire les pubs pour véhicules polluants
chargement Chargement des commentaires...