du 08 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

La fondation ouvre ses Creative Media Grants pour des vidéos, applications et autres contenus portant sur la surveillance de masse ou l'érosion de la vie privée en ligne.

Elle compte dépenser de 10 000 à 35 000 dollars pour chaque œuvre, qui doit viser l'Europe et l'Amérique latine, sur un budget global non précisé.

En exemple, elle cite une extension navigateur qui révèle ce que Facebook sait concrètement sur l'internaute (Data Selfie), ou un site sur l'exploitation des données personnelles des femmes.

Les artistes ont jusqu'au 31 décembre pour postuler, en suivant ce guide.

Mozilla finance des œuvres défendant la vie privée
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

En mars 2018, un véhicule autonome du VTC percutait mortellement un piéton à Tempe en Arizona. Les autorités locales s'étaient rapidement emparées de l'affaire.

Un rapport préliminaire a été publié par le NTSB. Il ne donne pas encore la « cause probable » de l'accident, mais regroupe des éléments factuels (lire notre analyse). Il permet notamment de comprendre pourquoi la voiture avait détecté et ignoré le piéton.

La conductrice affirmait au régulateur qu'elle « surveillait l'interface de conduite autonome et que, même si ses téléphones personnels et professionnels étaient dans le véhicule, aucun d'entre eux n'était utilisé avant l'accident ».

Problème, selon un épais rapport de 318 pages de la police de Tempe examiné par TechCrunch, le smartphone de la conductrice Rafaela Vasquez « diffusait l'émission The Voice au moment de l'accident ».

« La police a déterminé que les yeux de Vasquez n'étaient pas sur la route pendant 3,67 miles sur les 11,8 miles parcourus au total, soit environ 31 % du temps ». La Police pense que la conductrice aurait pu éviter le drame si elle s'était concentrée sur la route. L'affaire a été transmise au procureur du comté de Maricopa pour une éventuelle mise en accusation d'homicide involontaire.

De son côté, Uber se contente d'affirmer une nouvelle fois collaborer avec les autorités locales. Un porte-parole ajoute : « Nous avons une politique stricte interdisant l'utilisation des appareils mobiles pour toute personne conduisant nos véhicules autonomes. Nous prévoyons de donner plus d'informations sur les changements que nous apporterons bientôt à notre programme ».

Copié dans le presse-papier !

Lors du CES en janvier de cette année, Vivo présentait le premier smartphone équipé d'un lecteur d'empreintes sous l'écran. Le fabricant fait de nouveau parler de lui autour de la 5G, en partenariat avec Qualcomm.

Il a en effet intégré des antennes pour les bandes de fréquences sous les 6 GHz et millimétriques (dans les 28 GHz). Pour rappel, les deux seront utilisées pour la 5G, avec des débits et une portée différentes suivant les cas (lire nos explications).

Si les bandes sous les 6 GHz sont relativement bien connues et ne posent pas de souci particulier, ce n'était pas le cas de celles dans les 28 GHz indique Qualcomm. Pour arriver à intégrer des antennes compatibles dans un format de smartphone commercial (et pas un prototype de plusieurs kg), il a fallu « des mois » de travail aux équipes.

Les contraintes sont nombreuses. Il faut prendre en considération les autres technologies sans fils comme le Wi-Fi, le Bluetooth et le NFC, « fonctionnant sur des dizaines de fréquences, avec des exigences strictes de puissance et de sécurité, dans des conceptions très fines, souvent en métal, avec des centaines de composants créant potentiellement des interférences à l'intérieur ».

Cette nouvelle étape ouvre la voie à la création de smartphones compatibles 5G, d'autant plus que la 5G standalone est désormais ratifiée par la 3GPP. Pour rappel, les premiers terminaux sont attendus pour l'année prochaine, alors qu'il faudra patienter jusqu'à 2020 pour les réseaux commerciaux.

Copié dans le presse-papier !

Selon TechCrunch, son application Android contient une fonctionnalité encore non annoncée. Il s'agit d'un décompte quotidien du temps passé sur l'application, avec quelques réglages pour obtenir des alertes ou réduire les notifications. Facebook a confirmé ce futur outil, aussi prévu sur Instagram.

Ce bien-être numérique est devenu, en quelques mois, le leitmotiv des sociétés du secteur, en particulier de Google et d'Apple, qui promettent de nombreux réglages pour réduire les interruptions et le temps passé devant les écrans dans les prochaines versions de leurs systèmes. Une manière de s'acheter une bonne conscience, alors que le modèle économique de bien des services (notamment sur mobile) repose sur ce lien quotidien avec les utilisateurs.

Ce futur pas de Facebook vers la sobriété, en plus de ses promesses tardives sur la vie privée, ne doivent pas faire oublier ses nombreux efforts pour pister les internautes. Le New York Times a ainsi compilé sept brevets, de la prédiction de relations (par exemple amoureuses) entre utilisateurs à l'identification d'un appareil photo (à partir de ses défauts), en passant par le suivi des routines hebdomadaires.

Copié dans le presse-papier !

Rob Meyerson, vice président de la société, s'est exprimé lors de la conférence Amazon Web Services Public Sector Summit, comme le rapporte Space News.

Alors que l'engin suborbital a déjà fait huit décollages (via trois générations de fusée) sans aucune personne à bord, le premier vol habité serait pour « bientôt » selon le responsable. Toujours selon Rob Meyerson, la vente de billets débuterait en 2019. Il ne précise néanmoins pas le prix et quand les riches touristes pourront se rendre dans l'espace.

Pour rappel, une autre société s'est lancée dans l'aventure : Virgin Galactic. Elle multiplie elle aussi les essais. Des pilotes sont à bord, mais l'avion ne dépasse pour le moment pas les 25 000 mètres d'altitude (contre plus de 100 km prévus à terme).

De son côté, Virgin Galactic a déjà commencé la vente des billets depuis plusieurs années maintenant.

Copié dans le presse-papier !

La jeune pousse avait lancé avec succès une campagne sur Kickstarter l'année dernière (188 944 dollars récoltés sur  15 000 demandés). Elle proposait alors une bague connectée jouant des sons différents selon les couleurs (le tout paramétrable de depuis son smartphone).

Elle vient de se faire racheter par Sphero (le robot BB-8 par exemple), pour un montant non précisé. Une deuxième version des Specdrums sera lancée fin 2018 au début 2019 et les jouets de Sphero s'intégreront certainement dans l'univers Specdrums. Un exemple avait déjà été mis en ligne avec un SDK permettant des interactions entre les deux produits.

À The Verge, Paul Berberian (PDG de Sphero) affirme que la société souhaite « revenir à ses racines » avec moins de produits aux couleurs des marques et/ou des personnages.