du 10 janvier 2020
Date

Choisir une autre édition

Sonos a déposé plainte contre Google pour la violation de cinq brevets, dont tout ce qui touche à la synchronisation des enceintes connectées. Sonos en veut également à Amazon, mais se limite à une seule plainte, ayant avoué son manque de moyen pour ouvrir en même temps les deux fronts.

Amazon ne pouvait pas manquer de réagir. L’entreprise ne fait pour l’instant pas l’objet d’une plainte, mais les propos de Sonos sont clairs : si le bataille contre Google est un succès, elle sera la suivante sur la liste.

L’affrontement étant pour l’instant verbal, Amazon répond sur le même temps. Au cours d’une interview par The Verge, Dave Limp, directeur produits et services, a affiché une certaine incompréhension face à l’attitude de Sonos.

Selon lui, le partenariat avec le constructeur est une réussite. Amazon aurait investi de nombreuses ressources dans l’intégration de son assistant Alexa dans les enceintes Sonos. Le tout sans jamais exiger d’exclusivité : « Nous pensons que les utilisateurs devraient avoir le choix de leur assistant vocal ». Une position simple à tenir quand on est leader sur un marché.

Mais la question principale reste savoir si Amazon a violé la propriété intellectuelle de Sonos. Interrogé à ce sujet, Limp répond : « Je suis certain que nous n’avons pas enfreint leur propriété intellectuelle. Nous avons bâti nos solutions depuis une page vierge. Nous avons été les premiers [à proposer] une enceinte connectée contrôlable par la voix ».

Non (encore) attaquée par Sonos, Amazon se défend déjà
chargement Chargement des commentaires...