du 12 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

Movies Anywhere : un service pour agréger les offres de vidéo à la demande

Walt Disney passe la seconde dans le domaine de la VOD avec l'annonce d'un nouveau service autour duquel sont associés plusieurs géants du secteur : Movies Anywhere. Il est pour le moment accessible uniquement aux États-Unis.

Le but est de proposer une même interface pour différents acteurs comme la Fox, Sony, Universal et Warner Bros (7 300 films annoncés au catalogue). La Paramount ne fait pour le moment pas partie de la photo de famille et il faudra voir ce qu'il en est pour de plus petits studios d'ici quelques mois.

Google a confirmé dans un billet de blog qu'il participait à l'initiative aux côtés d'Amazon, iTunes et Vudu. Plus concrètement, si vous achetez un film de l'un de ces studios sur ces plateformes, il pourra être accessible à travers Movies Anywhere (sous conditions).

Une solution qui n'est pas sans rappeler l'initiative UltraViolet à laquelle Disney s'est opposé en lançant notamment son propre service Disney Movies Anywhere, basé sur KeyChest. C'est d'ailleurs ce service qui a tout simplement été ouvert à d'autres studio.

Une nouvelle étape, donc, dans le long parcours des solutions un peu usine à gaz visant à garder la main sur l'offre légale, tout en essayant de donner l'impression d'être à l'écoute de l'utilisateur. Espérons que, cette fois, ce sera la bonne…

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Alors que l'épisode final de la saison 3 de Mr Robot vient d'être diffusé outre-Atlantique, nous apprenons qu'une quatrième est d'ores et déjà signée.

Pour le moment, on attend surtout de savoir quand France 2 compte diffuser la suite des aventures d'Elliot Alderson, ce qui n'a toujours pas été annoncé. Mais peut-être que le groupe public cherche à pousser les fans au piratage, en l'honneur de la série ?

Copié dans le presse-papier !

Microsoft a dévoilé hier soir quelques-uns de ses plans pour les abonnés Office 365 pour les mois qui viennent.

Insights pour Excel permet ainsi d'analyser les contenus des classeurs pour en extirper des tendances, anomalies et autres. La fonction cherche à attirer le regard de l'utilisateur sur tout élément lui semblant digne d'intérêt, avec différents modèles de visualisation si nécessaire. La fonction est en cours de déploiement sous forme de Preview aux Etats-Unis. Son arrivée en version finale dans le reste du monde devrait se faire en 2018.

Autre fonction réservée aux entreprises abonnées à Office 365 et prévue pour 2018, Acronyms doit aider les employés à comprendre ce que les acronymes internes signifient. Comment ? Via le Microsoft Graph, qui repère dans les documents et emails échangés si des séquences de lettres ont été définies précédemment.

Outlook pour iOS recevra ce mois-ci une petite dose de Cortana pour la gestion des rendez-vous. Comme on a déjà pu le voir ailleurs, l'application notifiera l'utilisateur qu'il est temps de partir, en prenant en compte les lieux actuels et d'arrivée, ainsi que les conditions de trafic. La fonction ne sera disponible que dans les pays où Cortana est présent.

D'ici la fin du mois, les abonnés Office 365 auront également une autre capacité dans leur OneDrive ou leur SharePoint : l'extraction automatique des informations textuelles présentes dans les images. Pratique pour avoir rapidement les renseignements d'une addition ou d'un ticket de caisse.

Copié dans le presse-papier !

Tout juste renouvelé, le CNNum s’apprête à voir partir certains de ses membres. Le secrétaire d’État au Numérique a annoncé hier par voie de communiqué qu’il avait « demandé à la présidente du CNNum de proposer une nouvelle composition du Conseil ».

Mounir Mahjoubi explique que l’institution « a besoin de sérénité pour travailler, et les derniers échanges sur la composition du Conseil soulignent que ces conditions ne sont pas pleinement réunies ». La députée Valérie Boyer (LR) a notamment écrit au Premier ministre, déplorant la nomination de « deux personnalités clivantes qui méprisent une large partie de la population » (en l’occurrence la féministe Rokhaya Diallo et le rappeur Axiom).

Les intéressés se sont défendus de ces accusations, comme le rapporte Le Figaro. Axiom a notamment indiqué sur Twitter avoir demandé à son avocat de donner au courrier de la parlementaire « la suite judiciaire qu'il mérite ».

Copié dans le presse-papier !

Initiée par Bruno Le Maire (ministre de l’Économie) et Mounir Mahjoubi (secrétaire d’État du Numérique), elle vise à « construire une stratégie nationale » dans ce domaine. Trois objectifs sont visés : « créer des conditions favorables au déploiement de la 5G en France, expérimenter de nouveaux usages rendus possibles par la 5G, et favoriser le développement d’une offre de technologies et de services 5G ».

Au travers de huit questions, le gouvernement souhaite avoir des retours de la part des opérateurs, des industriels, associations, collectivités et acteurs publics, etc., mais pas des particuliers. Les réponses peuvent être soumises jusqu'au 16 février à 19h.

Une semaine avant, le 8 février, un atelier sera organisé afin « d’approfondir ces enjeux ». Enfin, durant le premier semestre 2018, le gouvernement publiera sa stratégie nationale sur la 5G basée sur les différents retours qu'il aura obtenu.

Copié dans le presse-papier !

C'est normalement aujourd'hui que la Federal Communications Commission doit mettre à mort la neutralité du Net aux États-Unis. De nombreuses organisations ont déjà fait part de leur mécontentement et demandent son maintien.

Alors que la fin approche, des procureurs généraux de 18 états ont envoyé une lettre à la FCC afin de lui demander de reporter son vote, comme l'indique The Verge. En cause, une enquête sur des usurpations d'identité afin d'envoyer de faux commentaires au régulateur  sur ce sujet ; il serait question de plus d'un million, excusez du peu.

Hasard ou non du calendrier, le Berec (regroupement des régulateurs européens) vient de publier son rapport sur la mise en place de la neutralité du Net pour la période du 30 avril 2016 au 30 avril 2017. Il y est notamment indiqué qu'une majorité des régulateurs (dont la France) a mis en place « ou renforcé leurs équipes » chargées de surveiller l'application du règlement européen.