du 12 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

Après deux ans de retard, le fabricant se lance enfin en partenariat avec l'Américain Yale. Simplement baptisée Nest x Yale Lock, la serrure peut communiquer avec les autres objets connectés de la marque.

Elle est composée de deux éléments : un boîtier avec un écran tactile permettant d'afficher un pavé numérique pour saisir un code, et un second module se plaçant au niveau de la serrure et remplaçant le pêne.

Une vidéo de présentation est disponible par ici, ainsi qu'une page dédiée, mais rien de plus pour le moment. Aucun prix ou date de disponibilité ne sont par exemple indiqué.

Nest x Yale Lock : la serrure connectée de Nest se dévoile
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Avec l'arrivée d'une nouvelle version du modèle de base en avril, on se doutait que le reste de la gamme allait rapidement suivre. C'est désormais chose faite.

Quatre Yubikey 5 ont été dévoilées, reprenant les formats actuels de la marque en USB Type-A ou Type-C selon les cas : 5 Nano, 5C Nano, 5 NFC et 5C. On note que le modèle classique (Yubikey 4) disparaît au profit d'une nouvelle version de la Neo devenant la 5 NFC.

Côté prix, Yubico a coupé la poire en deux : 45 dollars. Les précédentes étaient proposées respectivement à 40 et 50 dollars. Le reste de la grille tarifaire est inchangé.

Ne vous attendez à rien de transcendant pour ce qui est des nouveautés, la seule étant la compatibilité FIDO2. Pour rappel, ce standard doit se répandre dans les navigateurs et les services en ligne, notamment à travers l'API Web Authentification (WebAuthn) et permettre une connexion sans mot de passe via des solutions de sécurité comme les Yubikey.

Ce n'est bien entendu pas la seule possibilité, les développeurs pouvant opter pour une authentification à deux facteurs ou plus : mot de passe ou PIN, action physique sur la clé, etc.

Une mise à jour ne sera donc pas forcément vitale pour le moment, puisque FIDO2 commence seulement à être exploité. Mais Yubico prépare sa gamme pour les étapes à venir et l'affrontement contre de nouveaux concurrents.

Copié dans le presse-papier !

La plateforme de streaming explique qu'un « accord définitif » a été signé entre les deux parties. Les 3,5 milliards de dollars s'échangeront sous forme d'actions. L'année dernière, SiruisXM avait déjà injecté 480 millions de dollars.

Selon Pandora, « ce regroupement crée la plus grande société de divertissement audio au monde, avec plus de 7 milliards de dollars de revenus pro forma attendus en 2018 ». La transaction devrait être finalisée au premier trimestre 2019.

En bourse, l'action de SiriusXM a perdu près de 10 % depuis le début de la semaine. Pour expliquer cette sanction, plusieurs analystes avancent le fait que la société aurait surpayé la plateforme de streaming.

Copié dans le presse-papier !

Dans une interview aux Échos, Isabelle Falque-Pierrotin a dressé un nouveau bilan des plaintes, quatre mois après l’entrée en vigueur du règlement européen sur la protection des données (RGPD). « Les indicateurs explosent, prévient la présidente de la CNIL. Chez les particuliers, nous avons enregistré une augmentation de 64 % des plaintes et de la part les professionnels, nous avons reçu plus de 600 notifications de violations de données concernant environ 15 millions de personnes, soit environ 7 par jour depuis le 25 mai ».

Selon les premiers chiffres fournis par la même autorité, 100 jours après l’entrée en application du règlement, la Cnil nous avait indiqué avoir été saisie en tout de « 2 770 plaintes contre 1 780 sur la même période en 2017, qui était déjà une année record ». Soit hausse globale de près de 56 %.

Les plaintes, qui « portent essentiellement sur les obligations de transparence et le consentement », concernent pour certaines les géants du Net. Ces plaintes collectives seront traitées en priorité, assure IFP chez nos confrères. Elle sait que les autorités de contrôle jouent ici leur crédibilité. Quant à Mark Zuckerberg, qui voit dans le RGPD un texte « très positif », elle répond que cette posture est surtout « un enjeu d'image et de marketing » de la part du réseau social. 

Sur son site, la CNIL dévoile d’autres chiffres, notamment ces 24 500 organismes qui ont désigné un délégué à la protection des données. La commission fait d’autres annonces, comme la mise en ligne prochaine d’un Mooc pour se familiariser avec les fondamentaux du règlement, ou encore de fiches pratiques pour les collectivités. 

Copié dans le presse-papier !

Android Studio vient de paraître en version 3.2, avec bon nombre de nouvelles fonctionnalités à la clé.

Le support des Slices d’Android 9.0 Pie est ainsi pleinement intégré. Il s’agit pour rappel du pendant Google des raccourcis Siri dans iOS. Les développeurs déclarent les fonctionnalités qui seront ensuite affichées dans les suggestions de recherche et Assistant.

Sample Date est également un apport important. Il est en quelque sorte l’équivalent d’un lorem ipsum pour les données. Il permet ainsi de remplir tout ou partie d’une application avec des données test, pour visualiser un résultat qui dépendrait autrement de calculs.

Android Studio 3.2 introduit également l’AAB (Android App Bundle), un nouveau format de publication pour obtenir des APK plus petits. Côté serveurs, Dynamic Delivery peut optimiser l’APK pour servir une version adaptée à chaque appareil. Google encourage évidemment au passage à l’AAB.

Outre ces fonctions, Android Studio inclut plusieurs améliorations et mises à jour. Par exemple, un assistant « Quoi de neuf » liste les apports d’une mise à jour après son installation. Le support de CMake est renforcé, la plateforme IntelliJ passe en version 2018.1.6, Kotlin peut-être utilisé avec le SDK Android Pie et des Snapshots sont enfin disponibles dans l’émulateur.

Android Studio est disponible au téléchargement pour Linux, macOS et Windows. Les développeurs ayant déjà la mouture 3.1 peuvent installer la mise à jour depuis le menu correspondant. Les autres pourront récupérer l’environnement depuis son site officiel.

Copié dans le presse-papier !

Pour en profiter, il faut simplement lancer l'application et pointer la caméra de votre smartphone sur un objet (ou un code-barre). La reconnaissance visuelle fait ensuite le reste pour trouver le même objet (ou un approchant) dans la boutique d'Amazon.

Des liens pour lancer l'application du revendeur ou vous rendre sur son site web sont proposés, aux côtés d'informations comme les tarifs et la moyenne des notes. Cette fonctionnalité est en cours de déploiement auprès d'un petit nombre d'utilisateurs aux États-Unis.

Aucun détail n'est fourni sur l'accord financier entre Snapchat et Amazon. Selon la déclaration d'un porte-parole de Snapchat reprise par TechCrunch, la « motivation » première serait d'ajouter des fonctionnalités et faire de l'application un élément central entre votre vie numérique et physique.

Bien évidemment, cela n'exclut pas un volet financier, par exemple avec une affiliation sur les ventes, mais le porte-parole n'est pas entré dans ce genre de détail.