du 12 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

Après deux ans de retard, le fabricant se lance enfin en partenariat avec l'Américain Yale. Simplement baptisée Nest x Yale Lock, la serrure peut communiquer avec les autres objets connectés de la marque.

Elle est composée de deux éléments : un boîtier avec un écran tactile permettant d'afficher un pavé numérique pour saisir un code, et un second module se plaçant au niveau de la serrure et remplaçant le pêne.

Une vidéo de présentation est disponible par ici, ainsi qu'une page dédiée, mais rien de plus pour le moment. Aucun prix ou date de disponibilité ne sont par exemple indiqué.

Nest x Yale Lock : la serrure connectée de Nest se dévoile
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le bouquet de chaines avait d'ores et déjà annoncé qu'il proposerait cette série en US+24. La date est désormais connue : la diffusion débutera le 25 avril sur Hulu et donc le 26 avril sur OCS.

Une bande-annonce de Handmaid's Tale La servante écarlate a été mise en ligne pour l'occasion. Une autre série devrait voir sa seconde saison débarquer en avril : Westworld. Mais la diffusion simultanée avec les US reste à confirmer.

Copié dans le presse-papier !

Outre-Atlantique, la bataille pour repêcher la non-discrimination des contenus en ligne, mise à mort par l'autorité des télécoms (la FCC) à la mi-décembre, fait rage. Dans une plainte déposée hier devant la cour d'appel de Columbia, 21 procureurs généraux réclament mette au rebut la décision de la FCC.

Le processus y ayant mené fait d'ailleurs l'objet d'une enquête du procureur général de l'État de New York, concernant de très nombreux messages de soutien à la fin de la neutralité usurpant l'identité d'Américains. En parallèle, Mozilla a déposé plainte devant la même cour, également pour ramener à la vie la neutralité.

Rappelons que pour la FCC et l'industrie télécoms, la neutralité du Net est une ingérence étatique dans un marché qui se régulerait déjà seul, via le droit de la concurrence. Malgré leur insistance à supprimer ces règles, les opérateurs martèlent qu'ils ne distingueront pas commercialement les contenus, dans un domaine où les habitants ont rarement le choix de leur fournisseur d'accès en cas de problème.

La bonne foi du secteur est encore à prouver, alors que les opérateurs privilégient leurs propres services, en faisant un levier important dans leurs négociations commerciales avec d'autres, comme Netflix, pour lequel la neutralité est devenu un enjeu de relations publiques.

Copié dans le presse-papier !

Selon La Lettre de l'Expansion et Le Monde, le numéro 2 d'Orange pourrait quitter les fonctions qu'il occupe depuis 2010. Au quotidien, celui qui est aussi président de la Fédération française des télécoms déclare rester à son poste dans les semaines et mois à venir.

Son éventuel prochain poste n'est pas connu, ni son avenir à la tête de la FFTelecoms. Il s'agit de l'un des principaux lobbyistes du secteur télécoms en France et en Europe, des compétences qui peuvent intéresser beaucoup d'entreprises.

Copié dans le presse-papier !

L'opérateur précise que le changement est en place pour les clients du forfait Free à 15,99/19,99 euros par mois. Comme pour le Mexique et la Suisse, seule la data est concernée, pas les appels, SMS et MMS. Ce en 3G, dans la limite de 25 Go par mois toutes destinations confondues.

Désormais, les 25 Go de roaming sont inclus depuis les destinations suivantes : Europe, DOM, États-Unis, Canada, Israël, Australie, Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande, Mexique, Canada et Turquie.

Copié dans le presse-papier !

Jordan Evan Bloom a été arrêté le 22 décembre par la Royal Canadian Mounted Police, et inculpé dans la foulée. Sa première audience se tenait lundi. Il y a été accusé de recel et trafic d'identifiants personnels, utilisation délictueuse de données et utilisation non autorisée d'ordinateurs, entre autres.

Il reste pour l'instant en prison, en attendant sa prochaine audience, le 16 février. Il aurait empoché plus de 200 000 dollars grâce à LeakedSource, dont il était le fondateur et principal opérateur. Le site était connu pour livrer des analyses sur les grandes fuites de données (LinkedIn, Last.fm, MySpace, Twitter…), mais également pour réclamer une petite somme d'argent afin d'accéder aux données. En d'autres termes, il monnayait l'accès à des données volées.

Il risque jusqu'à dix ans de prison. Dans son communiqué, la RCMP indique que l'enquête a pu aboutir grâce à la coopération internationale, notamment avec le FBi et la police néerlandaise.