du 21 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Il y a quelques jours, la société de Jeff Bezos réalisait de nouveau avec succès un aller-retour dans l'espace avec sa fusée réutilisable New Shepard. Dans le même temps, la capsule 2.0 était également testée avec un mannequin à bord, là encore sans encombre.

La prochaine étape est désormais d'envoyer un équipage dans l'espace. « Nous sommes à peu près à un an de vols habités, selon le déroulement du programme d'essai. Nous avons encore beaucoup de tests à faire, et nous allons faire quelques essais avec des humains avant d'envoyer des clients qui payent dans notre fusée » affirme Jeff Ashby, ancien astronaute de la NASA.

New Shepard : Blue Origin espère envoyer des humains dans l'espace d'ici un an
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Netatmo explique que les nouvelles stations commercialisées depuis hier sont concernées, tandis que les anciennes recevront une mise à jour prochainement, mais uniquement celles produites à partir de 2016  précise le fabricant.

Pour rappel, les Caméras, Détecteurs de fumée, Capteurs de qualité d'air, Thermostat et Têtes thermostatiques étaient déjà compatibles HomeKit. 

Chez Arlo, la situation est à peu près la même. Après les caméras Baby, c'est au tour de la gamme Ultra (en 4K UHD et HDR) d'être compatible HomeKit d'Apple. Là encore, une simple mise à jour du firmware est nécessaire.

Copié dans le presse-papier !

Après une courte période de test, la nouvelle version majeure de l'OS visant à favoriser votre anonymat en ligne vient d'être publiée. 

Outre les changements habituels dans les applications installées, les améliorations sont surtout du côté des performances. Son démarrage est ainsi annoncé comme 20% plus rapide, avec 250 Mo de mémoire de moins nécessaires. Son image est allégée de 27 Mo. Elle est basée sur Debian 10 (Buster).

La gestion des langues et des formats locaux a également été retravaillée, pour supprimer les éléments avec trop peu de traductions pour être utiles et clarifier certains points.

Des bugs ont bien entendu été corrigés, de nouveaux éléments ajoutés à la documentation. Le noyau Linux utilisé est le 5.3.2. 

Copié dans le presse-papier !

L'annonce a été faite par Gwynne Shotwell, directrices des opérations chez SpaceX, lors d'une table ronde avec plusieurs journalistes, comme le rapporte SpaceNews.

Avant d'ouvrir son service aux utilisateurs, la société doit procéder à six ou huit lancements (en comptant celui de mai dernier), avec une soixantaine de satellites à bord à chaque fois. 

Le service sera alors limité à certaines zones géographiques : « Nous avons besoin de 24 lancements pour avoir une couverture mondiale », ajoute Gwynne Shotwell. La constellation comprendra alors plus d'un millier de satellites. 

Pour rappel, les plans de la société sont d'envoyer près de 12 000 satellites en orbite, et SpaceX a même demandé à l'International Telecommunication Union (ITU) des autorisations pour 30 000 de plus...

Autre point à ne pas négliger : les terminaux mobiles permettant d'exploiter le réseau de Starlink. Pas un souci pour Elon Musk, qui affirme avoir envoyé hier son premier tweet en utilisant le réseau Starlink.

Copié dans le presse-papier !

Le patron de Blue Origin et Amazon s'est exprimé lors de l'International Astronautical Congress à Washington : « Blue Origin est le maître d'œuvre, Lockheed Martin construit le véhicule d'ascension, Northrop Grumman l'élément de transfert et Draper s'occupe du GNC [Guidage, Navigation et Contrôle, ndlr] ».

C'est une « équipe nationale pour une priorité nationale » ajoute Jeff Bezos, faisant écho au souhait de Donald Trump. « C'est la seule manière de retourner sur la Lune rapidement. Et cette fois pas seulement pour une visite, mais pour y rester », ajoute-t-il.

Le patron de Blue Origin avait pour rappel déjà présenté son alunisseur Blue Moon en mai dernier. Il serait capable de transporter plusieurs tonnes de charge utile sur la Lune et de fournir une puissance de plusieurs kilowatts grâce à sa pile à combustible.

Copié dans le presse-papier !

Des chercheurs de SRLabs (Security Research Labs) ont mis au point des applications (Actions pour Google, Skill pour Amazon) pour les assistants numérique Home et Echo.

Elles ont passé sans problème les processus de contrôle des deux géants du Net et étaient utilisables sur n'importe quelle enceinte connectée (les applications ont depuis été supprimées).

Deux attaques différentes ont été menées. La première fait croire que l'application n'est pas disponible dans votre pays, l'utilisateur pensant alors que l'application s'est arrêtée. En fait, elle laisse seulement une minute de blanc avant d'annoncer une mise à jour pour l'enceinte connectée, en demandant à l'utilisateur son mot de passe.

Dans la seconde attaque, l'application semble fonctionner correctement et fait croire à l'utilisateur que la session est terminée et qu'elle arrête donc d'écouter. En réalité, ce n'est pas le cas.

Amazon et Google ont été contactées en amont. Les deux sociétés ont affirmé à Ars Technica qu'elles avaient mis en place des changements dans leurs procédures de validation, sans plus de détail.

Rien ne dit non plus que des applications malveillantes de ce genre ne sont pas encore disponibles sur les deux assistants numériques. Une preuve qui montre une fois de plus qu'il faut être prudent face à ce genre de produits.