du 06 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

Si le forfait Essentiel du service de SVOD reste à 7,99 euros, les offres Standard et Premium passent de 9,99/11,99 euros à 10,99/13,99 euros. Une augmentation de 10 % et 19 % environ, qui fait passer l'abonnement intermédiaire au-delà de la barre symbolique des 10 euros.

Un choix déjà opéré par OCS par exemple, le bouquet de chaînes détenu par Canal et Orange étant proposé à 11,99 euros par mois dans son offre comprenant les TV et autres appareils connectées.

Cette hausse touche pour le moment les nouveaux abonnés, les anciens tarifs s'affichant toujours pour les autres. Mais il se pourrait bien que, comme pour les augmentations précédentes, celle-ci finisse par concerner tout le monde.

Si Netflix n'a pas spécialement explicité les raisons de cette hausse, l'action du service de SVID a largement profité de cette annonce puisqu'elle est passée de 184 dollars à 194 dollars en à peine une journée, son nouveau plus haut historique.

Netflix : une hausse de certains tarifs, y compris en France
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La Xbox One a profité ce week-end d'une nouvelle mise à jour système sur son « Alpha Ring ». Principal ajout, celui d'un mode « Ne pas déranger », accessible via l'icône de profil visible sur le Guide.

On notera aussi la présence de nouvelles options d'alimentation. Il est désormais possible de demander à la console de se couper après un temps d'inactivité compris entre une et six heures, réglable par pas d'une heure. Auparavant, seules deux options étaient proposées, une ou six heures.

Quelques bugs sont également introduits avec cette mise à jour. La lecture de films en Blu-ray Ultra HD, avec HDR activé, peut causer quelques soucis de colorimétrie par exemple. Autre bug gênant, l'installation d'applications ou de jeux peut échouer sur les disques externes. Dans ce cas, il faut copier le jeu concerné vers le disque interne de la console ou le supprimer et le retélécharger pour le faire fonctionner.

Copié dans le presse-papier !

Dans un billet de blog, Facebook annonce un nouvel investissement de 10 millions d'euros dans l'Hexagone, afin « d'accélérer l'innovation dans le domaine de l'intelligence artificielle ». Concrètement, le réseau social américain veut ainsi recruter une trentaine de doctorants, financer des bourses pour des étudiants, une dizaine de nouveaux serveurs, et « des jeux de données ouvertes pour les institutions publiques françaises ».

Un point encore assez flou, puisque la nature exacte des données n'est pas évoquée pour le moment. Le nombre total de chercheurs et d'ingénieurs dédié à cette activité en France chez Facebook doublerait enfin, pour atteindre 60 personnes.

En parallèle, le géant américain a annoncé vouloir former d'ici 2020, un million de personnes en Europe pour qu'elles apprennent « les compétences numériques dont elles ont besoin au travail ». L'éventail de techniques est assez large (et vague) puisque Facebook explique que les cours seront adaptés à chacun des participants, « les plus avancés pourront apprendre le code, tandis que d'autres apprendront peut-être à ouvrir un compte en banque en ligne ».

Les modalités d'accès à ces formations sont encore à découvrir.

Copié dans le presse-papier !

L'Electronic Frontier Foundation (EFF) et la société de sécurité Lookout publient une enquête sur Dark Caracal, une campagne ciblant des milliers de personnes dans 20 pays avec des versions vérolées d'applications, principalement des messageries « sûres » comme Signal et WhatsApp.

L'Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France et le Liban sont listés parmi les victimes. Des centaines de Go de données auraient été dérobées, selon l'organisation et la société. Les applications en question conserveraient leurs fonctions de départ, tout en ouvrant la voie à des captures d'écran, de photos, du son et de données par les responsables de la campagne. Elles sont distribuées via des magasins non-officiels.

Les traces remonteraient à la Direction générale de la sûreté générale libanaise. La campagne est désignée comme une APT (intrusion à long terme) dont des manifestations émergeraient depuis 2012. Ses homologues viseraient de plus en plus les smartphones, selon Lookout (dont c'est le fonds de commerce).

Copié dans le presse-papier !

Après huit ans passés à la tête de l'éditeur américain, Eric Hirshberg a annoncé qu'il quittera son poste le 31 mars prochain. C'est un coup dur pour Activision, qui perd ici l'artisan de plusieurs « des performances historiques », comme se plait à le rappeler Bobby Kotick, le PDG de la maison mère, Activision Blizzard.

Sous son règne, Hirshberg a notamment piloté les lancement de plusieurs volets de la saga Call of Duty, participé au lancement de la franchise Destiny, ou encore à la création de la saga Skylanders.

Si cette dernière n'est plus que l'ombre d'elle même aujourd'hui, elle a tout de même permis à l'éditeur de régner sans partage sur le secteur des jouets vidéo, au nez et à la barbe de concurrents puissants comme Disney (Disney Infinity) ou Warner (Lego Dimensions), tout en générant plus d'un milliard de dollars de revenus annuels.

Copié dans le presse-papier !

La fonctionnalité, disponible depuis longtemps dans les versions Online et dans Excel pour Windows, s'est généralisée il y a peu à Office 2016 sur PC. C'est maintenant au tour de la version Mac.

Dans la nouvelle « version 16 », Excel, PowerPoint et Word permettent ainsi de collaborer à plusieurs sur des documents, à la seule condition qu'ils aient été enregistrés sur OneDrive ou SharePoint. Les modifications sont visibles en temps réel et un historique des changements est disponible. De même, toujours via OneDrive/SharePoint, la sauvegarde devient automatique.

Entre autres nouveautés, Excel gagne également des types de tableaux et des formules, tandis que PowerPoint obtient un assistant pour gérer plus facilement le visuel global d'une présentation, ainsi que de nouveaux outils audio et vidéo. Outlook récupère quelques gestes tactiles (touchpad), comme l'archivage rapide d'un mail, ainsi qu'une meilleure prise en charge des calendriers et contacts Google.

Cette brusque accélération des ajouts dans la version Mac provient selon Microsoft d'un gros alignement en cours du code réalisé avec la mouture PC. L'éditeur ne promet pas une parité fonctionnelle totale, mais s'emploie à réduire les écarts.