Movies Anywhere : un service pour agréger les offres de vidéo à la demande

Walt Disney passe la seconde dans le domaine de la VOD avec l'annonce d'un nouveau service autour duquel sont associés plusieurs géants du secteur : Movies Anywhere. Il est pour le moment accessible uniquement aux États-Unis.

Le but est de proposer une même interface pour différents acteurs comme la Fox, Sony, Universal et Warner Bros (7 300 films annoncés au catalogue). La Paramount ne fait pour le moment pas partie de la photo de famille et il faudra voir ce qu'il en est pour de plus petits studios d'ici quelques mois.

Google a confirmé dans un billet de blog qu'il participait à l'initiative aux côtés d'Amazon, iTunes et Vudu. Plus concrètement, si vous achetez un film de l'un de ces studios sur ces plateformes, il pourra être accessible à travers Movies Anywhere (sous conditions).

Une solution qui n'est pas sans rappeler l'initiative UltraViolet à laquelle Disney s'est opposé en lançant notamment son propre service Disney Movies Anywhere, basé sur KeyChest. C'est d'ailleurs ce service qui a tout simplement été ouvert à d'autres studio.

Une nouvelle étape, donc, dans le long parcours des solutions un peu usine à gaz visant à garder la main sur l'offre légale, tout en essayant de donner l'impression d'être à l'écoute de l'utilisateur. Espérons que, cette fois, ce sera la bonne…

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

C’est ce qu’annonce le géant suédois dans son bilan fiscal 2017Plusieurs pôles de développement sont évoqués : des créneaux plus courts et des livraisons le dimanche (Île-de-France pour commencer, dans tout l’Hexagone à compter de janvier) à l’instar de Chronopost qui a aussi sauté le pas.

La boutique suédoise veut également ouvrir un nouveau centre de distribution clients à proximité de Paris, déployer des points de retrait chez ses transporteurs et chez un partenaire dans le Nord de la France.

Actuellement, les ventes en ligne ne représentent que 118 millions d’euros (en hausse de 13,6 %) sur un total de 2,693 milliards d’euros pour l’année fiscale 2017 (soit environ 4,3 %).

Copié dans le presse-papier !

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a rendu publiques, jeudi 19 octobre, les déclarations d’intérêts et d’activités des nouveaux députés. Enfin presque : l’institution explique que treize parlementaires « n’ont pas déposé au moins l’une des deux déclarations attendues » dans les délais. Le Bureau de l’Assemblée nationale a ainsi été saisi.

Contrairement aux documents publiés lors de la précédente législature, remplis au stylo avant d’être scannés, n’espérez pas trouver des « œuvres d’art ». Les 577 parlementaires élus en juin dernier ont été obligés d’utiliser le téléservice de la HATVP, ce qui permet dorénavant à la Haute autorité de diffuser des données plus facilement réexploitables (pour des comparaisons, graphiques, etc.).

Après un premier examen, la Haute Autorité a néanmoins constaté quelques « carences » sur « certaines rubriques qui paraissent peu ou mal prises en compte, par exemple s’agissant de l’identification des collaborateurs parlementaires et de leurs activités annexes ». L’institution s’apprête donc à poursuivre ses vérifications, afin de s’assurer qu’aucun manquement, passible de poursuites, ne soit à relever.

Ces déclarations resteront quoi qu’il en soit consultables jusqu’à la fin du mandat des parlementaires concernés.

Copié dans le presse-papier !

Le 20 octobre sortait Ubuntu 4.10, toute première mouture de la distribution, débarquée en version 17.10 hier.

L’occasion de rappeler que les développeurs ont tout de suite utilisé l’année et le mois en cours pour estampiller les versions. Par ailleurs, ils n’ont pas commencé par la lettre A pour les nommer : Ubuntu 4.10 s’appelait Warty Warthog, soit « phacochère verruqueux ». Tout un programme.

Dans son annonce, Mark Shuttleworth, actuel PDG de Canonical, évoquait les grandes lignes du produit : basée sur Debian, centrée sur le logiciel libre, un support de 18 mois et la récupération systématique des dernières versions stables des logiciels et composants.

Une orientation qui n’a guère changé, même si Shuttleworth évoquait le support du x86 et de PPC à l’époque. Le premier est en voie de disparition, tandis que le second est parti depuis bien longtemps.

Copié dans le presse-papier !

Hier, la dernière grande chaine de magasins de jeux vidéo a officialisé son extension vers la pop culture, pour faire face à la dématérialisation galopante de son activité de départ.

Comme le rappelle Gamekult, Micromania a lancé sa marque Zing en septembre 2015, pour attirer une nouvelle clientèle. Le secteur attire les marques, Materiel.net (groupe LDLC) lançant sa boutique Manatori en octobre 2015, en plein boum des jeux à figurines.

Pour leur part, les boutique Micromania arboreront les couleurs des deux marques, bleu et vert fluo, prochainement à Marseille et Metz.

Copié dans le presse-papier !

C'est finalement le 17 novembre que The Punisher sera diffusé sur Netflix. Le service de SVOD vient de mettre en ligne la seconde bande-annonce de la série afin d'annoncer la nouvelle.

On y retrouvera les origines du personnage et les motivations de Franck Castle dans sa lutte sans (aucune) pitié contre le crime avec comme punchline « la vérité ne se négocie pas ».

Les adeptes de l'univers classique de Marvel noteront des différences importantes dans la genèse du Punisher, espérons que cela ne desserve pas trop l'ensemble.  

C'est Karen Page (Deborah Ann Woll) qui semble assurer le lien avec le reste de l'univers Netflix de Marvel, et plus spécialement Daredevil, où le vengeur a déjà été largement aperçu.