Si le forfait Essentiel du service de SVOD reste à 7,99 euros, les offres Standard et Premium passent de 9,99/11,99 euros à 10,99/13,99 euros. Une augmentation de 10 % et 19 % environ, qui fait passer l'abonnement intermédiaire au-delà de la barre symbolique des 10 euros.

Un choix déjà opéré par OCS par exemple, le bouquet de chaînes détenu par Canal et Orange étant proposé à 11,99 euros par mois dans son offre comprenant les TV et autres appareils connectées.

Cette hausse touche pour le moment les nouveaux abonnés, les anciens tarifs s'affichant toujours pour les autres. Mais il se pourrait bien que, comme pour les augmentations précédentes, celle-ci finisse par concerner tout le monde.

Si Netflix n'a pas spécialement explicité les raisons de cette hausse, l'action du service de SVID a largement profité de cette annonce puisqu'elle est passée de 184 dollars à 194 dollars en à peine une journée, son nouveau plus haut historique.

Netflix : une hausse de certains tarifs, y compris en France
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Toujours épris de son rêve de fonder un concurrent de Netflix à l’échelle européenne, Vivendi vient de jouer un nouveau coup pour faire avancer cette stratégie.

Telecom Italia (TIM) et Canal+ vont établir une coentreprise, détenue à 60 % par la filiale italienne de Vivendi et à 40 % par la chaîne cryptée. Son objet sera de « saisir de nouvelles opportunités de croissance dans un marché en perpétuelle évolution, au travers d’une offre commerciale combinant une connectivité en fibre et du contenu vidéo premium ».

On a déjà vu ça quelque part...

Copié dans le presse-papier !

Disponible depuis six mois, cette offre propose un compte courant et une carte bancaire MasterCard à débit immédiat (5 euros le coffret à l’achat, puis 1 euro par mois), avec une gestion du compte en ligne.

Julien Jaillon, directeur général de Carrefour Banque, indique à nos confrères des Echos que 90 000 clients utilisent activement cette offre, sans préciser combien de coffrets ont été vendus.

Sans surprise, la clientèle est jeune : 28 % ont moins de 30 ans, 79 % sont sous la cinquantaine. Dans 88 % des cas, l’inscription se fait en moins de 10 minutes sans avoir besoin de contacter la plateforme téléphonique.

Le directeur reconnaît par contre que « la grande majorité (66 %) des clients utilise C-zam à la marge ».

Copié dans le presse-papier !

Xilopix est une entreprise française travaillant depuis près de dix ans sur un projet de moteur de recherche « visuel et tactile qui permet de s’affranchir de la barrière de la langue ». Elle s'est installée dans les Vosges en 2012, soutenue par la Société d'Economie Mixte d'Epinal-Golbey à hauteur de 400 000 euros d'apport en capital et par des équipes de recherche locales.

En 2014, la start-up évoquait une offre grand public sur un modèle publicitaire et des services B2B pour les professionnels. Elle présentait également une solution visant le marché de la vente en ligne sur laquelle elle a travaillé avec le Loria, après avoir levé 1 million d'euros et gagné plusieurs prix.

Elle visait alors une internationalisation (10 % du CA devant être réalisée en France à terme), pour attirer notamment de nouveaux investisseurs. Mais l'entreprise n'a jamais vraiment réussi à trouver de débouché commercial, et perdait ces dernières années près de 500 000 euros par an, sans déclarer de chiffre d'affaires (ou presque).

Au début de l'année, elle mettait en ligne Xaphir, son moteur de recherche présenté comme un concurrent de Google, Bing ou encore Qwant. Il mettait en avant le respect de la vie privée, la combinaison de termes et une plus grande exhaustivité des résultats. L'équipe visait alors le Top 5 du secteur d'ici à 2020.

Mais Vosges Matin nous apprend que la société a déposé le bilan au début du mois et que le tribunal de commerce d'Epinal l'a placée en redressement judiciaire pour six mois. Elle va donc devoir trouver de nouveaux investisseurs, sans avoir réussi à lever suffisamment de fonds à la fin de l'année dernière.

L'activité va continuer pour le moment, en attendant de savoir qui seront les nouveaux partenaires de la société.

Copié dans le presse-papier !

Si vous avez envie de plonger les méandres de l’Univers et que vous disposez à la fois d’un bagage scientifique et d'un niveau d'anglais suffisants, sachez que l’université de Cambridge vient de mettre en ligne la thèse de 1966 du célèbre physicien.

Elle précise qu’il s’agissait d’une demande importante de la part de ses utilisateurs. Elle profite donc de la semaine du libre accès 2017 pour la mettre en ligne en intégralité et ainsi la rendre accessible à tous.

Copié dans le presse-papier !

Twitter a décidé de faire de son réseau social un endroit plus agréable, mais surtout plus sûr, notamment en matière de harcèlement. Une requête émise par de nombreux utilisateurs depuis plusieurs années.

L’entreprise a donc publié un calendrier regroupant les mesures qui seront prises dans les prochaines semaines afin de résoudre ce problème, accompagnées des dates de leur mise en application.

Publier du contenu affichant de la « nudité non consensuelle » c’est-à-dire des images prises sans le consentement de la victime, sera passible d’une suspension immédiate du compte dès le 27 octobre.

Les appels en cas de suspension seront quant à eux mieux gérés et les contrevenants sauront désormais clairement pourquoi leur compte ne leur est plus accessible.

Il faudra par contre attendre le 3 novembre pour être notifié par e-mail d’une suspension de son compte et la fin de l'année pour les règles concernant les groupes violents, symboles haineux et autres améliorations plus profondes.