du 12 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

HMD continue de mettre à jour sa gamme de smartphones Nokia et c'est désormais au tour du 3.1 d'avoir une version Plus. L'écran de 5,2 pouces laisse sa place à une version de 6 pouces, toujours en HD+.

Le SoC Mediatek MT6750N (huit cœurs) est remplacé par un Helio P22 (huit cœurs également) comme sur le Redmi 6, avec 2 ou 3 Go de mémoire vive et 16 ou 32 Go de stockage. Une carte microSD de 400 Go peut être installée, contre 128 Go maximum auparavant.

On retrouve ensuite du Wi-Fi 802.11n, du Bluetooth 4.1 (4.2 sur le Nokia 3.1), un connecteur micro USB, une batterie de 3 500 mAh, etc. Tous les détails se trouvent par ici.

Le Nokia 3.1 Plus sera disponible ce mois-ci en Inde et arrivera ensuite dans le reste du monde. Il sera vendu 159 euros avec 2 Go de mémoire vive et 16 Go de Stockage, contre 179 euros avec respectivement 3 et 23 Go.

Nokia 3.1 Plus : écran de 6" et SoC Helio P22, à partir de 159 euros
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Au travers d’une question écrite adressée la semaine dernière au Premier ministre, le sénateur Éric Gold interpelle l’exécutif sur les « dysfonctionnements aux conséquences parfois dramatiques » de certains dispositifs d’assistances GPS.

« Des maires et des riverains se plaignent en effet que des camions, étrangers mais pas uniquement, viennent se « perdre » dans les centres-villes, ou empruntent des voies non dimensionnées avec un tonnage non adapté. Cela occasionne, au mieux de la gêne, au pire de réels dangers, voire des accidents mortels », avance l’élu RDSE.

Selon lui, les conducteurs doivent certes « faire preuve de discernement » dans l’utilisation de leurs assistants de navigation. Mais « il semble que les informations données par les GPS soient régulièrement mises en cause ». Il invite ainsi Matignon à lui présenter les obligations des fabricants « en matière de cartographie de navigation », s’agissant notamment de la mise à jour de leurs données.

Copié dans le presse-papier !

Au travers d’un décret paru samedi 20 octobre au Journal officiel, le gouvernement a confié à la députée Anne-Laure Cattelot une mission temporaire ayant pour objet « les plateformes d'accélération pour l'industrie du futur ». À en croire la déclaration d’intérêts de l’élue LREM, l’intéressée fut il y a quelques années conseillère en innovation au CNRS.

Copié dans le presse-papier !

Après le contournement, lui aussi simple, des protections de libSSH, c'est au tour de ce module populaire de faire parler de lui, et pas dans le bon sens.

Le CERT-FR explique que cette brèche « permet à un attaquant de provoquer une exécution de code arbitraire à distance et un contournement de la politique de sécurité ». Sont concernées toutes les versions antérieures à la 9.22.1 de jQuery File Upload exécutées sur un serveur Apache supérieur à 2.3.9 avec une configuration par défaut (AllowOverride None).

En effet, le support de .htaccess a alors été désactivé explique le développeur. « Sans la configuration dans le fichier .htaccess, autoriser l'upload de tous les types de fichiers permet l'exécution de code à distance ». La mise à jour 9.22.1 limite les types de fichiers aux seules images avec l'extension gif, jpeg et png.

Si vous êtes concerné, « appliquez le correctif dans les plus brefs délais car du code d'attaque est publiquement disponible et cette vulnérabilité est activement exploitée » exhorte le CERT-FR.

Cette vulnérabilité serait activement exploitée depuis trois ans selon le chercheur à l'origine de sa découverte, interviewé par ZDNet.com. Sachez également que, même si la faille est corrigée dans le module de Blueimp, ce projet a été forké plus de 7 800 fois, laissant de nombreux autres modules (et application l'intégrant) vulnérables.

Copié dans le presse-papier !

Sa mise en ligne est attendue pour le printemps 2019, mais « les premières fonctionnalités seront déjà disponibles fin octobre sur l’application SNCF » explique le groupe, sans donner plus de détails.

Cette application « permettra de s’informer, réserver, payer et valider en temps réel un itinéraire multimodal ». Elle s'appuiera sur le NFC, une « technologie clé » pour proposer un titre combinant plusieurs modes de transport affirme la SNCF.

Depuis cet été, des expérimentations de titres dématérialisés avec NFC ont été lancées, notamment à Paris et en Bretagne.

Copié dans le presse-papier !

La diffusion d’une vidéo sur laquelle on voit un lycéen menacer une professeure, arme (finalement factice) à la main, a suscité de nombreuses réactions durant le week-end.

Comme le rapporte BFMTV, les faits auraient eu lieu jeudi dernier, à la fin d’un cours, au lycée Édouard Branly de Créteil : « Alors que la professeure est assise face à son ordinateur en train de travailler, Lassana, 16 ans, s'approche d'elle et brandit une arme en sa direction en lui demandant de le noter "absent", puis "présent", réalisant son erreur, alors que lui et plusieurs de ses camarades n'avaient pas assisté au cours. »

Emmanuel Macron a notamment jugé ces faits « inacceptables ». Le président a en outre demandé à ses ministres de l’Intérieur et de l’Éducation de prendre « toutes les mesures » pour que ceux-ci « soient punis et définitivement proscrits de nos écoles ».

Hier, dans un communiqué commun, Christophe Castaner et Jean-Michel Blanquer expliquaient que deux personnes avaient été placées en garde à vue « dès vendredi » par les policiers du Val-de-Marne, « dans le but de faire toute la lumière sur ces agissements ». L’enquête se poursuit.

« Dès la semaine prochaine », un « comité stratégique » devrait se réunir « afin d'arrêter un plan d'actions ambitieux, visant à mettre un terme à de tels comportements ».

Interrogé par Le Parisien, le ministre de l’Éducation a déclaré que cet événement montrait « à quel point » la majorité avait « eu raison de systématiser l’interdiction du téléphone à l’école et au collège ». « À Créteil, on peut se demander si les faits n’ont pas été accomplis pour être filmés et diffusés », a poursuivi Jean-Michel Blanquer. Ce dernier a d’ailleurs encouragé les lycées à interdire les portables, faculté rappelée par la récente loi du 3 août 2018.