du 30 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Nokia 2.1, 3.1 et 5.1 : du nouveau pour l'entrée de gamme Android

Le constructeur, qui se refait une réputation grâce à Android, modernise un peu ses appareils jusque-là estampillés Nokia 2/3/5, auxquels sont ajoutés des « .1 ». 

Le Nokia 2.1 sera le plus accessible. Équipé d'un Snapdragon 425, épaulé par 1 Go de mémoire vive, 8 Go de stockage et une batterie de 4 000 mAh tout de même, il exploite un écran 5,5 pouces, mais en 720p seulement. Côté capteur photo, on trouve un 8 mégapixels derrière et 5 devant. Le Nokia 2.1 fonctionnera sur Android Go 8.1 et est prévu pour un tarif public de 115 euros.

Le Nokia 3.1 est un peu plus puissant, avec un SoC MediaTek MT6750N (8 cœurs, 1,5 GHz). Il sera disponible en deux versions : 2 Go/16 Go et 3 Go/32 Go. L'écran annonce 5,2 pouces avec un ratio de 18:9, toujours en 720p. La batterie n'est plus que de 2 990 mAh. Les capteurs photo passent à 13 et 8 mégapixels. Le Bluetooth 5.0 est présent. Le tarif dépendra bien sûr de la version : 139 ou 169 dollars. Android 8.1 sera aux commandes, en version One cette fois.

Le Nokia 5.1 est équipé pour sa part d'un SoC MediaTek MT6755S (8 cœurs, 2 GHz). On retrouve les deux mêmes versions que dans le Nokia 3.1. L'écran reste en 18:9, mais grimpe à 5,5 pouces et surtout au 1080p. La batterie est de 3 000 mAh. Les capteurs photo sont de 16 et 8 mégapixels. Le Nokia 5.1 présente en outre un lecteur d'empreintes digitales situé au dos. Accompagné d'Android 8.1 One là encore, son tarif sera de 189 ou 219 euros selon la version.

Tous ces nouveaux smartphones seront disponibles en juillet, sans date plus précise. La tarification, relativement agressive, devrait permettre à Nokia de gagner encore en visibilité. 

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Comme nous l'évoquions début janvier, c'est dans deux semaines que le FAI proposera sa nouvelle offre bancaire, plus chère. Elle est organisée autour d'une carte à cryptogramme dynamique, avec quelques services en plus. Un défi pour la société et ses clients, notamment en matière de recyclage.

Le service est en test auprès de 300 personnes « pour vous permettre, à son lancement, d’avoir un produit co-construit avec vous » promet un tweet qui dévoile le visuel (plutôt classique) de la carte.

Une proximité déjà largement utilisée par le passé dans la communication d'Orange Bank, qui a néanmoins peiné à écouter les besoins et demandes de ses clients.

Plus que d'une nouvelle offre, c'est d'une nouvelle impulsion dont le groupe semble avoir besoin pour inverser la tendance des recrutements.

Copié dans le presse-papier !

L’Assemblée nationale examinera cet après-midi la proposition de loi du groupe LFI visant à protéger la population des effets néfastes de la malbouffe. Afin de lutter contre l’obésité infantile, le texte entend notamment interdire tous les « messages publicitaires » en faveur de « produits alimentaires et boissons qui, par leur caractère, leur présentation ou leur objet, apparaissent comme principalement destinés aux enfants et adolescents ».

Une telle prohibition prévaudrait pour les publicités diffusées aussi bien à la télévision qu’à la radio, en passant par Internet.

Cette proposition de loi n’a toutefois guère de chances d’être adoptée. Elle a en effet été rejetée en commission, mercredi 13 février. « Il vaut mieux veiller à impulser des pratiques vertueuses et réalistes auprès des différents acteurs concernés que d'imposer des mesures qui risqueraient de mettre brutalement à mal plusieurs filières sans leur permettre de trouver les moyens d'entreprendre leur mutation » a notamment objecté Blandine Brocard, au nom du groupe LREM.

Copié dans le presse-papier !

Après quatre boutiques annoncées en novembre dernier, LDLC annonce une nouvelle franchise à Grasse, sur une superficie de 65 m² dans le centre commercial AXE 85. Un atelier de réparation et de montage est aussi présent.

Le groupe se félicite ainsi de passer « le cap des 40 points de vente en France ». Pour rappel, il possède également deux magasins en Espagne (Madrid et Barcelone). Sur l'année 2018, les boutiques ont rapporté 17,3 millions d'euros à LDLC, en hausse de 11,1 % sur un an.

Copié dans le presse-papier !

Microsoft prépare l’arrivée du Patch 8 pour la Definitive Edition d’Age of Empires, pour rappel un remake HD (compatible 4K) du premier opus de la série, sorti il y a plus de 20 ans.

Ce Patch 8 est attendu de pied ferme. Il contient plusieurs améliorations réclamées par les joueurs depuis longtemps, dont les fermes se recréant seules quand elles sont épuisées, les files d’attente mixtes d’unités (et technologies) dans les bâtiments et le pourrissement des cadavres dans le temps.

Plusieurs améliorations générales sont également ajoutées, notamment de nouvelles options de résolution pour le mode plein écran, des soucis de déplacement corrigés pour les unités, des IA un peu plus efficaces dans certaines circonstances et des bâtiments détruits disparaissant plus vite.

Autant d’informations partagées pour le premier anniversaire de la Definitive Edition hier. Microsoft ne donne pas de date précise pour l’arrivée du patch, se contentant d’un « bientôt ».

Copié dans le presse-papier !

Le Centre national de la recherche scientifique a été créé le 19 octobre 1939 à l'initiative de Jean Perrin. Son but : « Donner un statut aux chercheurs et favoriser le travail en équipes associant plusieurs disciplines ». Le CNRS avait déjà retracé brièvement son histoire à l'occasion de ses 70 ans.

Pour ses 80 ans, rebelote avec un dossier pour l'occasion. Le premier article est en ligne et propose un « retour sur la genèse et les vingt premières années du Centre », en remontant jusqu'en 1870, près de 70 ans avant la création du CNRS.

« La défaite face à la Prusse de Guillaume Ier et de Bismarck rassemble les savants français autour d’un constat : le pays n’a pas été battu sur les champs de bataille, mais devant les paillasses. Il n’y a aucun doute pour Louis Pasteur : "la faiblesse de notre organisation scientifique" est la cause des "malheurs de la patrie" ».